Magazine Environnement

Parution du nouvel observatoire de l’opinion des Directeurs du développement durable

Publié le 20 octobre 2008 par Sequovia

L’observatoire de l’opinion des Directeurs du développement durable lancé en 2007 par le Collège des Directeurs du développement durable engagés (C3D) a, pour la deuxième année consécutive, consulté la communauté des Directeurs du développement durable sur leurs opinions et attentes vis-à-vis du Grenelle de l’environnement. La consultation menée en partenariat avec l’IFOP en août et septembre 2008 a permis de recueillir l’avis d’un bon tiers de ces professionnels sur la loi NRE, le reporting développement durable, la place donnée au développement durable au sein des CA et de la gouvernance d’entreprise ainsi que sur les outils (bilan carbone®, fiscalité verte, indicateurs…).

Grenelle de l’environnement : les Directeurs du développement durable soutiennent un cadre de gouvernance plus volontariste et normatif

Les résultats de la consultation IFOP marquent le souhait de renforcer le caractère stratégique du développement durable

Pour 79 % des professionnels consultés (soit plus 11 points par rapport à la consultation d’octobre 2007), le développement durable est perçu comme une opportunité stratégique au sein de l’entreprise, plutôt qu’une source de contraintes (21 %). Une majorité d’entre eux (52,6 %) est favorable à ce que la gouvernance du développement durable dans l’entreprise s’inscrive dans un cadre européen, plutôt que dans un cadre proposé par le projet de loi Grenelle (26,3 %) ou d’être libre à la discrétion de chaque entreprise (21,1 %).

D’une manière générale, ces responsables du développement durable saluent l’avancée qu’ont représenté la loi NRE et l’obligation de publier des informations liées au développement durable (84,2 % de favorables). Dans le cadre du projet de loi « Grenelle de l’environnement 1 », ils souhaitent voir ce principe conforté, avec une extension de cette obligation de reporting à de nouvelles entreprises (92,1 % de favorables) et une intégration de ces informations au rapport de gestion soumis à certification et présenté devant l’Assemblée Générale (84,2 % de favorables).

La totalité des répondants est également favorable à une présentation des risques et orientations développement durable devant leur Assemblée Générale. En matière d’outils de mise en oeuvre des politiques RSE, ils sont une petite majorité (44,7 %) à penser que les indicateurs de développement durable doivent être choisis parmi les standards internationaux existants (GRI), plutôt que proposés par les secteurs/branches professionnelles (36,8 %) ou encore par les pouvoirs publics (18,4 %). Enfin, ils proposent d’assortir ce cadre institutionnel de gouvernance de nouveaux outils et incitations telles que la généralisation des bilans carbone® (81,5 % de favorables) ou encore la mise en place d’une fiscalité qui prenne en compte le coût carbone des produits (68,4 % de favorables).

Le C3D encourage une plus grande lisibilité de l’impact social et environnemental de l’activité économique

Les membres du Collège se réjouissent de voir les responsables du développement durable convaincus de l’intérêt d’un cadre institutionnel incitatif mettant en perspective les enjeux du développement durable et la stratégie d’entreprise. Comme le note Alain Renaudin, Directeur Général adjoint de l’IFOP, dans son commentaire de l’étude, il y a « une adhésion nette à ce cadre institutionnel, à l’idée de contraintes ou d’incitations (critère dans les appels d’offre, penser au niveau européen, sanctions pour les entreprises qui rempliraient mal les obligations de reporting développement durable (66% d’accord), TVA allégée, obligation de formation, majoritairement favorables à l’obligation des bilans carbone, à la prise en compte du coût carbone, etc.) … pour mettre l’entreprise en obligation d’agir ? » De même, le renforcement de l’information obligatoire des entreprises sur leur impact sociétal ne pourrait qu’améliorer la compréhension des politiques d’entreprise à un moment où il est indispensable de retrouver la confiance de l’opinion.

Rappel sur le C3D Le Collège des directeurs du développement durable engagés (C3D) est une association née en 2007 qui réunit une quarantaine de Directeurs du développement durable et de la responsabilité sociale au sein d’entreprises privées et publiques et quelques experts associés. L’objectif de ce collège de professionnels engagés est triple : permettre l’échange entre eux, dialoguer avec les autres acteurs concernés et porter dans le débat public des propositions visant à renforcer le mouvement d’implication des entreprises en faveur du développement durable. Les membres du conseil d’administration du C3D sont : * Alice Audouin (Havas Media), * Marine de Bazelaire (HSBC France), * Jean-Louis Chambon (CEA), * EricFlamand (ex-SNCF), * Patrick d’Humières (Les entreprises du médicament), * Dolores Larroque (Sodexo), * Emmanuel Soulias (Macif) * et Hélène Valade (Lyonnaise des Eaux)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sequovia 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte