Magazine France

C’est tellement facile !

Publié le 18 novembre 2008 par Jeunegarde

Tellement facile de renier sa propre part de responsabilité…

Tellement facile de se victimiser…

Tellement facile de faire passer les autres pour les méchants…

Tellement facile de communiquer…

Tellement facile de minimiser les enjeux…

Tellement pratique d’être une femme … (parfois

;)
)

Mais il est plus compliqué de mettre en oeuvre un véritable rassemblement, de travailler, de faire de la politique en gérant plutôt qu’en faisant de la démago. 

Chacun doit aujourd’hui prendre sa part de responsabilité. Royal avait la possibilité  et le devoir de mettre en place un rassemblement de bonne foi ou de mettre la mauvaise foi de ses “adversaires” en exergue. Mais encore aurait il fallut qu’elle le veuille, car au delà des mots quand on veut que les autres acceptent une proposition, il faut pour ce faire leur proposer une marge de manoeuvre, des négociations, chacun doit ainsi accepter de faire des compromis.

Or trois points posaient problèmes:

- les alliances avec le Modem dont la pertinence doit être, à mon sens, évaluée au cas par cas en fonction de la conjoncture locale et dans le cadre d’élections d’équipes (municipales, régionales,…) et absolument pas tranchée dans une pseudo généralité par un réferendum alors que tout les militants attendent une ligne politique de parti claire.

- la présidentialisation du parti qui pourrait se faire au détriment des représentations locales et de terrain. Nous pourrions ainsi perdre le statut de parti d’élus pour devenir le parti de l’Élu(e). Présidentialisation qui n’irait pas, bien entendu, sans rappeler le système politique démocrate américain qui es aujourd’hui atteint par le syndrôme de Peter dans bien des aspects. 

- l’ouverture du PS aux sympathisants pour en faire un parti de masse, car c’est bien connu, la foule est organisée, la foule est gérable t… Non, franchement comment organiser autre choses que des référendums limités, simplistes et biaisables ; comment mettre en place de véritables réflexions de groupe ?? Celà soulève aussi le statut de l’adhérent, quel intérêt de payer une cotisation si l’on peut faire la même chose en étant sympathisant ? Et de fait celle des revenus du parti, récolte de fonds vous dites…?!

Et a aucun moment Ségolène Royal n’a accepté de reculer sur ces points, ce faisant, soit elle ouvrait la voie à une alliance et permettait au PS de sortir dimanche avec une majorité à sa tête, soit elle prouvait que ces problèmes n’était que le reflet  de la mauvaise foi des autres motions et alors elle percait à jour le prétendu front anti ségo de Reims ralliant ainsi à sa cause bon nombre de militants de bonne foi. La solution à ce problème n’était autre que Vincent Peillon, car si Ségolène n’avait eu en tête que l’avenir du parti et le bien commun, elle aurait fait fi de sa personne et aurait permis à un autre de rassembler. 

NON! On ne m’enlèvera pas de l’esprit que même si Délanoë, Aubry, Hamon, Fabius, Emmanuelli ont leur part de responsabilité dans l’échec du congrès de Reims, Ségolène Royal n’en souhaitait pas une autre issue et n’assumera pas cet échec. Il est en effet plus facile de se décharger de sa responsabilité sur le collectif plutôt que d’accépter sa propre inaptitude à unifier le parti.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeunegarde 2824 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte