Magazine Amérique latine

Une histoire de sorcière…

Publié le 31 octobre 2008 par Emilieh

Une histoire de sorcière…
Non ce n’est pas de Belle  maman que je vais vous parler, quoique, il y aurait de quoi raconter, mais ce n’est pas au programme de ce jour…

C’est de sorcières, de vraies que je veux vous parler, sujet très populaire en République Dominicaine.

En conversant avec un voisin qui me raconte le décès « étrange » de deux de ses petites sœurs (c’était il y a longtemps, le voisin a une vingtaine d’années), je me suis permise (bah oui, c’est indiscret, mais au moins ca vous amusera, ou pas, aujourd’hui) de lui demander ce qu’il entendait par « mystérieux ».

Il me répond alors, d’une façon plus que naturelle, « se las chuparon las brujas » (les sorcières les ont sucé, littéralement), me raconte ses souvenirs d’enfance : les petites traces de sang auprès du berceau des bébés, qui survivent quelques jours, puis au fur et à mesure du passage des sorcières, le bébé maigrit, jusqu’au matin ou la maman les retrouve mortes dans leur berceau.

Elles prélèvent le sang par le nombril, qui n’est pas encore cicatrisé, ou encore du gros doigt de pied.

Sa mère en aurait même surpris une, en pleine action, suçant le sang d’un des bébés, puis se serait transformée en corbeau et aurait pris son envol en riant, s’échappant par la fenêtre.

Franchement, imaginez ma tête en écoutant son discours, je suis partagée entre une envie de rire (je me suis retenu, ca fait mal élevé) et de ne pas le croire… alors qu’il était si convaincant et qu’il ne se moquait pas de moi.

J’ai d’abord attribué cette croyance au fait que ce soit un gars de la campagne, à peine éduqué, venant d’une campagne profonde du pays, non loin de San Pedro de Macoris, puis, en en parlant autour de moi (collègues, autres voisins), on m’a confirmé ce qui est en fait une croyance populaire.

Mon conjoint, lui, me dit clairement que ce sont des « conneries », qu’il n’y croit pas du tout et rit au nez des gens qui lui parlent de ces histoires, mais sans toutefois la nier (ses propres parents ont perdu un bébé de quelques mois, d’une méningite en réalité, mais nombreux membres de sa famille mettent ce décès sur le dos d’une sorcière qui lui aurait sucé le sang, la petite maigrissant de jour en jour).

 

Une histoire de sorcière…

Tout le monde dans ce pays a en fait entendu parler de ces histoires de sorcières « chupa sangre » (buveuses de sang).

C’est surtout dans les campagnes, parce que les sorcières volent (bah oui, en ville avec tout les fils électriques, les lumières elles ne sont pas à l’aise voyez vous)… elles passeraient une bonne partie des nuits à voler dans le ciel sur un balai ou transformées en corbeau, selon les versions (non non, je ne me moque pas de vous, je vous retransmets ce qu’on m’a raconté), à la recherche de petits bébés bien frais et plein de sang.

D’ailleurs, j’ai une jeune voisine (originaire de la même campagne reculée que ce garçon) qui a accouché il y a quelques semaines.

Elle n’emmène pas son bébé dormir chez elle le soir, elle le laisse chez sa mère et grand-mère, la grand-mère ayant la réputation de « tumbar las brujas » (de découvrir qui sont les sorcières) et ainsi de les faire fuir…

Même la porte fermée, la sorcière passe à travers les murs, d’où la raison de protéger la créature tout juste sortie du ventre de sa maman…

Si on la prend sur le fait, elle se transforme en corbeau, avec un visage humain et un gros nez de sorcière, et prend son envol (non non, je ne me moque vraiment pas de vous).

Par contre, si on en attrape une, il faut la garder jusqu’au lever du jour.

Là, il suffira de lui enlever « sa seconde peau » (le pelage d’oiseau) et on la retrouve sous sa forme en humaine, ainsi, on sait qui fait du mal dans le quartier.

Il parait qu’il n’existe pas un quartier sans au moins une sorcière en activité, qui ne sévit pas dans son entourage, elle va faire du mal à des gens qu’elle ne connaît pas, envoyant une « collègue sorcière » chez elle et lui donnant les infos utiles à sa tâche…


Toute personne venant de la campagne a entendu un jour ou l’autre une sorcière rire, ou émettre des sons de corbeau…

Pour éviter leurs attaques, l’ail serait très efficace, sinon, beaucoup dorment avec leur bébé.

Quand l’enfant est accompagné d’un adulte, elles ne peuvent pas leur faire de mal.

Cette croyance très populaire en République Dominicaine viendrait d’Europe.

On dit aussi que les journées pluvieuses et ensoleillées sont synonymes d’un mariage, en secret bien entendu, d’une sorcière…

Par contre, aux enfants qui font des bêtises, on ne les menace pas avec les sorcières, mais ont leur dit que le « cuco » va venir les chercher (c’est une sorte de père fouettard).

Par contre, on m’a prévenue : seules les personnes croyant à cette légende des campagnes voient les sorcières voler sur leur balai, et entendent leurs rires et cris méchants… ce qui expliquerait peut être que ni vous ni moi n’en ayons jamais vu jusque lors…


 

Une histoire de sorcière…

Une histoire de sorcière…
 JOYEUX HALLOWEEN À TOUS 
Une histoire de sorcière…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Emilieh 2608 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte