Magazine

Méfiez-vous!

Publié le 24 novembre 2008 par Hugo Jolly

http://www.ulb.ac.be/medecine/rdvdoc/sommaire_fichiers/attention.gif

Cette fin de semaine a été percutante pour le roi du populisme, non pas positivement, mais décisivement plutôt.

Mario Dumont, parlant du soit disant «couple royal» (Charest-Marois), demande aux québécois de se méfier…

Alors je vais lancer le même message, mais à l’endroit, donc à l’endroit de Mario Dumont, le populiste démagogue par excellence.

Méfiez-vous, chers québécoises et québécois, parce que Mario Dumont, tout en disant avoir à cœur les conditions des travailleurs du Québec, veut leur brimer le droit de se syndiquer, même si cela est anticonstitutionnel. Il reprochait, sans farce, à Jean Charest son recul devant une décision de la cour supérieure, quant au droit de se syndiquer des employés des garderies. C’est tout dire la crédibilité des dires de cet imposteur qui se dit être la relève aux dinosaures de gauche –encore faudrait-il que la gauche prenne le pouvoir au Québec!-.

Aucune surprise ici, car Mario Dumont, en 2007, à «Tout le monde en parle», avait justement affichées ses couleurs sur le droit de se syndiquer. Il disait des syndicats, qu’ils devaient être abolis, qu’ils n’étaient que des outils désuets venus d’un passé qu’il fallait vite oublier. En dirait-il autant du conseil du patronat, certainement pas! Et de toute façon, l’un des anciens présidents de cet outil bourgeois, Gilles Taillon, le remettrait vite sur les rails! Alors, si on suit la logique de ce tordu personnage, personnage au service de la bourgeoisie minoritaire, l’un des clans peut se regrouper et discuter des tactiques à utiliser pour crosser plus de travailleurs et de travailleuses et l’autre n’a pas le droit de se réunir pour se défendre de l’exploitation des parasites minoritaires bourgeois, il ne peut que dire «Merci Mario!»…

Ce faisant, Mario démontre qu’il n’aurait pas peur de nous imposer des baillons, tout comme le Roi –selon Mario- le faisait, des baillons anticonstitutionnels qui brimeraient les droits des prolétaires et des autres travailleurs du Québec. Ensuite, cet imposteur aux multiples visages a l’audace de faire des discours aux travailleurs d’Abitibi-Bowater, à la manière « Lénine » sur une caisse de bois, disant aux travailleurs et travailleuses concernés, qu’ils se sont fait avoir par Charest… Quel culot!  Ces travailleurs et travailleuses, si Mario est élu, verront que Charest était un enfant de cœur à ses côtés –n’empêche qu’ils ont les mêmes intérêts en bout de ligne-!

Que l’on parle du nombre d’heures de travail réduit, des congés gagnés sous de difficiles manifestations -bien mérités par le labeur des travailleurs et que les bourgeois n’hésitent pas à prendre, sans passer par la voie politique ou démocratique-, sinon même du droit des travailleurs de se réunir afin de discuter de leurs conditions de travail communes, les syndicats sont en fait responsables de toutes nos avancées sociales dans le monde du travail. Quiconque est syndiqué, sait très bien ce qu’il a de plus que son voisin qui ne l’est pas! Ce n’est d’ailleurs pas surprenant que le secteur privé soit difficilement accessible aux syndicats et que derrière le décor, les amis de Mario soient visiblement présents (Conseil du patronat et cie..) sur la ligne de front. Les syndicats sont indéniablement les responsables de nos meilleures conditions de travail, Mario n’a qu’à bien se tenir s’il veut les abolir. Ce n’est certainement pas son parti -qui désire l’abolition du salaire minimum-, qui en fera autant pour la classe ouvrière. Parti bourgeois pour des intérêts bourgeois, aucune énigme à l’horizon.

Alors travailleurs et travailleuses du Québec, méfiez-vous de cet oiseau moqueur, qui ne saurait que, faire reculer vos conditions de travail comme jamais! Méfiez-vous également de cette espèce, puisqu’elle envisage de plus redistribuer aux riches, les richesses créées par la classe prolétaire, comme nul autre ne le propose, d’ailleurs en abaissant ou en faisant disparaître le salaire minimum.

Mario Dumont voudrait ensuite que l’on avale sans moyen, la pilule du privé en santé, tout en omettant d’avertir son électorat que le privé coûte plus cher que le publique, et qu’il ne sert en fait qu’à engraisser les mêmes parasites minoritaires, déjàavantagés par la disparition des syndicats et du salaire minimum! Le privé en santé, c’est un mythe construit par les idéologues de la bourgeoisie, comme Mario Dumont. C’est un mythe qui vise à ouvrir de nouvelles brèches aux bourgeois qui n’attendent que cela, afin d’exploiter cette fois, la misère humaine, souvent due à des hasards de la vie, en plus du labeur des prolétaires à leur emploi! Du parasitisme pur et simple!

Que propose aussi cet oiseau de malheur? De privatiser, au profit de la même minorité parasitaire, Hydro-Québec que les québécois ont eux, nationalisé sans le moindre regret. Ainsi, vous verriez, tout en acceptant -sans droit de grève-  des baisses de salaire, des interdictions de se syndiquer -donc de se réunir- le tarif d’Hydro-Québec prendre une vertigineuse hausse! Et les profits engraisseraient du coup, les mêmes parasites déjà avantagés par les autres mesures dumonistes dénoncées ci-haut.

Qu’a-t-il proposé d’autre, sinon que d’avantager cette classe minoritaire et parasitaire qui, alors que nous entrons en récession, peut-être même en déflation, continuera d’exploiter notre labeur sans notre consentement, maintenant sans entrave –grâce à Mario-, et que le prolétariat lui, encaissera tous les coûts et coups de cette crise?

Rien du tout!

Méfiez-vous de ces impostures, qui disent vouloir votre bien, tout en prônant vos maux. Mario Dumont, c’est l’homme de la bourgeoisie, pas l’homme du peuple qu’il pense et dit être. C’est un vendu, un vendu à la bourgeoisie!

Méfiez-vous des bourgeois!

Méfiez-vous de Mario Dumont et de son parti bourgeois!

  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hugo Jolly 383 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte