Magazine

Congrès du PS : décryptage et pronostics

Publié le 21 octobre 2008 par Frontere

Congrès du PS : décryptage et pronosticsÀ quelques encablures du congrès du Parti socialiste à Reims, il est temps de voir comment les choses se présentent pour le principal parti d’opposition.

Premier point, six motions d’orientation ont été déposées, motions A,B,C,D,E et F. Quels sont les hommes et les femmes qui se cachent derrière ce qui ressemble à un début d’abécédaire? C’est ce que je vous propose de découvrir. Mais au préalable ce constat : si l’élection présidentielle avait lieu dimanche en France, Nicolas Sarkozy serait sans doute facilement réélu, 54, 55% des suffrages? En face de lui il est vrai que c’est encore le vide. Sidéral. D’où l’enjeu du congrès de Reims : réinventer une opposition efficace, intelligente, innovante. En outre désigner un successeur à François Hollande qui a été premier secrétaire de 1997 à 2008.

Deuxième point : peu de choses sur le fond séparent les différents textes de toute façon plus ou moins rendus caducs par le krach financier, il n’y aura pas un grand débat idéologique : plus personne ne propose la rupture avec le capitalisme ; la distinction entre les textes se fait sur la forme, mais question : la forme n’est-elle déjà pas une esquisse du fond ?

→ motion A présentée par Bertrand Delanoë, elle s’intitule : « Clarté, courage, créativité : une gauche conquérante pour redonner un espoir à la France »

Principaux soutiens : François Hollande, c’est-à-dire une bonne partie de l’appareil, Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Pierre Moscovici, député du Doubs, ex. proche de Dominique Strauss-Kahn, dont il espère entraîner une large partie du courant. Faut voir.

La déclaration pour le moins malencontreuse de Bertrand Delanoë il y a quelques semaines à peine : « je suis socialiste et libéral », le ralliement in extrémis de Pierre Moscovici à la motion A, sont-ils un gage d’ancrage à gauche de la motion A? On peut poser la question. N’oublions pas non plus le rôle du député du Doubs dans le naufrage de Lionel Jospin en 2002 dont il était l’un  des deux directeurs de campagne …

Cette motion est l’héritière des anciens courants Jospin et Rocard. C’est dire que sa conception du rôle du parti est traditionnelle, celle d’un parti de militants.

Mon pronostic : 37% des votes des militants.

Site : http://clarte-courage-creativite.com

→ motion B présentée par Christophe Caresche, député de Paris : « Face à l’urgence sociale et écologique. Pour un Parti socialiste résolument écologique »

Parmi les signataires Bruno Rebelle, ancien responsable de « Greepeace » et ex-soutien de Ségolène Royal.

Cette motion veut en quelque sorte occuper le créneau écologiste au sein du PS avec le risque qu’un score dérisoire discrédite cette école de pensée. Au-delà de l’intérêt porté aux problèmes environnementaux, beaucoup de signataires sont là en stand-by, la motion est une sorte de refuge dans l’attente des négociations à venir après le vote des militants. C’est l’une des deux motions résiduelles du congrès. À ce propos, rappelons que pour être représentée au sein des instances du PS une motion doit obtenir au niveau national au moins 5% des voix, et ce dans au moins 15 fédérations. La motion B en sera loin mais ses signataires le savent même s’ils bombent encore le torse.

Mon pronostic : 2% des votes.

Site : http://monpoleecologique.fr

→ motion C présentée par Benoît Hamon : « Un monde d’avance, reconstruire l’espoir à gauche »

Principaux soutiens : Henri Emmanuelli, député des Landes dont il est aussi président du Conseil général, Jean-Luc Mélenchon, sénateur de l’Essonne.

Cette motion a réussi l’exploit d’unifier toutes les composantes de l’aile gauche du PS. Elle a aussi eu le courage de promouvoir un quadra, Benoît Hamon, qui pourrait être l’une des révélations du congrès. Cet ancien proche de Martine Aubry n’a pas l’habitude de mâcher ses mots. Le retour de l’État dans le capital des banques, les nationalisations provisoires (ou pas), la régulation de l’économie de marché : voilà autant de thèmes d’actualité où il sera à l’aise comme un poisson dans l’eau. Mais la présence de la motion qui suit concurrence sérieusement celle-là. 

Mon pronostic : 12% des votes.

Site : http://unmondedavance.eu

→ motion D présentée par Martine Aubry : « Changer à gauche pour changer la France »

L’intérêt de cette motion réside dans le fait qu’elle rassemble des socialistes aux parcours très divers : Dominique Strauss-Kahn, représenté - FMI oblige - par Jean-Christophe Cambédélis, Laurent Fabius, l’un des rares hommes d’État au sein du PS, Guillaume Bachelay, auteur de l’excellent Désert d’avenir ? Le PS 1983-2007 (1), Arnaud Montebourg, qui vient de prendre la présidence du Conseil général de Saône-et-Loire.

Les uns ont pu voter “oui” au referendum sur le Traité constitutionnel européen en 2005, les autres  “non” mais les uns et les autres veulent tourner la page de l’ère Hollande à qui ils reprochent son immobilisme.

Mon pronostic : 21% des votes.

Site : http://changeragauche.net

→ motion E présentée par Gérard Collomb : « L’espoir à gauche, fier(e)s d’être socialistes »

Une curiosité, cette motion qui est celle de Ségolène Royal n’est pas présentée par elle-même. Qu’en déduire : sa volonté de ne pas faire de sa personne un obstacle à une synthèse générale? Sa peur d’un échec alors qu’elle avait été désignée, par plus de 60% des votes, candidate à l’élection présidentielle de 2007?

En tous cas le très modéré Gérard Collomb fait pâle figure! Quant au spectacle proposé récemment par Ségolène au Zénith il a atteint le comble du ridicule, du grotesque.

Proposer un parti de supporters, une idée chère depuis longtemps à Jean-Pierre Mignard, est-ce la réponse au krach actuel ? Qu’est-ce que Ségolène Royal a à dire sur l’économie à part de surenchérir pour donner des cautions à la gauche du parti ?

Autres soutiens de la motion : Vincent Peillon, l’ancienne de Normale Sup’, Aurélie Filipetti, ou encore le très droitier Manuel Valls.

Mon pronostic : 26% des votes.

Site : http://fiersdetresocialistes.org

→ motion F présentée par Franck Pupunat : « Socialistes, Altermondialistes, Écologistes »

Mauvaise conscience du congrès cette motion a des parfums de mai 1968. Son ambition est de représenter un pôle trans-partis < gauche, d’où l’idée d’une motion déposée chez les Verts lors de leur congrès.

Elle devrait rester néanmoins en de bas étiages.

Mon pronostic : 2% des votes.

Site : http://mouvementutopia.org

Dans un prochain article j’envisagerai différents scénarios de conclusion au congrès. D’ici là, chers amis internautes, c’est vous qui avez la parole.

À suivre …

Notes

(1) « L’encyclopédie du socialisme », 7 € 50 

(2) et non pas scenarii car l’accent aigu a francisé le mot


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :