Magazine Focus Emploi

Le MIP , ou marché international des programmes, promet une rentrée chargée

Publié le 21 octobre 2008 par Jérémy Dumont

Le MIP , ou marché international des programmes, promet une rentrée chargée                    

                   

Moment of truth - DR                    

                                                                    

En décembre 1974, cette phrase fut prononcée  : « Bonjour mon Titi, je suis le Père Noël, ce que tu attends, je vais te le donner, dans ma grande hotte, tu pourras trouver toutes les belles choses que tu attendais. » Grâce à ce 45 tours intitulé Tout ce que je veux pour Noël, Grosminet déguisé en Père Noël mettait alors du baume au cœur de Titi et de la population mondiale, déprimée par les chocs pétroliers. Et voilà que, trente-quatre ans plus tard, la planète fait du boudin, à cause de la crise financière cette fois. Il fallait absolument avancer Noël de deux mois afin de réconforter les peuples. Au MIP, le marché international des programmes qui s’est tenu cette semaine à Cannes, Libération a donc rempli sa hotte. Et rapporté tout un tas de somptueux (ou pas) concepts, picorés au fil des stands ou repérés par l’agence The Wit qui, à chaque MIP, présente aux professionnels les nouvelles émissions à fort potentiel d’audience glanées sur les chaînes du monde entier. C’est cadeau.

Une très belle panoplie de mariée

L’amour est dans le pré, vous vous souvenez, c’était cet été sur M6. Les nobles itou, ça vous parle. Alors vous adorerez l’allemand Gräfin gesucht (« Recherche comtesse »), où des fins de race tentent de la prolonger un peu. Comme chez son homologue agraire, cet Amour est dans la particule voit quatre nobliaux inviter leurs prétendantes – roturières willkommen – en leur château bavarois. Effet comique assuré  : la confrontation avec la belle-doche à blason. Genre majeur de la télé depuis Tournez, manèges  !, l’émission matrimoniale connaît une poussée façon urticaire géant. Aux Pays-Bas, Million Dollar Wedding cherche le couple parfait pour lui offrir des noces plaquées or. Pour du moins classique, opter pour des épousailles en pagne  : chez Tribal Wedding, un couple d’occidentaux abandonné sur une île à peu près déserte se marie selon les rites de la peuplade locale, c’est-à-dire avec os dans le nez et Marche nuptiale au tam-tam.

Le MIP , ou marché international des programmes, promet une rentrée chargée

Gräfin gesucht - DR (recherche comtesse)

Une superbe tronçonneuse

A côté, Koh Lanta, c’est pour les petites filles  : l’américain Fear is Real recycle les films d’horreur à la sauce télé-réalité. Soit 13 candidats (ça part mal), aux prénoms prédestinés (Jason, Freddy), au profil sociologique idoine (la blonde écervelée, le Noir qui se fait tuer en premier, le grand gars type capitaine de l’équipe de foot du lycée) et un gros lot, satanique en diable, de 666 666 666 dollars. Pour espérer l’emporter, tout ce beau monde doit affronter ses pires phobies (nous, perso, c’est revoir la Cauetidienne). Glagla toujours avec Dead Set, une fiction britannique d’Endemol  : figurez-vous que les zombies ont contaminé les Anglais à l’exception, navrante, de ceux enfermés dans Big Brother (le Loft Story local). Navrante car il va falloir compter sur cette poignée de bulots exhibitionnistes pour sauver le genre humain.

Une jolie feuille de vigne

Sans qu’aucune explication sociologique puisse la décrypter, une étrange tendance a surgi du MIP  : la tendance à poil. Partout, on se déloque. Dans Miss Naked Beauty (Belles toutes nues, bientôt sur M6), on s’absout de ses complexes en les montrant à des millions de téléspectateurs. Pas con. Les amateurs de Jacques Legras et de gaudriole seront quant à eux comblés par Naked and Funny, puisqu’il s’agit de sketchs en caméra cachée, mais à poil. Pas con du tout. A poil toujours – attention, enchaînement au frein à main, mais on ne savait où la mettre, cette émission –, avec les gorilles (gorilles, poils, capito  ?) de The Missing Link. Il s’agit d’expédier un groupe d’humains dans une jungle africaine où ils vont apprendre à vivre comme des gorilles (et peut-être à poil, notez), puisque, d’eux à nous, il n’y a qu’un chaînon manquant. Le but du jeu  ? Etre le mâle dominant, bananes.

Une somptueuse baguette magique

Allez hop, on enfourche son balai et abracadabra, toute la télé se retrouve ensorcelée. C’est Merlin, une série britannique sur l’enchanteur très courue au MIP. C’est The Sorcerer’s Apprentice, une télé-réalité où il s’agit de sélectionner le meilleur gâte-potion. Dans le genre paranormal, on attend aussi la version américaine de la série britannique Life on Mars, où un flic de 2008 se retrouve, d’un coup de baguette magique, transporté dans le New York de 1973. Soit un an avant Titi (c’est juste pour voir si vous suivez).

Le MIP , ou marché international des programmes, promet une rentrée chargée

Life on Mars - DR

Un uniforme de toute beauté

Vous embrassez les yeux ouverts ou fermés  ? Ouverts  ? Alors vous n’êtes pas normal. Le quiz japonais Manningen récompense les candidats les plus ordinaires, ceux qui répondent comme la majorité. Surtout ne pas sortir du rang, surtout ne pas se faire remarquer et à vous la pluie de pépettes… Plus bayrouiste, le jeu italien Primo e Ultimo  : il ne faut pas être dernier, mais pas premier non plus, le pire et le meilleur candidat étant éliminés à chaque épreuve. Et c’est çui du milieu, le moyen, qui gagne. Comment être ce parfait mouton  ? En participant au jeu suédois The Social Game, qui permet d’apprendre à ne pas faire son intéressant en société. Genre  : comment masquer sa subite érection en public  ? C’est vrai, ça, comment on fait  ?

Un magnifique martinet

D’année en année, au MIP, ça se durcit  : l’éducation des enfants à grands coups de télé sur la caboche. Aujourd’hui, Supernanny fait office de laxiste soixante-huitarde, les mômes, y comprennent que la schlague. Alors, comme dans World’s Strictest Parents, on envoie nos jeunes punks d’ado se faire remonter les bretelles dans des familles à l’étranger (au Ghana ou en Inde), où on ne rigole pas avec l’autorité. Au bout d’une semaine, l’ado pleure sa mère  : maté, le p’tit con. Plus expéditif, le britannique Banged Up, parrainé par l’ancien ministre de l’Intérieur David Blunkett, colle des jeunes délinquants au trou, dans une ancienne mais bien réelle prison. Et, déjà, on imagine une version française où Charles Pasqua accueillerait en zonzon des siffleurs de Marseillaise. Brr.

Le MIP , ou marché international des programmes, promet une rentrée chargée

Banged Up - DR

Un très beau poing dans la gueule

A Noël, il y a toujours le cadeau qui ne fait pas plaisir, eh bien voilà, joyeux Noël  ! Ça va faire mal, ça va être désagréable, voire insupportable  : une flopée de nouvelles émissions font l’effet d’un coup de Taser dans les gencives. Dans Moment of Truth, un candidat, relié à un détecteur de mensonges, doit dire la vérité pour remporter de plus en plus d’argent. Alors, pour 100 000 dollars, tu l’as trompée, bobonne  ?

La suite par ici

Posté sur : le vide poches / communication
Posté par : Loïc LAMY
Source : Libération


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jérémy Dumont 84 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte