Magazine Journal intime

Panique en salle d'attente

Par Docrica
Mal de tęte. Illustration. Mal de tęte. Illustration. Š Cultura/Corbis

Vendredi soir, 19h45, encore 5 ou 6 patients en salle d'attente.

J'ai la surprise en raccompagnant le patient en cours, de voir sur le divan, deux des mes patientes habituelles, la trentaine. La premičre soutient la seconde qui est en pleurs, le visage déconfit, apparemment trčs mal.

Elles se lčvent spontanément pour entrer au cabinet, tout en disant merci aux autres patients. Je comprends qu'elles leur ont demandé la faveur de passer rapidement.

C. est une patiente sans problčme. Si elle m'a amené ŕ plusieurs reprises ses deux enfants pour des pathologies diverses et variées, son mari pour un problčme de hanche (il a vraiment pas de bol lui... prothčse de hanche a la trentaine... il est garni pour le coup...)... elle , je ne me rappelle pas l'avoir vu "pour elle"...

L'accompagnante, S. me dit :

Elle: "Elle a de fort maux de tęte, elle vomit, elle a mal ŕ la nuque, et elle peut pas marcher"

Aie. Ça, ça pue. Ça pue la vraie urgence ŕ plein nez. Elle ajoute alors.

Elle: "La lumičre l'aveugle".

Ça sent encore moins bon. Ça sent la méningite.

Installé rapidement sur la table d'examen, l'interrogatoire s'accompagne des premiers examens cliniques.

Extręmement angoissée car elle a pensé de suite au diagnostic fatidique, elle a vu un reportage ŕ la télévision.

C. "Je vais mourir Docteur ?"

Je commence par lui gratter les pieds, ŕ la recherche d'un signe qu'on appelle le réflexe cutané plantaire ou signe de Babinski. On gratte la plante du pied avec ce qu'on a sous la main (voire le pouce) pour vérifier comment réagit le gros orteil. Une anomalie ŕ ce niveau serait trčs suspecte. Ce n'est pas le cas pour elle.

A l'aide du marteau ŕ réflexe, je lui vérifie les rotuliens (genou) les achilléens (au dessus du pied), les bicipitaux et tricipitaux (au niveau des coudes). Une assymétrie des reflexes serait lŕ aussi douteuse. Toujours pas le cas chez C.

Une loupiotte dirigée vers ses yeux me permet de vérifier la symétrie de ses pupilles, et j'en profite pour vérifier que les globes occulaires se dirigent correctement dans tous les sens.

C. "J'ai trčs trčs mal lŕ, comme de l'electricité". Elle me montre son cuir chevelu sur la droite. Finalement, c'est le premier point qui me rassure... et si ce n'était pas une méningite... j'ai un début d'idée alternative ŕ la cause de son problčme.

Je continue l'examen pour confirmer/éliminer la grave pathologie.

Les jambes en extension, genoux non pliés, je les lui relčve. Si ça lui fait mal ŕ la tęte, ça fait partie des signes de méningites. Toujours pas le cas pour elle.

Je lui demande enfin, de laisser sa tęte toute molle, "comme une poupée de chiffon", et je lui empoigne de ma main gauche la nuque, pour lui faire faire des mouvements de flexions. C'est un des signes principaux de la méningite. Si la nuque apparaît un tant soit peu raide... on peut appeller le samu... Toujours par le cas pour C.

Me voilŕ donc, deja fort rassuré... il me reste plus que la rassurer .. ŕ elle.

Température: normale. Tension: Normale.

C'est le moment de vérifier l'idée alternative... et je suis en fait extręmement surpris par la fréquence de ce problčme parmi mes patients. Il s'agit de problčmes de cervicales et de dos.

Je vais lui appuyer sur la deuxičme cervicale ŕ gauche (de l'autre coté) pour étalonner sa douleur. Elle n'a pas mal.

Je vais la męme chose, au męme endroit sur la droite... et la "Aiieeeee". Forte douleur. Bingo. C'est une névralgie d'origine cervicale, probablement une névralgie d'Arnold.

Moi: "Bon. Pas de panique pour la méningite... je n'ai AUCUN signe de méningite pour l'instant, et je pense que votre problčme est cervical.. On va le savoir vite... si la manoeuvre que je vais vous faire vous soulage... c'est bon.. sinon je vous hospitalise au cas oů"

Je la fais s'asseoir, le dos bien droit, la tęte un peu en arričre, j'empoigne en étant derričre son cou, juste au dessous des mâchoires, et délicatement (et fortement) je tire sa tęte vers le haut, en faisant de tout petits mouvements de cisaillements, ŕ droite, ŕ gauche.

Miracle... A la fin de la manoeuvre... Disparition du mal de tęte, il ne reste qu'une trčs petite zone "électrique".

Je l'ai recu lundi... avec un collier cervical souple, elle me dit qu'elle a tellement paniqué vendredi soir... qu'elle en a dormi jusqu'au samedi.

Elle va aller voir un ostéo... elle a raison, je ferais pareil ŕ sa place.. mais je peux pas lui proposer, je suis "docteur"... et on prescrit pas de l'ostéo non remboursée...

Allez plus loin:
- La méningite sur Wikipédia


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Docrica 100 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte