Magazine

La fin des Open-bars ?

Publié le 27 octobre 2008 par Thierry

cocktail.jpg Notre ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a récemment déposé un projet de loi visant l'interdiction des open-bars.

Il y a maintenant plus d’un an et demi, j’ai écrit un article sur l’alcool dans les écoles de commerce. Vous avez été nombreux à m’envoyer des e-mails pour me faire part de vos inquiétudes et de vos remarques concernant ce sujet.

Aujourd’hui, de l’eau a coulé sous les ponts et le problème est une nouvelle fois relancé par notre ministre de la santé Roselyne Bachelot et sa loi prévoyant entre autre l’interdiction des open-bars.

Au moment de l’écriture de mon premier article, je débutais ma première année à l'ESCE et je dressais un bilan des soirées open-bars. Aujourd’hui, je suis en 3e année et j’ai assisté à de nombreuses soirées open-bars (moi-même ayant été membre du BDE). Je me rends compte avec le peu de recul que j’ai, que les soirées Open-bars de l’ESCE sont très « soft » par rapport à d’autres écoles où les excès sont fréquents.

La promo de l’ESCE Lyon étant assez petite, nous connaissions chaque étudiant et bien que le nom open-bars figurait à l’entrée des soirées, AUCUN coma éthylique ou excès de ce style ne s’est produit à l’ESCE durant ces 2 dernières années.

Quand un étudiant était trop ivre, nous jugions d’arrêter de le servir, open-bar ou non ! Je pense qu’il faut un peu de bon sens et avoir assez de charisme pour refuser de servir un étudiant lorsque ce dernier a trop bu afin d’éviter tous problèmes.

Aujourd’hui, la question de l’appréciation ne se pose plus, ou plutôt presque plus, étant donné que Roselyne Bachelot, la ministre de la santé actuelle a déposé ces derniers jours un projet de loi visant à interdire les open-bars.

Ce projet n’est que la continuité dans ce qui avait déjà été entrepris auprès des écoles de commerce ; depuis mars, 30 établissements de la Conférence des grandes écoles sur 200 ont fait signer à leurs étudiants une charte visant à limiter l'achat à 4 consommations, à interdire la vente d'alcool fort pur et à distribuer gratuitement des boissons sans alcool. Le texte prévoit d’ailleurs d'exclure l'étudiant qui déraperait.

Découvrez aussi "L'alcool et les écoles de commerce", mon premier article écrit en Janvier 2007


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thierry 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte