Magazine

Don Quichotte et ses moulins pas là où on veut bien le dire

Publié le 27 octobre 2008 par Didier54 @Partages
Regardé l'autre soir, une fois n'est pas coutume, j'avais qu'à pas boire du café le soir non plus, la fin de l'émission On n'est pas couché du gars Ruquier.
Je ne l'ai pas regretté.
Étaient invités les fameux frères Legrand, qui lancent un documentaire [visible dans 20 cinémas en France....] sur les non moins fameux Enfants de Don Quichotte et, souvenez-vous, la spectaculairement médiatique opération menée fin 2006 (déjà) au bord du Canal Saint-Martin. Venez sous tente vivre une nuit la vie d'un SDF, c'était en substance le message. Une campagne électorale plus tard et deux hivers où pas grand chose n'a changé, les gars relancent le débat et la machine. Ils luttent.
S'en est suivi samedi un "débat' plutôt âpre disons-le, l'un des frangin ayant visiblement décidé (aussi) de se cogner verbalement l'un des trublions de la bande à Ruquier, le journaliste polémiste Zemmour.
C'était intéressant, in finé, sous l'angle il est vraiment urgent que les médias et leurs représentants cessent de croire qu'ils savent tout à propos de tout et qu'ils sont capables d'en parler. Il est tout aussi urgent que ces mêmes journalistes réapprennent à vérifier leurs sources et notamment, à les diversifier. Ou apprennent à le faire. Leurs infos en seront.
Parce qu'en l'occurrence, nanti des chiffres officiels du ministère, le journaliste a tenu une position sur la question du logement social et des sans abris vite atomisée par les gars Legrand, position bourrée de préjugés et d'arguments à deux balles.
Tenait pas la route, le garçon, malgré ses informations et sa dextérité verbale. Brandissant ses chiffres et s'arcqueboutant sur l'idée que ces chiffres venant du ministère, ils étaient forcément irréfutables. Si vous n'avez pas confiance en ces chiffres, on ne peut plus avoir confiance en rien, a-t-il dit à un moment, un brin pathétique. Faut dire qu'ils tenaient sacrément la route, les deux autres lascars, comme sortis de nulle part. Duo rôdé. Mais les gars ont bossé leur sujet.
Ils étaient déterminés à montrer que le citoyen, pour peu qu'il s'en donne les moyens, a une sacrée force qu'on peut ici nommer foi.
Les Don Quichotte n'étaient ni des enfants de coeur, ni des doux rêveurs.
Le réaliste journaliste agitait, lui, ses moulins à vent.
La vérité est là où veut bien la voir. Ou ne la pas voir.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier54 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte