Magazine

Taser

Publié le 28 octobre 2008 par Angelita
La première action en dénigrement engagée par Taser France contre RAID-H (Réseau d’Alerte et d’Intervention pour les Droits de l’Homme) pour propos diffamatoires avec des dommages et intérêts demandés à hauteur de 50 000 €, a trouvé son épilogue hier. Le tribunal a débouté Taser France car elle ne détient aucun droit sur la marque Taser, marque américaine. Cette histoire se passe à Marseille et a été révélée sur Rue89. Le 21 octobre, un CRS a fait usage de son Taser contre un jeune sans-papiers jugé menaçant, lui évitant la mort par balle d’après “La Provence”. De là à avancer que le Taser a sauvé une vie, il n’y a qu’un pas que la police n’hésiterait pas à franchir dans ses propos. Les faits rapportés : après une course-poursuite entre 2 CRS et 5 personnes qui auraient jeté des pierres et des bouteilles en direction des officiers, un des officiers, se sentant menacé car surplombé par quatre individus, a utilisé son Taser. Le jeune homme a été relaxé du chef de “violence en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique” face à la légitime défense avancée par le fonctionnaire, toutefois il a écopé de deux mois de prison avec sursis et interdiction du territoire national d’un an pour infraction à la législation sur le séjour des étrangers, tout comme la deuxième personne arrêtée. Le parquet a fait appel de cette décision, il estime que la justice n’a pas “la même vision des faits que la leur”. RAID-H demande une enquête à l’IGPN avec visionnage des vidéos. Le syndicat de la police a affirmé qu’en deux ans, c’est la première fois que le Taser a été utilisé.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Angelita 404 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte