Magazine Journal intime

Sans un mot d’Harlan Coben

Par Sheily

Sans un mot.jpg« On peut surveiller mais on ne peut pas prévoir ». Ce constat n’empêche pas Mike et Tia de faire installer un logiciel espion sur l’ordinateur de leur fils de 16 ans, afin de contrôler les sites Internet qu’il fréquente, ses échanges de mails et ses conversations sur MSN. Ils craignent en effet que celui-ci ne suivent l’exemple de son meilleur ami Spencer, qui vient de se suicider.

Quel rapport entre cette famille et le fou dangereux qui mène des expéditions punitives contre des femmes qu’il torture avec délectation ? Un mot, cent mots ou Sans un mot, la réponse se trouve dans ce dernier ouvrage d’Harlan Coben, qui m’a tenu compagnie durant mes trajets en RER.

Non seulement éléments romanesques et policiers se distillent équitablement tout au long du récit, mais en plus, la police ne reste pas seule maîtresse de l’enquête. Bref, un polar où l’intrigue ne cannibalise pas les problèmes quotidiens, comme dans la vraie vie.

Mon premier Harlan Coben risque fort de ne pas devenir le dernier.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sheily 2211 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog