Magazine Sport

Vendée Globe : le passage de la ligne...

Publié le 23 novembre 2008 par Stephanebigeard

Loïck Peyron (Gitana Eighty) qui mène la flotte du Vendée Globe a été le premier à franchir l'équateur.
A 11h, ce matin, dix autres skippers avaient basculé dans l'hémisphère Sud alors que les écarts se creusent avec leurs poursuivants.
Ce passage de l'équateur est toujours un moment marquant pour tous les navigateurs.
Un événement profondément ancré dans les traditions de la marine et chez tous Les hommes de la mer.
(Le novice devient un marin confirmé).
C'est ce que l'on appel "le passage de la ligne".
Que signifie ce rite ?
Le baptême de l’Equateur est un rite de passage – célébré par les marins lorsque l’un des leurs ou un passager franchissait pour la 1ère fois l’Equateur, dit aussi "la Ligne".
(L’Equateur, étant pour ceux qui ne le savent pas, une ligne imaginaire qui partage le globe en deux hémisphères situés par définition au degré 0 de Latitude. On estime sa longueur à plus de 40 000 Km.)

Le franchissement de « la ligne », , est sujet à une tradition de baptême qui remonterait aux vikings.
L’instauration de ce rituel, date de la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb en 1492, et du passage du Cap de Bonne Espérance par Vasco De Gama.
C’est en effet eux qui ouvrirent la voie aux navigateurs du monde entier vers les voyages au « Levant » (Indes Orientales), et au « Couchant » (Indes Occidentales), avec un passage obligé par l’Equateur…
C’est donc réellement depuis le siècle des Lumières (XVIème siècle) que les marins s’adonnent traditionnellement à un tel rite, synonyme de victoire sur l’océan et de découverte de terres inconnues.
Alors en quoi consiste-t-il ?
Il s’agit dans un premier temps de renverser l’ordre social à bord.
Le passage de l’équateur signifiant pour les marins le basculement vers un mode inconnu, le bateau prenait alors des allures de carnaval, où les matelots de tous rangs se déguisaient de façon burlesque, complètement peints de noir, et se livraient à des débordements chaotiques.
Puis, prenait place une parodie de jugement menée par les anciens (ceux qui ont déjà fait la traversée) de façon à initier les jeunes matelots.
A cette occasion, le bateau se transformait en scène de théâtre où Neptune en Dieu tout-puissant accompagné de diables, diablotins et autres tritons prononçait la sentence réservée aux novices.
Troisième étape : l’immersion totale dans un réservoir d’eau ; une façon de proclamer la purification du marin, et d’évaluer sa capacité à dompter cet élément. Avant d’être plongés dans l’eau, les matelots étaient barbouillés de peinture et de restes de nourriture peu appétissants…
Ces épreuves à l’allure de bizutage convertissaient définitivement les jeunes matelots en vieux loups de mer.
Ce rite très exubérant s’explique à l’époque par l’angoisse éprouvée par des marins voguant à la découverte de nouveaux horizons. Il faut dire qu’à l’approche de l’Equateur, l’ambiance est plutôt infernale : des calmes plats aux chaleurs étouffantes, ponctués de grains violents et de pluies diluviennes qui souvent faisaient chavirer les navires… Tout cela portait à croire que l’on s’approchait de l’enfer !
Aujourd’hui, les conditions de navigation sont les mêmes, mais les craintes ont disparues.
Toutefois, la tradition est bien là, et cette étape reste pour les marins, même ceux du Vendée Globe, un rite incontournable...
Propos de Loic Peyron: "Comme d'habitude, j'ai salué Eole et Neptune qui sont dehors pour leur demander le droit d'entrer dans l'hémisphère Sud. C'est toujours impressionnant un passage comme cela même s'il est fait de nuit, c'est toujours sympa. Adieu le nord, à bientôt dans quelque mois".

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stephanebigeard 3992 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine