Magazine Société

Le Parlement européen, un espace « prostitution and pornography free » ?

Publié le 28 octobre 2008 par Chictype

Les députés européens nordiques veulent que leurs collègues, les fonctionnaires et bien sûr le Parlement16prostitution en tant qu’institution n’utilisent « que des hôtels qui donnent la garantie que l’établissement n’est pas impliqué dans le commerce du sexe » et ne diffusent pas de films pornographiques dans les chambres. Une lettre en ce sens signée par 37 eurodéputés originaires du Danemark, de Suède et de Finlande a été adressée, il y a quelques jours, au président du Parlement, Hans-Gert Pöttering.

Pour les signataires, il s’agit d’étendre à l’Union une recommandation du Conseil nordique de 2006 qui encourage les institutions publiques à ne réserver des chambres que dans des hôtels qui ont pris l’engagement écrit de ne pas accueillir dans leurs murs des prostituées. Seul le Danemark se prépare à la mettre en pratique. Le but des députés nordiques est non pas de mettre fin à la prostitution, mais de contribuer à « un changement de mentalité ». L’une des signataire, la suédoise Hélène Goudin, a indiqué que les hôtels diffusant des films pornos étaient aussi visés.

On voit mal l’intérêt d’une telle initiative : quel hôtel de qualité –ceux qui accueillent les membres du Parlement sont rarement des hôtels de passe - refuserait de signer un tel engagement ? D’une part, il est rare que les Hiltons et autres établissements se livrent au proxénétisme et, d’autre part, il est extrêmement facile à contourner, un député ou un fonctionnaire étant libres de ramener qui il veut dans sa chambre… Quant aux films pornographiques, qualifiés de symbole de « l’exploitation des femmes », le but de la manœuvre m’échappe tout autant: va-t-on aussi s’assurer que les députés n’ont pas de lecteur de dvd ou de revues pornos?

Curieusement, la presse allemande à vu dans cette initiative une attaque contre Strasbourg qui accueille les sessions plénières, alors même que les députés passent plus de temps dans la capitale belge célèbre pour ses « bars montants » et ses vitrines chaudes. Il est vrai que les anecdotes invérifiables et sulfureuses courent sur la capitale alsacienne, celle-ci étant presque devenue l’enfer du vice dans l’imaginaire débridé de certains… Ainsi, il y a une vingtaine d’années, une députée française ayant réclamé un « oreiller supplémentaire » à la réception de l’hôtel de luxe de Strasbourg où elle logeait aurait eu la surprise de voir débarquer une call-girl, « l’oreiller supplémentaire » étant le mot code pour ce genre de service. Vrai ? Faux ? Cette anecdote fait en tout cas partie de la légende urbaine du Parlement…

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2008/10/le-parlement-eu.html


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chictype 70 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine