Magazine Poésie

Tournesol

Par Pandora

Tournesol
Elle a apporté des fleurs de tournesol. Levées avec le soleil, toujours radieuses et lumineuses, la bonne humeur incarnée… Tout ce qu’elle n’est pas.

Elle, elle préfère vivre la nuit et somnoler toute la matinée quand elle le peut. Non qu’elle ait des obligations professionnelles qui l’en empêchent mais parfois elle se fait déloger trop tôt de l’endroit où elle s’est réfugiée pour dormir. On ne peut plus être tranquille nulle part.

Cinq grandes fleurs de tournesol, droites et élancées… Tout ce qu’elle n’est pas.

Elle les a coupées dans un champ tout près avec un couteau Laguiole au beau manche de corne ramassé la semaine précédente dans une poubelle d’aéroport. Avec un flacon de gel douche et de shampoing et toute une série de kits de manucure.

Cinq fleurs de tournesols comme les cinq doigts d’une main. Unies comme les doigts de la main… Tout ce qu’elles n’étaient pas.

Elle aime bien les aéroports, ça lui donne l’impression de voyager, ces boubous et ces djellabas. Cette foule bigarrée. Elle n’a jamais pris l’avion, mais elle a pris le contenu de beaucoup de poubelles, se félicitant du durcissement des contrôles de sécurité et de la distraction des voyageurs qui persistent à vouloir emporter avec eux des choses coupantes et des liquides. Bien fait pour eux !

Elle a coupé les tiges d’un coup sec et précis. Clac. Propre et net, le couteau coupe bien. Et elle est sortie du champ l’air de rien, ses fleurs à la main. Comme la Belle des champs. Mais elle, elle n’aime pas le fromage.

Cinq belles fleurs de tournesols pour un beau bouquet d’anniversaire. Son anniversaire.

Et maintenant, elle rode devant l’entrée, son bouquet à la main. Son couteau dans la poche. On commence à la regarder bizarrement, elle qui ne ressemble pas à ses tournesols avec son visage lunaire, ses yeux cernés et son dos vouté. Elle qui est aussi sombre que ses tournesols sont lumineux. Elle et sa tête d'assassin.

Elle pousse finalement le portail qui grince dans les aigus comme il se doit. Elle entre et comme chaque année, elle va déposer le bouquet de fleurs de tournesol sur la tombe de celle qui est morte avant qu’elle ne puisse la connaitre.
De celle qu'elle a tuée en venant au monde.

[ Exercice d'écriture pour les impromptus ]


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pandora 57 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines