Magazine Société

Le projet bordelais reste en selle ?

Publié le 24 novembre 2008 par Bordeaux7
Dès le printemps, la Cub devrait disposer d’un service de vélos en libre service. Mais le dispositif sera-t-il suffisant pour répondre aux besoins de Bordeaux ?
vélo.jpg
Voici, en image, ce à quoi pourrait ressembler le service de vélos en libre service de la ville de Bordeaux dans les prochains mois. Sauf que ce dispositif, élaboré par la société JC Decaux, ne devrait voir le jour que si la Cub, de son côté, ne tient pas ses engagements en lançant un important service de vélos en libre service à l’échelle de l’agglo.
Mais pour mieux comprendre ce paradoxe, un petit retour en arrière s’impose. En novembre 2007, le conseil municipal de Bordeaux décide d’adosser au renouvellement du marché relatif au mobilier urbain publicitaire, la mise en œuvre d’un service de vélos en libre dans le but de compenser les coûts d’exploitation de ce service par les recettes générées par la publicité. Deux appels d’offre sont alors lancés simultanément, l’un comportant un lot unique incluant mobilier urbain publicitaire et mise à disposition de vélos en libre service, l’autre prévoyant ces prestations en deux lots distincts. Le maire de Bordeaux estime alors à l’époque que la réflexion de la Cub sur la mise à disposition de vélos en libre-service à l’échelle de toute l’agglomération n’a pas avancé et souhaite que ce service soit développé sur la ville dès le printemps 2008. Dès lors, des élus s’interrogent sur la compatibilité entre l’offre bordelaise et ce qui pourrait être mis en place sur la Cub par la suite. Les Verts de Gironde estiment notamment «qu’il serait imprudent de développer un système sur Bordeaux ville sans envisager son extension sur l’ensemble de la Cub». Aussi, un peu mise au pied du mur, la Cub réagit rapidement et évoque dès le 6 décembre 2007 son projet de vélos en libre-service. Malgré tout, en juillet dernier, Bordeaux enfonce le clou. Les élus choisissent l’offre de la société Decaux et adossent le service vélos au renouvellement du marché relatif au mobilier urbain publicitaire. Là encore, les dents grincent. Le système Decaux sera t-il compatible avec son concurrent direct sur la Cub, Clear Channel, ou avec un autre loueur de vélos non lié à la publicité ? Le cycliste devra-t il changer de vélo dès qu’il change de commune ? Face à ces problématiques et à la prise de conscience de la Cub, la ville de Bordeaux décide de mettre son projet en sommeil. Le dossier a d’ailleurs été mis sur la table lors des discussions menées avec Kéolis, le prestataire retenu par le bureau de la Cub pour reprendre la délégation de service public des transports. Si le choix est confirmé en conseil de Cub vendredi, Kéolis devrait développer le vélo en libre service sur l’agglo d’ici à l’été 2009. Reste que l’offre de Kéolis s’appuie sur 1 600 vélos (contre 3 400 pour Véolia) et que cela pourrait ne pas suffire à répondre aux besoins de toutes les communes de la Cub. Dans ce cas, il ne faut pas écarter la possibilité que Bordeaux lance tout de même son propre service en complément, un service qui prévoit dans un premier temps la mise à disposition de 800 vélos dans le centre-ville. La question de l’incompatibilité entre les deux systèmes serait alors de nouveau d’actualité et le cycliste bordelais est contraint de changer de monture à chaque barrière.
Stella Dubourg

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine