Magazine Culture

Dexter épisode 3.09

Publié le 24 novembre 2008 par Red

dexter1 dexter2 dexter3
dexter4 dexter5

Euh... c'était excellent. Là franchement, on retrouve du bon Dexter avec une séquence ultra-jouissive à souhaît vers la fin où Dexter s'imagine en train de péter les plombs dès qu'il découvre que Prado a en fait jouer un jeu tout du long. Chapeau aux scénaristes, j'aurais presque envie de pardonner les nombreux points faibles des épisodes précédents puisqu'on a vraiment quelque chose qui se tient et d'un haut niveau. Incontestablement, cette saison a des qualités que la précédente n'avait pas et vice versa.
Maintenant, pourquoi Dexter reprend-elle du poil de la bête après ces deux derniers épisodes qui retrouvent le piquant de l'an dernier ? Déjà il faut savoir que Daniel Cerone (producteur et scénariste sur les deux premières saisons) a quitté le show pour bosser sur Dirty Sexy Money où il ne s'est que chargé de la production d'un épisode. Puis pour combler ce départ, Charles Eglee, producteur et scénariste sur The Shield est venu en tant que producteur exécutif sur Dexter, s'est chargé de la production de plusieurs épisodes jusqu'au 306 (le pire épisode du show, le seul dont il est l'auteur heureusement) puis depuis, selon l'imdb, il ne bosse plus sur Dexter. Donc le rythme peut décoller, enfin. Il y a de l'action, de la réflexion, Julie Benz était putain de jolie et Prado gagne en épaisseur. C'était excellent donc.

Dexter / Prado :
Décidément, un épisode je les aime, un épisode je les supporte plus. Là j'ai surkiffé de ma race tellement ça prenait trop aux tripes. Enfin bon, c'est relatif, l'épisode laisse quand même sur sa faim mais on peut s'attendre je crois à une excellente fin de saison avec ça. Outre cette tension sexuelle toujours présente à travers des dialogues peu logiques qui retirent à l'intrigue sa crédibilité, le reste était très bien mené. Plus les épisodes passent, plus j'apprécie Jimmy Smits qui se donne à fond dans ce rôle. Il a donc bel et bien tué Ellen Wolf puis l'a enterrée la nuit où Dexter lui a montré comment il tue ses victimes. On ne retrouve malheureusement pas l'efficacité de la voix-off des deux premières saisons (celle-ci se limite à vouloir nous faire comprendre ce qu'on devine facilement, notamment quand Dexter explique comment il fait pour limiter le choix des tombes à creuser pour trouver Wolf) mais le tout fonctionne plutôt bien.
Puis on a la confirmation que Prado a menti tout du long, ce qui d'ailleurs est le leitmotiv de cet épisode : la confiance. Dexter se demandant depuis quand Prado ose lui mentir. Bah il lui a bien crié "fuck you" en pleine gueule sans se mettre à genoux devant lui : leur tension sexuelle a pris un coup donc c'était un indice assez flagrant. Et puis ouais, cette séquence à la fin où Dexter pète les plombs. C'était très jubilatoire et complètement surréaliste. Et puis enfin, Michael C Hall retrouve son talent d'antan. Je suis sûr qu'il n'a pas apprécié la présence du scénariste de The Shield, il a bouffé tout le rythme du show. Michael t'es pas le seul.

Debra / Skinner :
On a notre skinner désormais qui a pris Anton en victime. Ce n'est donc ni lui ni Quinn. La chasse à l'homme entre ce certain George King, Debra, Quinn, Batista et les autres était jouissive aussi. De l'action pure comme je l'aime, sans que ça tombe dans l'invraisemblance comme dans Prison Break et la série prend bien le temps de doser l'action, justement pour garder un tant soit peu de cohérence. Debra se donne toujours à fond, c'est toujours très jubilatoire de la voir ainsi parce que j'adore ce trait du personnage. Puis on comprend mieux maintenant pourquoi la relation Debra / Anton a duré autant ... C'était pour les rendre attachants ensemble dès qu'elle le trouve avec la peau du dos arrachée et tout ça.

Par contre, je ne comprends toujours pas le pourquoi du comment concernant la liaison entre Batista et Barbara (j'ai enfin pu caser son nom) Ca traine mais heureusement que ça ne prend pas trop de place dans l'épisode. Les scénaristes ont bien pu faire la part entre ce qui était important et ce qui l'était moins (ce qu'ils ont toujours du mal à faire dans leurs débuts de saisons, rappelez-vous la saison 2 avec les intrigues de Laguerta au début)

Cet épisode est en fait excellent pour trois raisons : déjà il avait la lourde tache de rendre tout ce qui passait avant relativement convaincant (sauf l'histoire de Camilla qui servait juste à voir la réaction de Dexter face à l'euthanasie dont il est l'auteur).
Puis il est tout simplement excellent parce que ça bouge bien sans que ce soit invraisemblable, ni tiré par les cheveux, ... Il est prenant et intelligemment écrit.
Puis il rend tout ce qui viendra après très prometteur. J'ai de suite beaucoup d'impatience de découvrir la suite, l'évolution de la relation amis / ennemis Dexter / Prado. On peut tomber dans un jeu de manipulations encore plus jouissif que Dexter / Doakes.

En bref : Tout simplement le meilleur épisode de la saison 3 et je crois même le meilleur épisode de la série tout court. Comme je l'ai dit dans le paragraphe précédent, cet épisode est non seulement excellent, il me ferait presque pardonner tout l'ennui que j'ai ressenti devant les épisodes précédents. Du grand Dexter, on en redemande.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Red 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte