Magazine Science

Stanley Vollant, médecin Innu de Betsiamites

Publié le 08 novembre 2008 par Raymond Viger

docteur_noir_blc72 Stanley Vollant, médecin Innu de Betsiamites

Parce qu’il n’y avait pas d’école secondaire dans son village autochtone de Betsiamites, Stanley Vollant, comme bien des jeunes Innus, a dû s’expatrier au «Sud» à l’âge de 12 ans pour poursuivre ses études. Il s’est alors dirigé vers Québec où il avait une tante qui l’a mis en pension au village de Wendake et inscrit en secondaire 1 à la Polyvalente de Loretteville. Les sarcasmes et les moqueries des autres élèves à son endroit ne furent pas longs à se faire entendre: «Ah, ah, ah, regarde le p’tit kawish… KAAAA-WISH ! KAAAA-WISH!»…

«Je me faisais traité de kawish - de p’tit sauvage - à cause de la couleur de ma peau, se rappelle Stanley. J’avais un gros accent innu, on me disait que je parlais drôle. Ça a été dur à supporter. J’ai souffert de solitude. Je me réfugiais dans mon lit sous mes couvertures, avec une petite radio, pour oublier mes peines.»
Deux fois par mois, et pendant les vacances de Noël ou d’été, Stanley revenait passer du temps dans sa communauté d’origine, sans réussir pour autant à échapper au même enfer qu’il subissait à l’école. Car, là aussi, on s’était mis à lui «pitcher» des injures par la tête: «R’garde-toé l’traître… maudit traître, t’es rien qu’une pomme!», lui criait-on.

Ses «anciens» amis n’avaient pas digéré qu’il aille étudier à Québec plutôt qu’à Baie-Comeau, comme la plupart des adolescents innus qui s’expatrient. En le traitant de «pomme», ils lui signifiaient par là que même si sa peau d’autochtone est «rouge», en dedans il était devenu «blanc» à l’intérieur, donc qu’il avait trahi ses racines.

Naître d’une sauvagesse
Le moins que l’on puisse dire c’est que le petit Stanley ne l’a pas eu facile. Il est né en 1965 à Québec dans une «crèche» – une espèce de centre d’accueil – d’une mère de 19 ans et d’un père inconnu.

À l’âge de deux jours, il est enlevé des bras de sa mère et mis en adoption. «C’est ce qu’on faisait à l’époque avec les enfants illégitimes, à plus forte raison si ces enfants étaient nés d’une sauvagesse comme on appelait alors ma mère», raconte-t-il.

Fort heureusement, le grand-père de Stanley ne l’a pas accepté et il s’est fâché tout noir. Il a emprunté de l’argent à la Compagnie de la Baie d’Hudson et s’est rendu en avion à Québec où il a annoncé aux autorités en place qu’il était tout disposé à signer les papiers qu’il fallait pour ramener l’enfant dans son village natal. Car c’est lui, désormais, qui serait son «père».

Cours d’anatomie en plein air
Dès ce moment et jusqu’à son départ pour Québec, Stanley Vollant a vécu dans les bois de la Côte-Nord avec ses grands-parents. Comme tous les enfants innus, il a appris à pêcher, à trapper et à chasser. Mais plus encore, très jeune, on lui a enseigné, avec des couteaux tranchants, à dépecer les animaux sans endommager leur fourrure. Il en a gardé une habileté manuelle stupéfiante qui ne sera d’ailleurs pas étrangère à son désir de devenir chirurgien.

«À chaque fois qu’on ouvrait un castor, ou un ours ou un autre animal, mon grand-père me disait: «Ça c’est le cœur, ça c’est le foie, ça, les reins, ça les poumons’, dit-il. Si bien que quand je suis arrivé plus tard dans mes cours d’anatomie à la Faculté de médecine, je n’ai eu qu’à transposer mes connaissances de l’animal à l’humain: j’avais déjà une longueur d’avance sur les autres!»

Mais comment le garçon, qui se faisait écœurer sans bons sens à la polyvalente, a-t’il pu non seulement s’en sortir, mais aussi devenir médecin ? Tout simplement à cause de sa première «paire» de lunettes…

«Jusqu’en secondaire 2, je n’étais pas bon à l’école, poursuit-il. Je m’asseyais tout seul dans le fond de la classe et je ne voyais plus rien au tableau… Je pensais que c’était normal,  jusqu’à ce que ma tante m’envoie passer un examen de la vue et qu’on réalise que j’étais myope.»

Dès lors, la vie de Stanley change radicalement. Il a commencé à jouer au hockey, s’est fait quelques amis et, surtout – surtout! – grâce à ses lunettes, il a pu laisser éclater son immense talent pour les études. Au cours des trois dernières années de son secondaire, il obtint non seulement les plus hautes notes de sa classe mais se classa également parmi les trois meilleurs élèves de la polyvalente. «J’allais leur prouver qu’un autochtone peut faire autre chose que jouer au bingo et recevoir le bien-être social», m’a-t-il dit en me regardant droit dans les yeux.

Après avoir rêvé d’être archéologue, ingénieur de barrage, puis pilote d’avion, il fixa son choix sur la carrière de chirurgien. «Chirurgien parce que j’avais commencé jeune, à la chasse, à aimer le travail manuel; chirurgien aussi parce que je voulais un métier où je pourrais prendre des décisions importantes: par exemple, quand le sang gicle, on ne se pose pas de question, on doit suturer la plaie au plus vite!»

Devenir médecin autochtone?
Il s’est passé 14 ans déjà depuis que le docteur Vollant a acquis son diplôme de chirurgien. Aujourd’hui, il partage son temps entre l’enseignement à l’Université d’Ottawa, sa pratique en laparoscopie (une technique chirurgicale non invasive) à l’Hôpital Montfort d’Ottawa, et son engagement en faveur des autochtones. À l’Université d’Ottawa, il est responsable du Programme autochtone dont l’objectif est de favoriser l’inscription de jeunes autochtones en médecine. Chaque année, la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa réserve huit places à des étudiants autochtones afin de faire augmenter leur nombre au pays.

Un Innu à Compostelle
Au mois d’avril dernier, le docteur Vollant a tenu un blogue où il témoignait, au jour le jour, d’une aventure extrêmement marquante pour lui: une «petite excursion» de 800 km dans les Pyrénées françaises et espagnoles. Il a marché sur le chemin de Compostelle, une vieille route qu’empruntent à pied depuis des siècles des hommes et des femmes désireux de vivre une expérience spirituelle.

Un jour, alors qu’il était très fatigué, il s’est mis à fixer ses pieds tout en marchant. Et, soudain, il eut une étrange vision: «J’ai vu non plus mes pieds d’adulte, dit-il, mais mes pieds d’enfant… les petits pieds que j’avais lorsque je marchais à la chasse, dans le bois, avec mon grand-père. J’ai alors senti autour de moi une présence. Même s’il est mort depuis longtemps (en 1982), j’ai senti qu’il était là pour me soutenir, comme il l’avait fait lorsque j’avais deux jours et qu’il était venu de Betsiamites en avion pour m’aider à commencer ma vie. «Tschima utshi, nikan nantem itete mium tshemushunnut ka aitet! Sois fort et va de l’avant, comme l’ont toujours fait nos grand-pères!»

On peut en apprendre davantage sur le Programme autochtone en communiquant avec l’Université d’Ottawa: autochtone@uottawa.ca  (613) 562-5800 poste 8657.

Petits repères
Les Innus, appelés aussi Montagnais, sont l’une des 11 nations autochtones du Québec.
L’innu, langue amérindienne appartient à la famille linguistique algonquienne.
Betsiamites, village innu de 1442 habitants, situé à 50 km en amont de Baie-Comeau. Dans tout le Québec, on compte 54 villages autochtones pour un total de 108 425 individus. (Statistique Canada, 2006)

PUBLICITÉ


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Par Nicole Dubuc
posté le 28 décembre à 17:31

monsieur volant, je suis trs heureuse de vous écrire sur facebook. je viens tout juste de demander à serge bouchard votre adresse, celle de theresa spence et celle de ghislain picard pour vous dire à tous les trois que j'admire et soutiens votre action pour faire reconnaître vos droits et que je vais faire grève de la faim à compter de samedi le 29 décembre en signe de solidarité avec le peuple d'atawapiskat et tous les indiens canadiens. je ne viens pas souvent sur internet, je n'ai pas d'ordi à la maison, j'ai accès par la bibliothque où je vais en autobus. mais je reviendrai dans quelques jours pour voir si vous m'avez fait l'honneur de me répondre. les indiens et les québécois sont parents : mes 2 grand-mères étaient métisses, une mohawk et l'autre, montagnaise ou algonquine, qui venait de la pointe bleue près de grand-mère. j'ai toujours été tr`s fière de mes yeux bridés, de mes larges pommettes et de mon hérédité. d'ailleurs, serge bouchard nous parle souvent de cette parenté dans ses remarquables oubliés. espérant vous lire bientôt, je vous remercie au nom de l'humanité de votre engagement envers votre communauté. ce jeûne que je vais commencer demain est tout ce que je peux faire pour montrer mon appui, toute seule au fond de ma cuisine avec mes 2 chattes handicapées, je n'en suis pas moins humaine et solidaire. bon courage et ne lâchez pas, vous êtes en exemple pour beaucoup.

nicole dubuc, n-dubuc@hotmail.com

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte