Magazine Culture

En ordre et en séries - Semaine n°5 (19.10 - 25.10)

Publié le 27 octobre 2008 par Blabla-Series

Dimanche 19.10

Dexter (3.04) Enfin ! Un vrai discours parental qui a du sens, appuyé sur une histoire autour d’Astor récemment rebelle après trois ans de figuration, c’était bien joué. La série semble aussi faire la part belle aux rôles secondaires, Rita d’abord qu’on ne voyait plus qu’à travers sa love affair avec Dex, Masuka aussi qui récolte une vision analytique de la part de notre expert sanguin, le sergent Batista qui se livre sur ses états d’âme, ça ne semblait pas si difficile finalement et cela s’avère très enrichissant.

Ce qui me chiffonne un peu, c’est le désir de mariage de Dexter qui va à l’encontre de la personnalité froide et distante du personnage de départ. Même si l’idée reste plutôt étrange, la scène finale de l’épisode remet les choses à plat, et nous aussi, on aurait bien envie d’épouser bioutiful Rita, là, tout de suite. Du coup, c’est malin.

Californication (2.04) C’est le jour des demandes en mariage. Contraint de dire au revoir à Rita, il faut aussi oublier amazing Karen, si belle et si hype ? C’est une hécatombe ma parole. Tout l’épisode était agréable et bien écrit, le dîner entre tous ces esprits tordus et le trio familial ne manquait pas de charme et était diablement déjanté ; malheureusement la révélation finale nous indique plus ou moins que la vie débridée d’Hank va revenir en gros plan, on en est déjà désolé.

True Blood (1.06) Alan Ball est actuellement le seul américain à savoir créer une série digne de ce nom, autrement dit une série étrangement singulière à l’univers inédit qui nous rend d’abord perplexe puis qui nous envoûte, épisode par épisode, toujours un peu plus. C’est le propre d’une vraie série, old-fashioned comme Gilmore Girls ou Six Feet Under et qui n’a plus d’équivalent à la télé actuelle. On s’attache à tout et sous le coup de la fascination à chaque intrigue déployée, dévore les épisodes ; voilà des années que la sensation s’était volatilisée. True Blood est assurément la meilleure série de cette rentrée.

Dans l’épisode 6, gros coup de cœur pour Tara et sa mère, Tara est un personnage de série inédit, elle frôle l’excellence à tout point de vue. Aussi, la mort d’Adèle Stackhouse m’a fendu le cœur et depuis cet épisode, on peut dire qu’Anna Paquin ne manque définitivement plus de charisme.

true blood 1x06.jpg

True Blood (1.07) On en apprend plus sur l’enfance de Sookie et de son histoire avec son grand oncle. Bill règle ça en vitesse, je ne suis pas sûr que ce soit très utile. Tara et sa mère nous refont une version de l’Exorciste, vu que la série évoque aussi l’Amérique profonde, l’effet est garanti. L’info primordiale de l’épisode est l’arrivée de Lizzie Caplan en bohème philosophe, merci Alan, Lizzie va nous conquérir tous, un par un, comme Alexandre le Grand version Cloverfield. La fin est aussi soignée que celles des autres épisodes, la série sait la jouer haletante.

Bill n’est pas mort Sookie, HBO ne serait pas d’accord.

Desperate Housewives (5.04) Je ne pense pas avoir vu mes exigences à la baisse ou être devenu un fan dénué de jugement et de recul et pourtant Desperate Housewives envoie du bon pâté depuis deux épisodes. Celui-ci était excellent, il n’y avait plus cette impression de gags cloisonnés autour de chaque housewife mais bel et bien une histoire commune et de bonnes idées autour de chacune d’elles. Le point fort de cet épisode est de renouer avec les grands thèmes de la saison inaugurale, notamment Lynette qui reparle boulot et qui nous conquit à sa cause avec son discours sur la housewife (retour aux sources pour la série). La série donne l’impression qu’elle cesse avec la surenchère, l’humour soapesque et les excès de jeu, la série remise sur son aspect dramatique non conventionnel et déploie des intrigues intéressantes qui correspondent vraiment à la personnalité des personnages.

Secret Diary of a call Girl (2.07) Il semble maintenant certain : la série délaisse définitivement le côté anecdotique stand alone de la série et se concentre sur sa trame dramatique, ce qui en soi vu le talent de Billie Piper est une over good idea. Surtout qu’un triangle amoureux, depuis Joey Pacey Dawson, ça commençait à manquer, celui de Secret Diary étant bien plus hype aussi.

Secret Diary of a call Girl (2.08) Fin de saison pour notre escort, le season finale a des airs de series finale et pourtant on a check avant le visionnage, il y aura bien une saison 3, c’est tant mieux, j’ai du mal avec les adieux, les « au revoir Billie pour toujours ». Ca avance follement au cours de cet épisode, avec un dernier client richissime, Belle accepte de reprendre son job. Dès le début, on comprend que c’est Alex qui lui tend un piège, enfin soyez sérieux les e-lecteurs, je sais que je suis plus vif que vous, mais quand même, on l’a vu venir celle-là. Toute cette histoire pas très inspirée pour conclure sur Belle et Hannah, que finalement, même combat. On le sait depuis un an qu’elles ne font qu’une et qu’Hannah n’est pas une travailleuse du sexe pour sa survie. Cependant, Hannah commence à écrire son journal, enfin, on s’approche de la Belle du jour-réalité, ses écrits commencant par sa première punchline de series premiere « The first thing you should know about me is that I’m a whore ». Emperruquée, déguisée, cachée, Belle témoigne après la parution de son bouquin, une vraie ellipse britannique. Nul doute que le sujet de la saison 3 est tout trouvé, on espèrera quand même voir un peu d’inattendu, et de Bambi aussi, parce-que c’est la whore la plus funky de tout Londres.

Lundi 20.10

Gossip Girl (2.07) Je suis scandalisé, Eric nous sort de la blague sur Sarkozy et Eurodisney, depuis quand Gossip Girl pompe l’humour dépassé des médias français ? Il n’empêche, cet Eric me plaît, je dis oui à son aventure débridée avec son boyfriend de 14 ans : Gossip Girl la première série à traiter de l’homosexualité prépubère ?

Blair et Chuck troquent leurs derniers habits d’adolescents pour camper le rôle de Merteuil et Valmont et manigancent sur Vanessa-le-cheveu-fort-drû. Chuck tombe sous le charme de Vanessa et se gentilise, Nate se fait adopter par les Humphrey, Jenny ne nous bassine plus avec son envie de Project Runway, Serena se la joue rebelle et insulte sa mère in front of everybody, c’est donc ça Gossip Girl maintenant, du changement impromptue comme cette métaphore pourrie sur le changement des saisons de Kristen Bell ?

Heroes (3.06) Les e-lecteurs ne font rien que m’embêter, alors j’ai décidé de la jouer pro-Heroes cette semaine.

Heroes is the best show ever, cet épisode était incommensurablement l’épisode le plus intense du mois toutes séries confondues, je trouve Matt Parkman full of charisme, Hiro Nakamura est toujours aussi adorable et pas du tout annoying comme personnage et Milo Ventimiglia devrait remporter sept Emmy d’office et en donner un à sa copine Hayden qui crève l’écran par son jeu mature et sobre.

Plus sérieusement, l’historiette entre Claire et les mamans était digne d’intérêt, l’univers de l’usine à jouets était une bonne idée et le sicko qui contrôlait tout était digne d’un méchant né de l’esprit Fincher. Heureusement Claire the warrior est revenue sur le devant de la scène, droite et fière avec un « Show’s over », c’était à provoquer des palpitations cardiaques ; intense l’épisode, je rappelle, plutôt évasif et faussement mystérieux aussi mais la fin soignée de l’épisode et les quelques dynamiques de la série (Tracy-Nathan, Nemesis-Matt) peuvent à la longue aboutir sur quelque chose de correct.

The Big Bang Theory (2.05) Un épisode spécial Sheldon, on l’attendait depuis le commencement du show, Sheldon digne héritier de M. Bean étant l’élément le plus comique de Big Bang. Forcément, l’épisode est une réussite totale, Sheldon se voit contraint de passer le permis de conduire, le jeune physicien nous produit alors ses plus belles répliquées renfrognées et asociales, c’est un délice. Gloire à Sheldon.

Worst Week (1.05) La série met fin à la fameuse semaine de co-habitation entre le couple et la terrible famille, le spectateur se sent moins lié par le concept (temporellement) étriqué de la série. La série profite de cet épisode de changement pour instituer une nouvelle méthode, à savoir ne plus mettre en scène le fiancé gaffeur seul contre tous les autres ; la série ose un rapprochement entre le gendre et le beau-père, donne un vrai rôle à la mère de famille, il n’est alors plus question de gags répétés engendrés par le seul fiancé gêné mais d’instaurer un ton comique plus développé, cet épisode a été décisif et prouve que la série n’est finalement pas si limitée.

Samantha Who ? (2.02) Si ABC mise davantage sur le quatra Samantha-Andrea-Dena-Regina, c’est qu’il est très (x10) prometteur, clairement mis en avant dans cet épisode, il permet à cet Out of Africa d’être délicieux. Grâce aux personnages si attachants et singuliers de la série, la série ne nécessite que de peu pour faire rire et donc Samantha Who réussit toujours à charmer lorsqu’elle ne lorgne pas du côté de la gentille bluette lourdement moraliste. L’épisode remplit facilement son contrat du jour et nous procure de bons moments, merci à ces quatre filles pleines d’entrain.

How i met your mother (4.05) Le jour du mariage est enfin arrive. La question qui ronge les fans les plus intelligents de la série est : comment Ted va-t-il se débarrasser de Stella avant le passage à l’autel ? Parce qu’on n’est pas dupes sieurs les CBSiens, on sait pertinemment qu’elle n’incarnera jamais la mother, she’s blonde, you know, and not funny. L’épisode vient répondre à notre question et on se dit malgré tout que les scénaristes ont parfois de bonnes idées saugrenues.

how i met 4x05.jpg

Mardi 21.10

Privileged (1.05) Parfois, niveau scenarii la série donne l’impression d’être un sous-Gilmore Girls, sous mais Gilmore Girls quand même, ce qui est foncièrement clinquant. Pour l’aspect formel, c’est là que le bas blesse, comme les personnages aussi, notamment les seconds rôles (Will, Marco, Charlie) qui pèchent majoritairement par manque de profondeur. En à peine cinq épisodes, la relation entre Megan et sa sœur est déjà limitée et ne produit aucune surprise. Le seul atout véritable de la série reste la relation entre Sage et Rose et celle qu’elles ont avec Megan, cette héroïne un peu casse-pieds.
Megan est en effet une héroïne complexe, elle peut se montrer très agaçante et encombrante -l’épisode dernier et ses discours sclérosés sur l’abstinence étaient à se fracasser la mâchoire contre la Bible- mais elle est toujours très pétillante et pour cela bénéficie (avec Sage) des meilleures répliques, la preuve ce mardi : “Are we talking themes here because i rock at themes.
Lily ? Right I hear Charles Manson is up for parole pretty soon. Maybe he wants to catch some rays too." Very Gilmore Girls this line !

Fringe (1.06) Faut reconnaître que oui, chaque épisode de Fringe est construit de la même manière, à la séquence près, c’est un parti pris artistique, dirons-nous. Sauf que c’est épisode il est über-top parce que il a consacré un festival-Olivia : Olivia est soucieuse, Olivia court (et alors on est content parce qu’Olivia lorsqu’elle court, elle récupère une capillarité normale), Olivia gronde fort, Olivia fait des blagues, Olivia fait du charme à Peter, Olivia se livre sur son histoire, Olivia menace et met fin au crime, Olivia reçoit une carte d’anniversaire, brrr, ça fait froid dans le dos ! Olivia a une tête bizarre, les cheveux d'Olivia sont plus-que-plats, le front d'Olivia est surdimensionné, Olivia a des yeux pas très symétriques et leur couleur, plutôt d’un vert suspect ; si ça se trouve, ce serait Olivia la clé du Pattern, Olivia est un O.G.M vivant peut-être. Mais j’veux bien cultiver moi, de l’Olivia.

fringe 1x06 the cure.jpg

Mercredi 22.10

Pushing Daisies (2.03) By proxy high five ! Le nouveau mot d’ordre chez Pushing Daisies qui regorge d’idées farfelues et attendrissantes, cet épisode le prouve encore. L’univers du jour était parfaitement réussi, on se retrouve chez les nonnes du Divine Magnatum, en compagnie d’Olive Snook la délicieuse. La force de l’épisode est d’avoir réussi à inventer une intrigue du jour en connexion avec les péripéties personnelles de notre trio d’enquêteurs et permet de faire avancer un peu plus leurs histoires, notamment Chuck qui en vient à douter de son choix de rester en vie. L’épisode était tout bonnement dépaysant, ludique et épique, du grand Pushing Daisies.

Old Christine (4.05) Un épisode sympathique qui donne lieu à une old Christine barrée, une new Christine jalouse, un Richard tiraillé, un Richie au cœur des discussions, il ne manquait plus que Barb pour voir la série jouir de ses meilleurs éléments.

Pushing Daisies (2.04) David Arquette ! C’est une surprise ! Plus la fille qui joue Barb que j’aime beaucoup, cela nous fait de la guest en or plaqué. Chuck et Olive deviennent amies, c’est attendrissant, elles s’engueulent et règlent leur compte et c’est affriolant. A chaque épisode, on évoque la fille d’Emerson, il va être temps d’en faire un épisode spécial, pour le moment on se contente de sa Mama qui est un sacré numéro. J’ai également beaucoup aimé la petite parodie de 300, très réussi les effets de ralenti.

Friday Night Lights (5.04) Comment ne pas adorer FNL ? Concrètement ? C’est quand même la seule série qui parle d’une relation d’ados (Tyra et Landry) avec autant de recul, qui traite du retour de la mère disparue dans la vie d’un ado (Matt) comme jamais cela n’a été fait auparavant, avec de la simplicité et une maîtrise réelle du non-dit. Suis-je le seul à avoir retenu l’ouverture des vannes lacrymales pendant la dernière confrontation entre Eric et Smash ?

Dirty Sexy Money (2.03) Lucy Liu et Jeremy Darling ont une relation bancale qui ne prend pas, le dernier de la famille a bien du mal à se trouver une histoire en lien avec les quelques intrigues principales de DSM. On rencontre enfin la mère de Nick, qui était la grand-mère Van Der Woodsen il y a deux semaines sur la CW, difficile pour nous. La rencontre était très touchante, Nick fait part de ses états d’âme (ici un grand Peter Krause), on avance du côté de son histoire, on comprend les raisons du départ de sa mère il y a 30 ans, en sait plus sur les détails entourant la mort du patriarche, c’est l’occasion aussi de créer une confrontation (touchante, là encore) entre Nick et Letitia.
A côté de l’intrigue principale, focus on la femme de Nick qui est assez agaçante, à vouloir toujours créer des ultimatums entre elle et les Darling. On revoit également Kiki, moi qui pensais qu’elle avait été rayée de la bible du show faute d’intérêt, c’était une erreur, Nick a encore une fille, vivante en plus. Brian se rend au Brésil pour retrouver son père, le personnage est plus colérique que jamais, c’était limite trop.

Un épisode-kleenex qui montre tout le talent de Peter Krause et le potentiel dramatique de ce soap moderne. Plus de Karen serait appréciable sinon.

dirty sexy money.jpg

Jeudi 23.10

The Office (5.04) Comme The Office est la comédie la plus hilarante actuellement, pourquoi ne pas se contenter de quote-r ?

Michael « Pam-ela-l-a-a-a, miss you kiddo, miss you, so much ! »
« In my opinion, the third date is traditionally the one where we have sex, does Holly feel that way ? Don’t know, I will probably find out tonight.” “Ok, so we do the restaurant thing first – probably get soup or something light”
“A yoga lesson from Holly Flax, $300, do I hear $400 ? Hey batter batter hey, swing batter batter hey, anybody $300, do I see somebody in the back, $450?, .. sold for $300 to me, couic !”

“Couic, what the hell is that ? It’s only gavel we could find ! It squeaks when you bang it ! That’s what she said”

Holly “Springsteen tickets, the boss scored the boss, he knows how to get things, he got me. Twice”.

Dwight : “You either break off your engagement with that singing buffoon, apologize and then date me, or you can say good bye to this !” (Kitty d’Arrested Development, is that you?)

Grey’s Anatomy (5.04) Shiny Meredith, funky Christina and oldie Izzie : on retrouve notre trio d’origine dans une salle encore inconnue, Grey’s Anatomy remise sur sa légèreté, son humour girly et sa bonne humeur. Erica et Callie sont devenues le couple le plus intéressant de toute l’histoire de Grey’s Anatomy et pourtant, vu leur faciès, ce n’était pas gagné d’avance.
Point (un peu) noir de l’épisode, la peau (un peu) épaisse et grasse de Katherine Heigl qui ne mérite vraiment pas tant de compliment sur son physique. Si j’ai recours à de la critique superficielle, c’est que l’épisode était vraiment bon.

Grey’s Anatomy (5.05) Retour aux sources au Seattle Grace. Après 10 mn d’incompréhension autour du mot essentiel de l’épisode « kidney » (pardonne mes lacunes en jargon english médical), on réalise que Shonda renoue avec l’émotion initiale de la série, sans oublier sa bonne humeur, déjà établie lors du précédent épisode. Dans cet épisode, la conciliation était efficace, on rit (Meredith fait tomber le rein et nous tire une grimace d’anthologie, Cristina se débarrasse de ses internes-boulets, …) et on pleurniche (Lexopedia qui réalise qu’elle n’est pas aimée par George, la fille qui donne son rein pour son amant et qui réalise qu’il restera avec sa femme était .. ridicule, oui, mais très touchante aussi). Un épisode surtout très médical, une opération-domino concernant 6 patients, un épisode susceptible donc d’en imposer un max question émotions. On ne met pas non plus de côté les protagonistes, on retrouve avec joie le vrai duo Meredith-Derek, celui d’Izzie et Alex « i care about you x 12 » et on avance du côté de Callie et Cristina (Kevin McKidd is back).
Un épisode de Grey’s Anatomy complet et efficace, cela faisait des années que ça n’était pas arrivé, il faut crier victoire. Victoire !

Kath & Kim (1.02) J’ai décidé d’aimer Kath & Kim, rien que pour la moue médusée de Selma Blair, un guily pleasure humain que j’assume plus ou moins, rien que pour la scène de l’escalator, rien que pour la coiffure triangulaire de Kim. Et de toute façon, je regarde ce que je veux, il me semble, e-foule si tu trouves à redire, sue-me !

Kath & Kim (1.03) Pas grand-chose à dire de plus, à part peut-être l’ajout au cast régulier de Vanessa de Six Feet Under, on ne l’avait pas revu depuis des années, à l’exception d’une apparition éclair dans la saison inaugurale de Betty la moche. La série n’a pas grande ambition, même comique, juste ça se regarde sans déplaisir, juste j’ai rien à dire et juste comme c’est Kath & Kim, tout le e-monde s’en moque.

Ugly Betty (3.05) Christina, Marc & Amanda, Hilda en sidekick (et non en maîtresse éplorée) et surtout le grand Justin : on retrouve enfin les seconds rôles les plus dynamiques de la série, qui décuplent l’énergie de l’épisode et du coup notre intérêt et notre envie de chanter Hairspray en proie à l’excitation uglienne. Lindsay Lohan n’est rien d’autre qu’une sale pouffiasse, mais elle joue merveilleusement bien les sales pouffiasses, on ne peut pas lui enlever ça et avec Betty, cela forme un duo d’enfer « they called me Granny Pants for four years ». La bataille entre Daniel et Willie est toujours un plaisir, les voir en date était encore plus jubilatoire. Que de bonnes choses cette semaine, du coup on a l’impression que l’épisode était le meilleur depuis longtemps. Cette semaine, adam semble gentil avec toutes les séries d’ABC, l’heure est grave.

ugly betty 3x05.jpg

Vendredi 24.10

Crusoe (1.01) Ah d’accord, c’est donc ça le projet style Pirates des Caraïbes de NBC ? Non parce que j’ai cru au début à une parodie de la chaîne instiguée par Tina Fey et interprétée par Sasha Baron Cohen. Finalement, vu l’expression constamment sérieuse du musclor héros, je me suis dit que non, ça devait être ça le supposé palpitant Crusoe qui pour le coup a plus des airs de téléfilm période Christmas, horaire : 15h, public visé : les enfants écervelés sans famille. L’an passé, j’ai parlé à un ami de ce projet et lui ai fait part de mon excitation. Je lui présente mes plus plates excuses et lui donne droit de vie et de mort sur mon existence séance tenante.

Evidemment, inutile de préciser au e-visiteur curieux de mon avis véritable sur la fin de l’épisode que j’ai arrêté au cours de l’épisode, très vite, avant de succomber à une mort intellectuelle longue et douloureuse, autrement dit, à la 4e tirade du perroquet-bavard-absolument-pas cliché-absolument-pas-annoying.

Impressions primordiales de la semaine

Plus que quelques jours et 30 Rock revient en fanfaronne, Liz, Jack et Jenna m’ont manqué. Tous les impatients qui l’ont vu en préair finiront en enfer, brûlé par le regret de l’avidité. En filigrane, NBC, je suis un bon soldat, recrute-moi.

Si mes sources sont bonnes : Kristen revient dans le Heroes de ce soir, j’ai envie de siffloter et de faire une chorégraphie au sol pour fêter ça. YO.

J’ai envie de causer Big Love aussi. Qui revient le 11 Janvier et que je vais injecter direct en intraveineuse tellement cette fascination sérielle m’est vitale et me manque, depuis ô 15 mois maintenant.

Parlons Series Addict, veux-tu.

Le meilleur site spécialisé séries de toute la e-planète, avec une west mais aussi une east side de renom, avec du scoop about Scénaristes en Séries, avec un groupe über-facebook à la description si funky qu’on se demande qui a pu écrire un tel chef d’oeuvre. (J’ai conscience que mon identité et mon visage vont être également révélés au monde entier, ne vous précipitez pas, c’est le moment exhib’ du mois)
Series Addict a fait une nouvelle bannière rien que pour moi (on est star pour toujours), regroupant toutes mes héroïnes du moment (il reste du 90210 et du OTH, mais là j’ai rien pu négocier avec le grand chef capitaliste). Du coup, voir d’entrée sur un site Amy Ryan et Melissa George fréquenter Connie Britton, Julia Louis Dreyfus ou même Molly Parker, ça ne peut que prouver qu’on est les sériephiles les plus calés au monde. Et les plus classy aussi.

Et si vous en avez marre de ce blog (alors, ça vous tuera un peu), vous pouvez lire cette rubrique sous l’intitulé Adam casse la télé, la-bas, avec là encore une bannière très Blabla-Series. Dites, vous e-aimez ? On espère (la east side le vaut bien), Blabla-Séries et Séries Addict se sont unis pour la e-vie et il faut aimer sa maman et son papa de la même manière, c’est une règle de vie enseignée en grande section.

c510y.jpg

En brayfe, cette semaine, outre True Blood et FNL les deux meilleurs show qui soient, il fallait se mater toutes les séries d’ABC en assumant pleinement parce que Desperate Housewives, Ugly Betty, Pushing Daisies et Grey’s Anatomy ont été gravement killeuses de génitrice cette semaine. Il fallait aussi pleurnicher devant la fin de la saison de la Call Girl. Ce fut votre cas ou pas ?

secret diary call girl 2x08.jpg

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :