Magazine France

Réponse à Juan de Sarkofrance

Publié le 16 novembre 2008 par Dedalus
...

dans l'oeil de SarkofranceL'indispensable Juan de Sarkofrance a publié sur leftblogs.info un billet intitulé « Je n’ai pas été déçu par le Congrès Socialiste », dans lequel il dresse un bref tableau de ses impressions de congrès et où, du constat selon lequel les socialistes seraient en réalité d'accord sur le fond politique, il conclut au fait que le bon choix serait celui de porter Ségolène Royal à la tête du Parti Socialiste.

J'ai d'abord commencé un petit commentaire au-dessous de son billet, qui a rapidement cessé d'être petit pour bientôt n'avoir plus le format concis d'un commentaire. Pis, au même moment, j'ai découvert un autre billet - « Parti Socialiste : le malentendu de l’unité » -, plus récent encore, dans lequel il revient sur la question du Modem et expose une vision très pragmatique du combat politique.

Bref, plus moyen d'en rester au commentaire. Autant faire un billet où ce que j'ai à dire apparaîtra sans doute un peu plus construit.

Juan écrit : « un parti doit avoir des statuts cohérents avec le régime politique dans lequel il concourt », et constate que le Parti Socialiste « conserve encore quelques restes d’un fonctionnement digne de la 4ème république ». Le constat est juste : il est vrai que demeure une pointe de IVème République dans le PS et que le présidentialisme est plus en phase avec la Vème... Mais il faut alors se souvenir de ce temps pas si lointain où les socialistes en appelaient à l'instauration du VIème République, où le parlementarisme se substituerait au présidentialisme. Faut-il renoncer à cette ambition ? Faut-il surtout oublier pourquoi cette ambition, ce qui la justifiait et la justifie encore ? ...

Le monde ne nous ressemblant pas, il faudrait renoncer à changer le monde et se contenter de lui ressembler - afin simplement d'être en phase ? C'est là bien tout le problème du Partie Socialiste depuis plus de deux décennies, c'est-à-dire depuis les premiers renoncements de l'ère mitterrandienne, et en passant par le tragique « l'Etat ne peut pas tout » de Lionel Jospin qui scella le sort des deux dernières présidentielles. Le socialisme ne sachant plus comment changer la vie dans un monde devenu trop complexe et trop grand, il ne pouvait que s'adapter, corriger un peu, ici ou là. Reconnaissant que le monde était plus fort que lui, il avait renoncé à son ambition... pour l'Homme. Il avait de fait renoncé au socialisme.

Alors, plutôt que de renoncer et de nous adapter, pour être en phase, posons-nous chaque fois la question de ce qui fonde notre engagement, notre ambition. nous voulions en finir avec le présidentialisme de la Vème République : pourquoi ? Parce que la gauche n'a que faire de la culture du chef. Parce que nous en connaissons les dérives - et nous les voyons aujourd'hui à l'oeuvre. Parce que nous croyons en l'intelligence collective et en la force positive de la démocratie. Parce que la démocratie est l'outil premier du socialisme - et il faudrait d'ailleurs s'interroger aussi sur la cohérence entre présidentialisation et démocratie participative...

Non, je ne crois pas que le pragmatisme soit nécessairement le passage obligé de toute victoire - ou en tout cas tant que l'on espère encore en des victoires utiles. Je crois que lorsque le pragmatisme devient renoncement ou cynisme, souvent les deux à la fois, on a déjà perdu le combat que l'on mène, parce que l'on a oublié pourquoi, et surtout pour qui, on avait engagé ce combat.

Non, il ne s'agit pas de crier « A Gauche » plus fort que les autres. Et puis surtout, non, les précaires ne se foutent pas « qu'on gouverne exactement pareillement » de ce que nous avons toujours fait... et qui ne les a que très marginalement rendu moins précaires.

Il ne s'agit pas de crier « A Gauche », mais il s'agit de réinventer la gauche, de ne pas en rester à une sociale-démocratie qui ne cesse et partout d'échouer, qui met des pansements - et c'est mieux que rien, mieux que ne fera jamais la droite - mais qui ne guérit pas, qui ne possède pas les moyens de guérir.

Non, la sociale-démocratie ne saurait répondre ni à l'urgence sociale ni à l'urgence écologique - ni même aux horreurs économiques qui se succèdent à travers le monde et dévastent les hommes. Elle ne saurait y répondre, à ces deux urgences, ne serait-ce que parce qu'elle n'a pas intégré dans son architecture que ce sont là les deux faces de la même pièce.

C'est pourquoi il y a pour les socialistes, cette semaine, un véritable choix politique à faire. Un choix entre ceux qui prônent bon an mal an la poursuite du projet social-démocrate, et ceux qui ont commencé à ouvrir de nouvelles pistes à gauche - et Benoit Hamon a fait en ce domaine la preuve que le projet socialiste nouveau est en passe de trouver une cohérence dans cette «radicalité crédible» qu'a évoquée une Ségolène Royal, dont il faut bien reconnaître qu'elle a parfois le sens de la formule juste - mais les mots ne suffisent pas... les mots ne peuvent suffire quand on les prononce tous.

Or il y a une réalité qui permet d'évaluer Ségolène Royal quant çà ce choix politique essentiel qu'il faut faire, l'évaluer par delà les mots qu'elle prononce ici ou là, par delà cette stratégie qu'elle avait d'abord mise en oeuvre lors des présidentielles et qui consiste à aller systématiquement chasser sur le terrain de l'adversaire. Cette réalité est toute entière contenue dans le texte qu'elle a signé et avec lequel elle se présente devant les militants, toute entière inscrite dans cette motion E qui de toute évidence est dans l'exacte continuité sociale-démocrate, une voie prônée d'ailleurs sans ambiguïté par ses co-signataires, Jean-Noël Guérini, Gérard Collom et Manuel Valls entre autres.

C'est pourquoi, si l'on se concentre sur le cœur du problème socialiste, c'est-à-dire sur ce qui concerne très concrètement les précaires auxquels les socialistes doivent de se réinventer et de cesser d'être dans les renoncements timorés - même mâtinés d'une compassion très émouvante et très fraternelle -, il n'y a en effet pas à hésiter et, pour ma part, je suis socialiste et je voterai Benoit Hamon sans la moindre hésitation.


Où l'on parle de : Réponse à Juan de Sarkofrance


......

Réponse à Juan de Sarkofrance
...

Réponse à Juan de Sarkofrance

Ma Synthèse


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Journée de reculs en Sarkofrance

    Journée reculs Sarkofrance

    Ce vendredi 27 juin fut marqué par une rafale de reculs en Sarkofrance.Sécurité sociale: la CNAM reculeLa direction de la Caisse nationale d'assurance maladie... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, POLITIQUE, SANTÉ, SOCIÉTÉ
  • Caricatures en série en sarkofrance

    Caricatures série sarkofrance

    Nul besoin de pousser la comparaison jusqu'à la caricature. Tout comme George W Bush, Nicolas Sarkozy assistera à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d... Lire la suite

    Par  Juan
    EUROPE, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Sarkofrance: embellie d'été ?

    Il y a un mois, Sarkozy était (toujours) au plus bas dans les sondages. Un récent baromètre mensuel le crédite d'une remontée de 4 points. Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • 67ème semaine de Sarkofrance : incompétence diplomatique... seulement ?

    67ème semaine Sarkofrance incompétence diplomatique... seulement

    L'actualité internationale a marqué la semaine. La Sarkofrance avait les yeux tournés ailleurs, vers Pékin ou vers Tbilissi. Nicolas Sarkozy peut... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Sarkofrance, et combien de blogs ?

    Chère lectrice, cher lecteur,Je vous dois quelques explications. Dans un journal traditionnel, on appellerait cela un "éditorial", une prise de parole qui... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Sarkofrance: la journée des aveux

    Sarkofrance: journée aveux

    Lundi 1er septembre, les professeurs, instituteurs et maîtresses d'école font leur rentrée. C'est aussi la journée des aveux en Sarkofrance, pour tous et... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Croche-pattes en Sarkofrance

    Croche-pattes Sarkofrance

    Curieuse journée en Sarkofrance. Ce jeudi 4 septembre, tout semble trébucher ou partir de travers...Affaire Clavier: le pouvoir trébucheDominique Rossi, l'ancie... Lire la suite

    Par  Juan
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Dedalus 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte