Magazine

Je l'ai lu: La valse lente des tortues - Katherine Pancol

Publié le 18 novembre 2008 par Fanny Tizon

Ce livre m'a été prêté par E-zabel, parce que je lui avais dit que je voulais bien le lire mais que je refusais de l'acheter vu que le premier épisode m'avait pas tellement plu.
Eh bah, toutes les critiques que j'ai faites sur le premier livre sont valables pour la suite!
Mon dieu que le style est lourd, c'est lent, c'est ennuyeux!
Toutes ces histoires qui s'emmêlent les unes aux autres, le bébé réincarnation d'Einstein, la marabout, la vieille Henriette qui vole un aveugle, Philippe et Joséphine qui se posent mille et une questions avant et après avoir couché ensemble, c'est du grand n'importe quoi!
Et je vous fait grâce de la pseudo intrigue policière à deux balles, le personnage d'Iris qui n'a plus rien à voir avec la Iris du premier volume à tel point qu'on a l'impression que Katherine Pancol ne savait plus quoi faire d'elle!
Mais je crois que le pompon c'est quand même Luca/Vittorio!!! Ils ne sont pas deux mais un seul!! Le gars est schizophrène!!!! Waouhhh!! Madame Pancol vous avez une imagination et un sens des rebondissements hors du commun!
Bon, encore une fois vous l'aurez compris je n'ai pas accroché du tout à l'histoire complètement abracadabrante, les personnages sont encore moins attachants que dans le premier livre et puis que de longueurs!!!!
Malheureusement Madame Pancol ne va pas s'arrêter là, un troisième livre est en préparation... je me demande bien ce qu'elle va pouvoir inventer.... ptet bien la venue de Dieu Himself sur Terre... va savoir...
Mon avis: Groumpf!- Gniii- Bof- Bien- Très Bien- Yaataaaa!!!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Macasamia
posté le 07 septembre à 22:19
Signaler un abus

Enfin quelqu'un qui n'est pas tout baveux devant ce livre. Je me suis ennuyée ferme en le lisant, aucune subtilité, des situations qui naissent spontanément. Quelque part ce livre me rappelle mon enfance lorsque je jouais avec des amis et que l'on disait "On dirait que toi t'étais le plus beau et que moi j'étais la plus moche et que tu tombais amoureux de moi... et que la reine d'Angleterre c'était ma mère mais que toi tu ne le savais pas et qu'on avait gagné au loto..." Je vois ça un peu du même niveau, si ce n'est qu'à l'époque ces histoires ne duraient que l'espace d'une récréation...

A propos de l’auteur


Fanny Tizon 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog