Magazine

Stramm dans les tranchées de la modernité

Publié le 28 octobre 2008 par Magda

August Stramm. Cela vous dit quelque chose? A moi, ce nom n’évoquait rien du tout. Hier, j’ai découvert sur la scène du Théâtre de la Colline une partie de l’œuvre de ce poète allemand, qui écrivit surtout pendant la Première Guerre Mondiale. Dans une mise en scène d’Alain Françon, six acteurs lisaient un extrait de La Fiancée des Landes (1913) et de divers poèmes et correspondances livrés entre 1914 et 1915. Le merveilleux Michael Lonsdale (avec lequel je joue bientôt au théâtre, vous en serez informés of course) était le maître de cérémonie, répandant les accents inimitables et rêveurs de sa voix, sur ces textes expressionnistes très forts.

Car Stramm, mort à quarante-et-un ans en 1915, alors qu’il combattait dans les marais de Rokitno, est un expressionniste, et pas des moindres. “Personne n’a poussé l’expressionnisme aussi loin dans la littérature ; il tournait, rabotait, creusait la langue jusqu’à ce qu’elle se plie à sa volonté”, d’après Alfred Döblin, le célèbre auteur du roman Berlin, Alexanderplatz (1929). Ses poèmes, extrêmement musicaux (il faut les lire, si vous le pouvez, en allemand, bien que la traduction donne aussi une idée juste de son travail) sont aussi d’une modernité époustouflante, à la fois sèche et charnelle, comme en témoigne le poème Freudenhaus (Maison de joie) :

Lichte dirnen aus den Fenstern
Die Seuche
Spreitet an der Tür
Und bietet Weiberstöhnen aus!
Frauenseelen schämen grelle Lache!
Mutterschöße gähnen Kindestod!
Ungeborenes
Geistet
Dünstelnd
Durch die Räume!
Scheu
Im Winkel
Schamzerpört
Verkriecht sich
Das Geschlecht!

La guerre et l’amour, l’identité et la liberté, la dignité du poète qui, bien que pacifiste, ne désertera pas : August Stramm est un grand bonhomme aux sentiments exacerbés, et pour qui “le poème est un organisme où significations, rythmes et sons fusionnent en un geste expressif unique. Les sons ne sont pas une simple ornementation de la parole : ils en sont la source, ont en eux-même un poids, une couleur, une signification“, écrit son traducteur René Radrizzani.

Il est hélas bien difficile de trouver l’œuvre de ce grand poète en français. Son théâtre, ses correspondances et ses poésies sont éditées, parfois en version bilingue, ce qui est heureux, chez L’ACT MEM. Toutefois, le tirage de Poèmes et Prose, édité en 2003, est épuisé! Espérons simplement que les différentes manifestations qui ont lieu en ce moment autour de cet auteur réveilleront les presses de l’imprimeur en sommeil.

En effet, vous pourrez voir Feux, Rudimentaire, La Fiancée des Landes et Forces, les pièces d’August Stramm, du 27 novembre au 20 décembre 2008 au Théâtre de la Cité Internationale, mises en scène par Daniel Jeanneteau.

Une table ronde aura lieu également autour de l’auteur le mercredi 12 novembre à la Maison Heinrich Heine, Cité Internationale Universitaire de Paris, à 20 heures.

Le 25 novembre, à 14h30 et 19h, des lectures de la correspondance de guerre d’August Stramm auront lieu au Goethe Institut, 17 avenue d’Iéna, Paris 16e (entrée libre).

  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Magda 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog