Magazine Côté Femmes

Chouchou, c'est toi ?

Par Mamancelib

Chouchou is back ! (Pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est par ici, par , ou bien ou encore là-bas). Je le croyais perdu au fond des limbes estivaux, je pensais qu’il s’était lassé de mon attitude de jeune vierge effarouchée et des esquives perpétuelles de ses coups de téléphone et autres invitations… Et bien, non ! Que nenni !... Comme quoi, les mecs, plus on vous fait courir, plus vous êtes après nous ; mais ça, c’est un autre débat…

Depuis la rentrée, Chouchou m’a appelée plusieurs fois. Plusieurs fois, j’étais déjà en ligne, donc il m’a laissé un message. Plusieurs fois, je ne lui ai pas répondu parce que je n’en avais pas envie, donc il m’a laissé un message… Et je n’ai pas rappelé ; disons que j’ai oublié…

Oui, je sais, c’est pas joli joli d’appuyer sur la touche « rejeter l’appel » quand je voyais clignoter « Chouchou Portable » sur mon téléphone, mais j’ai eu du mal à encaisser notre dernière soirée : mon petit ego de femme a été blessé par le fait qu’il ne me considère que comme un plan cul ; comme si je ne « valais » pas plus que ça, comme si j’étais juste bonne à mettre dans un lit, un soir, et rien de plus. Ca, cumulé au fait que ce n’est pas le seul, ces derniers mois, qui m’ait fait ce genre de plans, j’ai eu du mal à encaisser… Et puis, le temps faisant son travail, je retiens surtout son honnêteté à ce sujet, la complicité entre nous et les fous rires que nous avons partagés…

Mais quand, l’une des rares fois où j’ai décroché, Chouchou m’a proposé de venir chez lui avec ma fille pour qu’on se fasse un repas, avec ses enfants, et que si je voulais, je pouvais dormir chez lui, j’ai des doutes. Je ne remets pas en cause son hospitalité, non… En revanche, je ne pense pas que ce soit sans arrière-pensée. Même si j’ai mis les choses au clair avec lui sur notre non-relation, je crois qu’il n’a toujours pas compris que pour moi, il n’y aura rien de plus que ce qu’il y a entre nous et ce qui a pu se passer… Chouchou a plus ou moins une copine (plutôt moins que plus, d’ailleurs), Chouchou a envie de s’amuser, Chouchou cherche des « one shot », Chouchou est un dragueur invétéré, Chouchou est tout ce que je fuis chez un homme, mais dont je me contrefiche chez un ami…

Et, j’ai reçu hier un texto de Chouchou (je crois qu’il en a marre d’entendre ma voix sur mon répondeur) : « On fait quelque chose pour Halloween avec nos enfants ? [En lisant ça, j’ai cru que j’étais mariée avec lui et que je l’avais oublié !] Ca fait longtemps qu’on s’est pas vus ! »… Je dois avouer que ma première pensée a été « Allons donc, sa « plus ou moins copine » n’est pas là pendant les vacances et il cherche à compenser avec moi ? »… Et puis, je me suis autocorrigée (sans fouet !) en me disant que non, il avait bien compris que nos envies étaient différentes…

Mais, je sais aussi qu’en y allant, je joue avec le feu… D’un côté, il est toujours agréable, flatteur et rassurant de se faire dragouiller comme il le fait, mais de l’autre, ça ne m’apporte pas grand-chose : je sais que Chouchou n’est pas un homme pour moi, même s’il devait renoncer à ses envies d’amusements et d’infidélités ; j’ai conscience aussi que je vais encore rentrer chez moi avec ces éternelles questions « Mais pourquoi est-ce qu’on ne me considère que comme un plan cul ? », « Pourquoi est-ce qu’il n’y a pas d’hommes qui cherchent autre chose que le plaisir physique ? », « Pourquoi est-ce que j’attire toujours le même genre de mecs ? »… Alors oui, si j’y vais, je vais passer un bon moment : soit il ne se passe absolument rien et on s’amuse comme des ados comme on l’a déjà fait quand on bossait ensemble ; cela voudrait dire qu’on a réussi à enlever toute notion de séduction dans notre relation et qu’on pose les bases d’une amitié.

Soit, il me drague comme il l’a déjà fait, je me laisse bercer par ses paroles, ses yeux qui pétillent et ses baisers et je repars avec des questions sans réponse mais avec le moral gonflé à bloc…

Soit, je laisse de côté mes principes et je donne à Chouchou le titre officiel de PCF (Plan Cul Fixe) ; cependant, je ne pense pas être suffisamment en manque d’affection pour le sacrer PCF, lui ou un autre… Et ça me ressemble tellement peu…

Soit, si je veux le sortir définitivement de ma vie, je lui dis le « J’peux pas, j’ai la diarrhée » auquel il a échappé la dernière fois…

Soit, je n’y vais pas… et je coupe progressivement les ponts, puisque nous n’avons pas la même conception de l’amitié : je la sépare totalement du sexe alors que pour lui, les deux peuvent être liés…

Je n’aime pas avoir ce genre de choix à faire…

Ou, solution ultime, je tombe folle amoureuse d’ici Halloween et le problème se règle de lui-même… (Mais comme je ne suis pas du style à tomber amoureuse en un claquement de doigts ni à croire au coup de foudre, c’est mal barré…)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mamancelib 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte