Magazine Asie

Corruption : rien n’est trop sacré

Publié le 01 septembre 2008 par Luming88

258 millions de yuan (environ 25 millions d’euro) ont été détournés des fonds d’aide alloués à 13 provinces ou districts touchés par des catastrophes en 2005-2006 : c’est le résultat des enquêtes menées par le Bureau National d’Audit et récemment révélées en Chine.
Voici la réaction d’un internaute face à ce phénomène de corruption, probablement le sujet qui génère la plus grande frustration auprès des citoyens chinois.
——

Bien des affaires de corruption paraissent "insupportables". En Chine, la corruption de la bureaucratie ne date pas d’un ou deux jours, mais elle est devenue au fil du temps et par lente accumulation, une affreuse culture du mandarinat !

En son for intérieur, le peuple a toujours fortement espéré que chaque bureaucrate contribue à la société et à la prospérité de la population. Mais dans les faits, de nombreux fonctionnaires n’ont d’yeux que pour leur propre bourse et rien d’autre, ne se souciant ni du ciel et de la terre, et certainement pas de nous !

Peu de gens connaissent les détails de la plupart des cas de corruption, tel par exemple que le montant des sommes détournées par un bureaucrate, sa condamnation à quelques années de prison suite à un processus civilisé (= un procès), puis après quelques années, en raison d’un excellent comportement et de son honnête attitude à reconnaître ses erreurs, ses crimes sont effacés.

Ainsi, pour de nombreux fonctionnaires corrumpus, il suffit de prononcer quelques paroles d’excuses au peuple, au Parti et au pays, de faire croire qu’on est devenu honnête pendant un certain temps et de faire patte blanche. Non seulement on ne sera pas exécuté, mais tout au plus on prendra quelques années de prison. Après ces quelques années, on sort de prison et on peut à nouveau jouer les héros indomptables !

C’est pourquoi j’ai toujours estimé que condamner légèrement des bureaucrates corrompus revient à punir lourdement le peuple. Du moment qu’il s’agit de corruption, la peine devrait être lourde : condamnation à mort pour les crimes sévères et longues incarcérations, sans exception ! Puis il faudrait encore que les juges émettent des certificats de mérite stipulant "belle éxécution" ou "belle incarcération".

Il existe un phénomène social qu’il est facile à tous de voir clairement : derrière chaque fonctionnaire corrompu se trouvent de nombreuses sauterelles, les unes reliées aux autres, comme ces bâtons de sucreries qui forment un bloc collant. Quand un bureaucrate véreux est décollé du reste et qu’il fait office de bouc émissaire, les autres continuent à vivre ensemble en paix et à former un bloc bien uni. Ce phénomène a bien de quoi porter à réflexion !

Le 27 (août), le directeur du Bureau National d’Audit, Liu Jiayi, a présenté un rapport d’audit au Comité permanent du Congrès National du Peuple concernant les sommes d’aide à 13 provinces/districts ayant été touchés par des catastrophes. Le rapport montre que de 2005 à 2006, certains départements de ces 13 provinces/districts ont (détourné) 258 millions de yuan provenant de ces sommes pour, entre autres, arrondir leur fonds administratifs et construire des immeubles de bureaux.

Que des fonds d’aide aux catastrophes soient détournés pour construire des bureaux démontre la corruption de la fonction publique.

En fait, ce chiffre est très éloigné de la réalité. A chaque catastrophe, les bureaucrates de nombreux gouvernements locaux montent eux-mêmes au créneau pour appeler bien fort à l’aide ! De partout affluent alors les bonnes volontés et les bons coeurs qui offrent de la chaleur aux personnes touchées.

Mais nombreuses sont les donations qui tombent dans un abysse sans fond. Ce qui arrive vraiment dans la poche des victimes, ce sont des bribes ! Les gens comprennent bien de quoi il s’agit mais contiennent leurs émotions. En dehors de quelques plaintes prononcées en privée, que peuvent-ils faire ?

Certains demandent : si les bureaucrates osent même détourner les fonds d’aide aux catastrophes, où se trouve donc leur moralité de fonctionnaire ?

Sachez que ces gens là n’ont jamais su ce que signifie moralité de fonctionnaire. Ils ne savent que mener une vie de débauche, s’offrir des concubines et entretenir des maîtresses, faisant la compétition entre eux ! Comment pourraient-ils encore se consacrer à la vie et à la mort de (leurs administrés) ? S’ils avaient une moralité de fonctionnaire, comment pourraient-ils détourner ces fonds d’aide aux catastrophes, (un crime faisant) perdre la face à leurs ancêtres de 18 générations ?

Que le directeur du Bureau National d’Audit, Mr. Liu Jiayi, confronte ce problème directement, démontre qu’il a la détermination pour le résoudre. Espérons qu’il dépense un peu plus de temps à découvrir ces insectes. Si c’est nécessaire, le peuple fournira certainement tout son soutien !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine