Magazine

La demeure d'un ciel.

Publié le 16 novembre 2008 par Memaliah
Mes insomnies dégagent des effluves d'amertume. 
Les nuits se font de plus en plus rares. 
Faire les cent pas, trahir mes pensées. 
J'écorche mes draps, m'enfonce, ne me relève pas. 
La pluie est silencieuse, les rues sont vides, un révèrbère meurt dans sa solitude. 
Le vide grinçe, les pas de l'étage au dessus, le plafond s'approche de moi quand je m'éloigne de toi. 
J'ai peur de dormir, je vomis mes mots, j'ai mal au ventre, au coeur et ma plume saigne abondamment.
L'asphalte noirâtre m'oubliera, les souvenirs remontent, je suis morte cette nuit.
Regarde-moi, je suis morte cette nuit.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Memaliah 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte