Magazine

Qu'est-ce qu'on fait pour les PME?

Publié le 21 octobre 2008 par Nellym67

En arrière-plan de la crise qui secoue aujourd'hui nos décideurs et tous les lobbys en les poussant à revoir leurs stratégies, les acteurs économiques les plus pris au dépourvu quand la bise fut venue sont les dirigeants de PME.
 
Si l'on croit le rapport Euler Hermès publié en septembre, le nombre de défaillances d'entreprises a augmenté de 10% au premier semestre en France (ce chiffre pourrait atteindre les 15% d'ici à la fin de l'année), et la solidité financière et économique des entreprises est fortement remise en cause. Conséquences : moins de création d'entreprises, chute de l'exportation, croissance en berne et marges en effritement, nette progression des liquidations judiciaires et des procédures de redressement.

Ces derniers années, la croissance molle n'a pas permis aux PME d'épargner solidement des fonds leur permettant d'assurer leurs projets et leur pérennité, et les place au-devant de perspectives d'investissements et d'emprunts quasiment nulles, la crise financière renforçant leurs difficultés avec les banquiers.


 
Ce qui est le plus remarquable dans ces cas de défaillances d'entreprises, c'est qu'ils ne concernent pas seulement les créations récentes ou les sociétés unipersonnelles qui se sont développées fortement ces derniers mois; toutes les tailles de PME, tous les secteurs d'activité (concernant l'industrie, le déclenchement fut plus tardif mais l'automobile a amorcé le mouvement) sont touchés, et cela partout en France, même dans les régions les plus dynamiques.
Les procédures de sauvegardes existent depuis début 2006 et sont de plus en plus courantes (45 dossiers par mois!).


 
Que faire alors pour venir au secours des PME, entreprises les plus fragilisées par la crise? Souvent vecteurs d'innovation et de dynamisme, la plupart du temps le reflet de la santé de la capacité de notre pays à créer et produire ces créations, et conduisant à des regroupement sous formes de pôles de compétitivité renforçant l'attractivité de nos régions, nos PME doivent absolument être accompagnées tout au long du déploiement des différents processus de la crise.
Outre le plan de soutien que prépare le gouvernement (22 Milliards d'Euros seront progressivement disponibles), ainsi que l'augmentation du montant de l'encours accordé aux PME dans le cadre de leurs crédits, les réponses doivent dépasser le cadre financier afin d'aider les entrepreneurs à surmonter le marasme et la baisse de confiance. Renforcer les pôles de compétitivité, être réactif aux projets et demandes de subventions, et favoriser les formations, ce sont les premières clés de l'encouragement que l'on doit susciter auprès des entrepreneurs, et c'est une manière de renforcer le rôle des collectivités locales.

Et bien sûr, accélerer l'idée d'une mise en œuvre d'un Small Business Act Européen, qui statue juridiquement sur les brevets des entreprises européennes, qui développe de nouveaux outils financiers par le biais de la Banque européenne, et qui favorise des programmes européens d'aides à l'innovation par le biais d'échanges et de partenariats.

 A lire pour compléments d'information :
- le rapport Euler Hermès sur les défaillances d'entreprises au 1er semestre 2008 : ici

- compte-rendu de la réunion des régions à Toulouse pour réaliser un plan d'urgence pour les PME : ici

- le Small Business Act de la Commission Européenne : ici


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nellym67 55 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte