Magazine

Antoine Blondin : Monsieur Jadis ou l’école du soir

Publié le 27 octobre 2008 par Corboland78

A l’occasion d’une promenade récente dans Paris un samedi, je suis tombé par hasard sur une brocante installée sur les trottoirs d’un boulevard près de la porte Saint-Martin. Bibelots et bricoles habituelles jusqu’à ce que je tombe sur une pile de bouquins jetés en vrac sur une méchante couverture. Voir tous ces livres aussi mal considérés me cause toujours un choc aussi me suis-je précipité vers ces orphelins attendant qu’un bon samaritain s’intéresse à leur sort. Bien m’en a pris, car dans ce tas informe je déniche une paire de Blondin. Antoine Blondin (1922-1991) écrivain, journaliste, pilier de bistrot, une épopée faite homme. Ses articles sur le Tour de France et les matches de rugby sont dans toutes les anthologies de la littérature sportive quant à ceux sur les troisièmes mi-temps ils ne manquent pas de saveur. Le livre que j’ai en main, Monsieur Jadis, est une édition de la Table Ronde de 1970 dont je n’ai pas trouvé la photo pour illustrer cet article, et qui provient d’une bibliothèque du CE d’une boite sise rue Réaumur, le cachet sur la page de garde en fait foi et la fiche de prêt est encore dans le livre. Dans ce roman, l’auteur est pris dans une rafle de police et emmené au poste pour un contrôle d’identité, l’occasion d’utiliser le dédoublement de la personnalité, pour nous narrer sous le nom de Monsieur Jadis ses souvenirs d’autres commissariats et de rencontres hautes en couleurs, telles qu’on en fait quand on vit une vie de noctambule. Un écrivain stylé, une langue fluide et pleine d’humour, une culture certaine mais sans ostentation. Certains passages rappellent les dialogues d’Un singe en hiver avec Gabin et Belmondo, vous vous souvenez du film, et c’est bien naturel puisque c’est lui qui avait écrit ce roman. Un très bon livre à lire en dégustant les mots comme on retient quelques instants dans sa gorge une goulée de bon vin. A lire sans modération.

« Je me rappelais par un juste retour, la matinée où Albert et moi avions confondu un antiquaire avec un bistrot et exigé qu’on nous servît des ballons de rouge sur un guéridon en Coromandel. Cette fois-ci non plus je n’irai pas au journal. Je devais me laisser aspirer sans secousses par ce fier objectif d’un dîner avec Odile, me confire en alerte pieuse ; cet après-midi, je dormirai. »

Antoine Blondin : Monsieur Jadis ou l’école du soir La Table Ronde  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Corboland78 254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog