Magazine Journal intime

Hyères, enfin

Par Crapulax
DSC00503 6 heures à patienter à la cape. Les prévisions ne sont guère réjouissantes et je me résouds à atterrir en Italie si les prochains jours sont à l'avenant.
A un moment pourtant, le vent semble faiblir. Il ne fouette plus le visage comme avant, il est juste très fort. Les ridoirs des haubans se sont dessérés. Je les reprends. J'ai l'impression qu'on peut renvoyer la GV sans l'éclater. On essaye. Galapiat reprends de la vitesse, sur le bon cap avec un peu de marge. ça plane à 8 Noeuds sous trois ris et trinquette seule. Inéspéré d'autant que la météo continue d'être mauvaise pour les prochains jours. Petite fenêtre de rentrée? 14 Juillet, plein été, GG m'avait arrangé une place de port à Hyères que je perdais en arrivant trop, tard.  J'étais résigné à l'Italie mais ça semble rouler. Un coup d'iridium, oui, la place est toujours possible.
La côte se précise, Galapiat surfe, nous avons renvoyé de la toile. La nuit tombe. 14 Juillet et nous distinguons au loin les feux d'artifices. Marseille, Bandol, Toulon. Les repères se précisent. ça ressembe à de la cotière en méditerrannée. Passage entre Porquerolles et Giens, cap vers le port d'Hyères, on affale à l'abri, on entre dans le port, on est à la maison.
Je suis rentré? Après si longtemps, ça me parait encore irréel.    

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Crapulax 23 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog