Magazine

Amour & Sexe... le lien complice

Publié le 27 octobre 2008 par Alex Ruben

La tabou-génération

Les tabous sur le sexe sont un vieil héritage des anciennes générations, et pour le faire disparaître, il faudrait commencer par changer les gens ! La génération des seniors d’aujourd’hui ayant vécu et subi durant de longues années tous ces tabous a du mal d’évoluer, et est très mal placée pour donner des conseils et des leçons aux plus jeunes. Tous ces hommes et toutes ces femmes de plus de 50 ans, souvent privés d’envie et de sexe, ont mis au placard toute forme de séduction, ce qui est le plus souvent la cause de leur mal. Dans le domaine de l’amour et du sexe, seule l’expérience du temps peut apporter de vraies réponses aux questions que l’on se pose. Mais le temps "fait son oeuvre" en réduisant les capacités de séduction et ne facilite pas la reconversion. En clair, il faudrait avoir vécu toute une vie pour avoir enfin compris, et savoir briser tous les tabous, mais là il sera définitivement trop tard.

L’hypocrisie généralisée

Le "sexe pur" est toujours reconnu comme une sorte de dégradation pour la femme, mais dont l’homme ne peut pas se passer "de façon vitale". Les prostituées de la Rue St Denis sont toujours là, aux mêmes endroits et dans les mêmes conditions qu’il y a 50 ans. Les sites porno fleurissent, car le sexe en tant que "besoin" est toujours là. Tout le monde peut y accéder en un seul clic, et les messages d’avertissement, quand ils existent, font bien sourire. Le porno constitue une sorte de refuge pour tous les privés de sexe, et ils sont légion ! Aujourd’hui les psys n’ont plus la cote, car ils ont dit tout et n’importe quoi, avec des contradictions flagrantes. A titre d’exemple : il y a 30 ans la masturbation n’était pas seulement considérée comme un péché, mais une source de dégradation et d’aliénation mentale irréversible, alors qu’aujourd’hui on en vente les mérites !

La méconnaissance du sujet

On diffuse des films d’amour "comme au cinéma" depuis des lustres, sans rien comprendre à l’amour et à ses conséquences. On dénigre les sites pornos sans savoir vraiment à quoi ils servent. L’information sur le sexe est ficelée, enfermée, cloîtrée dans les sexe shop, sur internet, ou dans les magazines pour adultes. On parle de libertinage sans explication et sans savoir réellement ce que cela signifie. On ne fait jamais le lien entre le sexe et l’amour comme si les deux mondes étaient étrangers. On fait un étalage de séduction par la pub et on s’accorde à penser que ce n’est pas une bonne chose. On multiplie les forum sexe pour essayer d’y voir clair avec des explications docteur qui finissent par couper l’envie. Pire encore, on en parle que pour faire peur avec la grand-messe sur le sida.

L’amour tendance platonique

L’amour, le vrai, doit être beau à tout prix. Le "bel amour"a toujours été platonique, même si y a eu dans le passé des poètes et des artistes qui on rivalisé d’adresse pour mettre à l’honneur la beauté du corps de la femme et les plaisirs qui vont avec ! L’amour au sens noble a inspiré l’art et la culture, tandis que le sexe est toujours apparu comme une simple réalité banale, qui ne fait que concourir à la procréation. Cette vision noble de l’amour est naturellement incompatible avec le sexe, dont l’image apparaît aujourd’hui plus que jamais sale et dégradante, à cause notamment des films pornos ou l’hard-extrême à fait place à l’érotique-soft. Comment ces deux mondes peuvent-ils se rejoindre ? La forteresse des sentiments constitue une riche et élégante Tour de Babel, au pied de laquelle le sexe tout court n’est que la consolation du pauvre.

La compleXité du seXe

Cette complexité du sexe réside dans le fait qu’il fait appel a des ressources de deux natures différentes : physique et mentale. Du coté physique il faut intégrer la notion d’âge, de forme physique, d’absence de stress, etc... Du coté mental il faut intégré la capacité d’avoir de l’imagination et des idées pour créer des fantasmes, des désirs, des envies. La masturbation est un exemple de "sexe pur et dur" qui développe fortement le coté mental et cérébral au détriment du reste. Elle peut jouer un rôle positif a condition de ne pas devenir exclusive et obsessionnelle car c’est incontestablement une forme de drogue. Elle ne peut remplacer le véritable acte sexuel qui offre des sensations toutes autres, et un plaisir en principe autrement plus large dans de bonnes conditions exemptes de frustration.

La question du physique et de l’âge

L’homme n’échappe pas à la nature et subi une évolution tout au long de sa vie, avec une forme sexuelle en adéquation avec sa forme physique, d’où pour un homme des besoins sexuels généralement plus importants entre 20 et 45 ans, ce qui est loin d’être toujours le cas chez la femme pour plusieurs raisons. Il y a là un premier déséquilibre avec d’importantes conséquences sociales. Il y a ensuite avec l’âge et surtout à partir de 50 ans une perte de forme physique pour l’homme, et simultanément une modification physiologique importante chez la femme. Cette perte de libido des deux cotés occasionne de vraies difficultés relationnelles. Cette situation n’est pas une fatalité à condition d’en avoir conscience, et de combler le manque du coté physique par une augmentation du mental, ce qui est parfaitement réalisable. A ce moment là, la compréhension et la complicité peut conduire à un véritable équilibre physico-mental condition idéale pour une sexualité riche et complète, souvent bien meilleure qu’en pleine jeunesse.

Le sexuel-amoureux mode d’emploi

Si l’on ne parle que du coté sexuel en faisant abstraction de l’amour et des sentiments, le premier but recherché serait de combler ce qu’on appelle "le besoin sexuel", à n’importe quel prix, et à n’importe quel âge. Pour l’homme cette satisfaction peut venir du fait de partager sa vie avec une femme sexuellement libérée, ou au pire d’avoir "à porté de main" des palliatifs de qualité. On dit que l’âge apporte la sagesse, mais pourquoi pas l’épanouissement "sexuel-amoureux" à condition de le vouloir ? Dans ce sens, rechercher et développer "à deux" cette sensualité qui fait le lien entre l’amour et le sexe est un beau programme. Il y a bien sûr un chemin à parcourir, un apprentissage à faire, qui nécessite entre l’homme et la femme ce qu’on a inventé de mieux dans le "sexuel-amoureux" : la complicité. Bienvenue à la frontière d’Eros !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Alex Ruben 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte