Magazine Conso

[XBox360] Lost Odyssey

Publié le 17 novembre 2008 par Gameup

Je suis consciente d’enfoncer une porte ouverte là, mais y a pas d’justice, m’sieurs dames. Certains jeux sont surmédiatisés malgré une qualité toute relative ou pour des mauvaises raisons, tandis que d’autres passent quasiment à la trappe ou en tout cas, ne rencontrent pas le succès mérité. Un exemple ? Dragon Quest VIII : le moins bon de toute la saga d’Enix, popularisé parce qu’il était le premier à sortir sous nos latitudes et détenteur du record de retour en magasin d’après mon gamedealer d’occasions préféré. A côté de ce succès publicitaire relativement galvaudé, il existe des petits bijoux comme Lost Odyssey qui, faute de médiatisation, n’obtiennent pas la reconnaissance qu’ils méritent et sont vite oubliés par la profession et donc par les joueurs gavés de nouvelles sorties plus fades les unes que les autres. Et moi, ça commence doucement à me gonfler.

*file se changer dans une cabine téléphonique*

Heureusement, Super Mellorine est là pour corriger les injustices vidéoludiques de ce monde !!! Et je m’apprête à commencer par la réhabilitation d’un jeu passé inaperçu ou presque :


Synopsis

La guerre fait rage entre le royaume magique d’Uhra et le peuple Khent. Un formidable déploiement de technologies et de sortilèges ensanglante le champ de bataille décisif qui semble hésiter à accorder la victoire à l’un ou l’autre camp. Au cœur de cet affrontement sans merci, le soldat d’élite Kaïm Argonar fait à lui seul autant de victimes Khents qu’un bataillon uhrien entier, lorsqu’un météore gigantesque s’écrase sur les belligérants, mettant fin au conflit par l’annihilation totale des deux armées.

Enfin presque totale. Deux survivants parviennent à s’extraire des décombres sans une égratignure : Kaïm, et la redoutable femme pirate Satie Balmore. Ces deux-là ont un point commun exceptionnel : ils sont immortels et, bien qu’ils ont perdu la mémoire de leur millénaire d’errance, ils savent au fond d’eux-mêmes qu’ils se connaissent depuis une éternité.
Mandatés par le grand sorcier uhrien
Gongora pour contrôler le site de construction du canalisateur d’énergie magique qu’est le Grand Sceptre, ils vont peu à peu recouvrer leurs souvenirs, retrouver leurs attaches, en créer de nouvelles, et surtout découvrir qu’une force maléfique est à l’origine de la chute du météore, des conflits politiques latents et de nombreuses guerres à venir…

Une première heure de jeu exceptionnelle

Autant vous dire que rares sont les débuts de jeu qui nous plongent dans une immersion aussi immédiate que Lost Odyssey. Une seconde, on voit un Kaïm cinématique virevolter entre les soldats Khents qui tombent comme des mouches sur son passage, et la suivante, on se retrouve à contrôler un Kaïm in-game entouré de gonzes à dessouder armés jusqu’aux crocs. La transition est tellement fluide qu’on a encore des palpitations du fait de la qualité époustouflante de la cinématique d’intro lorsqu’on arpente pour la première fois le menu de combat.

C’est ainsi que commence une première heure de jeu exceptionnelle, au cours de laquelle on va tour à tour s’extasier sur les graphismes extrêmement réalistes, les thèmes épiques symphoniques de l’ami Uematsu, la mise en scène digne d’un film hollywoodien, et ce sans même avoir encore découvert le génie du gameplay de l’œuvre ! Quelques minutes suffisent à déceler l’énorme potentiel du jeu qui exploite à merveille la puissance de sa plateforme. Bien sûr, l’amateur de RPG avisé attendra de débloquer toutes les options du menu de combat pour juger de la qualité du soft, mais il ne sera pas insensible à cet univers original où l’énergie magique omniprésente est l’enjeu majeur des décisions politiques… et des plus viles convoitises.

D’emblée, le titre ne cache pas son ambition et il n’est pas difficile de voir la patte des créateurs de Final Fantasy derrière tout ça. En effet, pour ceux qui l’ignorent encore, Lost Odyssey, ainsi que son frère de console Blue Dragon, sont des RPG réalisés par un tout jeune studio du nom de Mistwalker, qui n’a pour l’instant que cinq jeux à son actif et travaille actuellement sur deux projets plutôt alléchants (surtout Cry oN). Jeune studio donc, mais là où ça devient intéressant, c’est qu’il a été fondé en 2004 par le grand, l’immense Hironobu Sakaguchi, vénéré créateur de la saga Final Fantasy, scénariste bien-aimé de FFVI, présent dans les crédits de tous les RPG japonais les plus emblématiques (Chrono Trigger, Xenogears, Vagrant Story, etc)… le meilleur CV du monde vidéoludique quoi.

Trois hommes et un couffin : Lost Odyssey (merci pour la photo)

Il y a quelques années, Sakaguchi-sama, écarté des projets de SquareEnix suite au flop du film Final Fantasy : The Spirit Within qu’il a réalisé, décide de quitter la boîte qui lui doit tout pour continuer à enchanter les gamers de par le monde avec les chefs-d’œuvre nés de son imagination. Il embarque avec lui ses amis de toujours, notamment le compositeur Nobuo Uematsu qu’on ne présente plus, et s’entoure des meilleurs collaborateurs (Akira Toriyama, Yoshitaka Amano, Takehito Inoue, j’en passe et des meilleurs). Bientôt sort Blue Dragon qui connait un succès tout à fait honorable malgré le choix toujours controversé de la plateforme de Microsoft. Mistwalker commence à se faire un nom, mais l’originalité peine à suffire face à SquareEnix qui, depuis quelques années, inonde le marché de rééditions sur consoles portables… rééditions de jeux créés par ledit Sakaguchi (quand je vous dis qu’y a pas d’justice) ! C’est dans ce contexte tendu que sort Lost Odyssey, qui ne bénéficiera pas du la couverture médiatique que Blue Dragon avait réussi à obtenir grâce au charadesign pourtant simpliste de Toriyama…

Mais j’arrête mon cours d’histoire et je reprends mon test ! Le jeu débute véritablement lorsque Kaïm, Satie et l’assistant de Gongora, Jansen Friedh, sont envoyés au site de construction du Grand Sceptre. Le joueur découvre alors, avec son équipe de trois personnages composée d’immortels et d’un mortel, un système complexe et passionnant.

Un système complexe et passionnant (je viens de le dire ><)

Humm, par où commencer ? Il y a tant à dire sur le gameplay de ce jeu que je m’excuse d’avance si je ponds un pavé ou si je manque de clarté (dans ce dernier cas, je répondrai à vos questions avec grand plaisir). Alors je débute par les banalités d’usage : Lost Odyssey est un RPG classique dans la plus pure tradition du genre. Comprenez : il s’agit d’un RPG tour par tour avec rencontres aléatoires. Les joueurs nostalgiques seront ravis d’un tel retour aux sources, quant aux autres, ils découvriront peut-être le plaisir de stratégiser un combat à l’ancienne. Car Lost Odyssey n’est pas le genre de jeu dans lequel sélectionner la commande Attaquer de tous les personnages suffit à terrasser les mobs, au contraire ! Le soft se démarque dès le début par un niveau de difficulté très honorable imposant la construction de tactiques parfois plusieurs tours à l’avance afin d’éviter le tragique Game Over (ce qui, vous l’avouerez, est de plus en plus rare dans les RPG modernes). Aussi je n’ai pas honte d’avouer que j’ai dû m’y reprendre à trois fois contre le premier boss rencontré devant le Grand Sceptre.

Le boss dont je parle est juste après cette séquence… quand vous verrez cet écran, il sera déjà trop tard !

Je vois venir d’ici quelques sourires moqueurs accompagnés de remarques du genre : “Tu sais pas qu’il faut leveler comme un chacal dans les RPG, n00b ?”. A cela, je répondrai que Lost Odyssey est doté d’un système anti-farm qui fait qu’à partir d’un certain niveau, on ne gagne plus d’expérience dans la zone courante ! Ce système permet aussi aux personnages ayant plusieurs niveaux de retard sur leurs compagnons de progresser plus vite afin d’homogénéiser l’équipe. Les créateurs de Lost Odyssey n’ont donc pas cherché à accroître sa durée de vie artificiellement mais à proposer un jeu old-school, difficile et intense, où l’on doit faire avancer le scénario pour monter en puissance. Alors oui, cela risque fort de frustrer les acharnés du niveau 99, mais le joueur intelligent saura apprécier le challenge proposé par chaque combat : allergiques à la réflexion s’abstenir.

Entrons à présent dans les détails du gameplay, qui regorge de subtilités et d’idées brillantes. Lors des combats, vous pouvez jouer jusqu’à cinq personnages, répartis sur la ligne avant et la ligne arrière. La ligne avant crée une barrière, la condition de garde, qui protège la ligne arrière, et qui est égale à la somme des HP des joueurs postés en ligne avant au début de l’assaut. Au fil du combat et des blessures infligés à la ligne avant, la ligne arrière est de plus en plus exposée. Cela vaut pour notre équipe, mais aussi pour les ennemis : la gestion de la condition de garde est l’une des clefs de la réussite. Il sera quasiment impossible de tuer un ennemi posté en ligne arrière sans avoir affaibli la ligne avant.

Autre détail : on peut équiper des anneaux sur les armes des personnages. Ces anneaux confèrent à l’arme, lorsqu’on utilise la commande Attaquer, une propriété particulière (dégât élémentaire, altération d’état, dommages multipliés, etc). On peut forger ces anneaux à partir des objets récupérés au terme des combats ou achetés chez les marchands, puis les combiner pour obtenir des anneaux plus puissants. Ce système rappelle fortement celui de FFX, d’ailleurs l’analogie ne s’arrête pas là. Chaque action prend un certain temps à s’effectuer, modélisé dans l’interface par les vignettes des personnages dans l’ordre du tour, exactement comme dans FFX. Certains sorts très puissants peuvent mettre deux ou trois tours à se lancer. On n’est donc pas dans un tour par tour bête et méchant mais dans un jeu qui allie à merveille tradition et modernité.

Pour que l’anneau placé sur l’arme agisse de façon optimale, il faut réaliser une épreuve de réflexe qui consiste à relâcher la gâchette de la manette lorsque deux anneaux se confondent (merci pour l’image).

Mais parlons maintenant de la véritable originalité du gameplay : le système d’apprentissage des compétences. Dans Lost Odyssey, on a deux types de personnages : les mortels et les immortels. Les mortels apprennent des compétences en gagnant des niveaux, tout simplement. Il peuvent en outre s’équiper d’accessoires pour obtenir des compétences ou des bonus qui ne sont pas dans leur évolution naturelle. Les immortels, eux, ne peuvent apprendre de nouvelles compétences qu’à partir des mortels ou des accessoires. Chaque combat leur rapporte un certain nombre de points d’apprentissage, nécessaires à l’obtention de nouveaux talents. Ils doivent s’équiper d’un accessoire suffisamment longtemps pour développer la compétence qu’il porte, ou établir un lien de compétence avec un mortel dont ils souhaitent acquérir le savoir. De plus, les mortels peuvent utiliser toutes les compétences qu’ils connaissent tandis que les immortels doivent équiper les compétences qu’ils ont apprises pour s’en servir (même si ce sont des compétences passives telles que HP+4).

Donc au début du jeu, les immortels sont moins intéressants que les mortels car ils ne connaissent aucune compétence : leur seul intérêt est de ressusciter automatiquement deux tours après un KO. Mais au fil de leurs relations avec les personnages et les accessoires, ils développent des talents énormes qui leur permettent de devenir absolument surpuissants. Il ne faut pourtant pas délaisser les mortels puisqu’ils apprennent leurs compétences en gagnant des niveaux, et que ces compétences sont à apprendre aux immortels. Chaque personnage est donc fondamental à l’évolution de l’équipe !

Je vous épargne les autres subtilités du jeu pour aller droit au but : son gameplay est très complexe à appréhender au début et en fait un jeu à définitivement proscrire aux allergiques de la prise de tête. De nombreux paramètres sont à gérer (anneaux, liens de compétence, cases compétence, accessoires, etc), qui obligent le joueur intelligent à se rendre dans le menu quasiment entre chaque combat. Je conçois que cela puisse être gonflant et pourtant je n’hésite pas à qualifier ce système de “plus grand atout du jeu”, justement parce qu’il fait la part belle à la stratégie.

Une histoire moins intéressante que ses personnages

Il est dommage que le scénario du jeu soit moins intéressant… en effet, celui-ci repose essentiellement sur des intrigues politiques et sur l’existence des immortels. Si cette deuxième partie est traitée de façon plutôt intelligente, la première rebutera tous ceux qui n’ont pas aimé FFXII pour son scénario. De plus, bien que Sakaguchi a réussi à créer un univers inédit absolument magnifique (il suffit pour s’en convaincre d’arpenter les rues de Numara ou de visiter le Temple des Lumières), il n’a hélas pas évité le cliché du méchant caricatural.

Bon ok, il ne veut pas détruire le monde pour une fois, il veut juste le conquérir, mais quid de ce rire démoniaque et de ces desseins mégalomanes ? Au fil du jeu, l’ennemi se révèle assez commun alors qu’il apparaît original de prime abord… Il faut dire que cette première impression repose sur le charadesign assez singulier du jeu, qui a été complètement descendu par certaines critiques à cause du travail de Takehito Inoue. En ce qui me concerne, je le trouve plutôt somptueux : visages réalistes loin du dessin manga lisse et inexpressif de la plupart des productions actuelles, personnages en taille réelle (le SD c’était bien avant mais il faut évoluer avec les supports, messieurs les développeurs !), costumes colorés bourrés de détails, armes et accessoires visibles sur le personnage (ce qui peut donner des apparences assez drôles d’ailleurs). On adore ou on déteste : moi j’adore (mais j’ai dû laissé tomber l’idée de faire un cosplay de Sarah, voyez plutôt).

Il serait cependant dommage, pour ceux qui sont rebutés par le charadesign, de faire l’impasse sur ce jeu qui propose de nombreux personnages jouables (neuf au total) aux personnalités bien trempées (et aux décolletés bien rembourrés pour certains^^). Chacun trouvera son bonheur : en ce qui me concerne je suis évidemment tombée amoureuse de l’élément comique du groupe, Jansen, mais j’aurais tout aussi bien pu m’identifier à Satie l’impétueuse ou à la courageuse Cooke (j’essaie de ne pas spoiler et c’est super chaud).

Mon chéri Jansen <3

Là encore, on sent que le créateur de Final Fantasy est de la partie. Les enfants Cooke et Mack font énormément penser à Palom et Porom de FFIV, quant à Sed, c’est un Cid tout craché même pas maquillé par un prénom sans consonance avec l’original. On pourrait crier au plagiat mais après tout, c’est Sakaguchi qui a créé Palom, Porom et Cid ! On comprend qu’il veuille continuer à exploiter ses propres idées.

D’ailleurs je ne peux pas passer au paragraphe suivant sans évoquer la mascotte de Lost Odyssey. La saga FF a le chocobo ou le mog, Lost Odyssey a le kelolon ! Cette créature déclinée en nombreuses races est tellement adorable que j’espère qu’on la reverra dans d’autres productions de Mistwalker et qu’elle finira par connaître la popularité de ses aînés.

Une réussite à tout point de vue ?

Vous l’aurez compris, Lost Odyssey a tous les atouts d’un grand RPG : un créateur de génie qui a mis au point un univers original, des graphismes à couper le souffle exploitant au mieux les capacités de la console, des personnages attachants et un système complet porté sur la réflexion. Que pourrais-je ajouter pour vous convaincre d’acquérir ce jeu ?

J’ai parlé de l’OST composée par Uematsu : c’est déjà un argument en soi ! Cette bande originale très éclectique reflète à merveille les différentes facettes des compositions du maître : des thèmes symphoniques chers aux fans des premiers FF aux morceaux electro dignes d’un FFVII en passant par les chansons cucul-la-praline et les guitares métalliques dont se réjouiront les fans de The Black Mages, il y en a pour tous les goûts. Certes, du coup, l’OST est assez inégale, et si certains morceaux sont absolument géniaux (le thème de combat par exemple, et c’est tant mieux puisque c’est la musique qu’on entend le plus souvent dans tout RPG), d’autres sont assez cheaps. Mon morceau favori ? Le thème des kelolons bien sûr^^

Le thème de combat de Lost Odyssey.

Il convient en outre de noter que la version européenne du jeu permet de choisir les doublages japonais, et ça, c’est assez rare pour être encensé. La multiplication de versions undub de RPG devrait pourtant indiquer aux éditeurs qu’on souhaite garder les voix originales dans les jeux vidéo…

En vrac encore, on note les souvenirs des immortels narrés sous forme de récits illustrés poétiques écrits par l’auteur japonais Kiyoshi Shigematsu, le système de magie composée qui combine les sorts basiques pour multiplier leur puissance, le bestiaire superbe (bien que peu varié), les animations de combat, la fin riche en émotion… et j’en oublie.

Des bestioles qui ont la classe.

Après tant d’éloges, il serait déloyal de ma part de vous faire croire que ce jeu est parfait, sinon mon test se serait résumé à : “ce jeu est culte” et je vous aurais épargné ce pavé. Lost Odyssey n’est en effet pas exempt de défauts qui lui interdisent l’accès au panthéon du RPG mais qui ne l’empêchent pas de s’imposer comme le meilleur RPG de la fournée 2007.

J’ai parlé du scénario un peu léger mais pas de la linéarité du jeu qui se suit comme un film jusqu’à la phase finale (le fameux dernier DVD au cours duquel le monde est ouvert). En cela encore, le jeu rappelle FFX, mais sort son épingle du jeu par sa quantité assez exceptionnelle de quêtes secondaires. Là où le jeu de Square proposait seulement le Centre d’Entraînement, Lost Odyssey développe la Cour des Grands (un tournoi à réaliser en répondant à des conditions bien précises) et toute une foule de quêtes permettant d’obtenir les meilleurs accessoires et armes du jeu. Cette phase de jeu est certainement la meilleure du titre puisqu’on se sent libre d’évoluer dans le monde à sa convenance, et double facilement la durée de vie du jeu (plus de 120 heures pour le finir à 100%).

Le monde n’est pas très vaste mais on dispose de moyens de transport sympas tels que le vaisseau royal de Numara : le White Boa.

Un autre défaut que vous avez peut-être senti poindre lorsque j’ai décrit le système : l’équilibre du niveau de difficulté. Comme je l’ai signalé, le début de Lost Odyssey est plutôt difficile, mais une fois que les immortels sont équipés des meilleures armes et compétences, ils deviennent quasi invulnérables. Bien sûr, cela n’advient qu’à la fin du jeu, et à la condition d’avoir fait les quêtes secondaires adéquates, mais le manque de challenge y devient flagrant. La seule véritable difficulté consiste à tuer le boss ultime de la Cour des Grands, tandis que les autres boss sont très faibles face à une équipe d’immortels. Cela décevra les hardcore gamers mais à choisir, je préfère un tel système à un autre qui ne valoriserait pas le temps de jeu du joueur (Oblivion, sors de ma vie ><).

J’ajouterai enfin à cela l’inutilité des anneaux pour les personnages qui n’usent pas de la commande Attaquer, donc les mages, ainsi que le manque d’intérêt de la partie +. En effet, elle n’ajoute aucun donjon ni boss annexe, et permet juste de recommencer le jeu en partant du niveau 50. En gros, elle sert uniquement à refaire le jeu plus vite. Mais un contenu non négligeable est disponible en téléchargement sur le Xbox Live, qui ajoute de nombreux nouveaux items et des quêtes inédites. Il est possible que cela pallie aussi à la carence de réelle partie +.

Et pour ceux qui hésitent encore, j’emploie les grands moyens : le trailer du jeu.

Au final, vous aurez compris que Lost Odyssey est un excellent jeu qui vaut bien un Final Fantasy mais qui n’a pas eu la chance de bénéficier de la couverture publicitaire d’un jeu SquareEnix. Si vous possédez une XBox360 et que vous n’avez pas été rebuté par mon test, vous devez impérativement acheter ce jeu qui vous procurera de nombreuses heures de plaisir et aura du mal à vous quitter. J’ai gardé suffisamment de surprises pour que vous preniez le même pied que moi à découvrir ce jeu (sauf que vous allez moins galérer puisque je vous ai expliqué le système^^). Peu avant la sortie de The Last Remnant, dites non à l’hégémonie de SquareEnix et soutenez un studio plein d’avenir qui n’a pas fini de nous surprendre : Mistwalker, avec son Lost Odyssey, montre, sans mauvais jeu de mot, qu’il marche dans la cour des grands !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gameup 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte