Magazine

Le branding et la philanthropie

Publié le 17 novembre 2008 par Philanthropie

Quelle est la première idée ou impression qui vous vient en tête quand vous entendez parler de branding, de positionnement de la marque ou de gestion de l’image d’une entreprise ou d’un organisme? Pour ma part, comme je suis en marketing depuis plus de 15 ans, si je comprends bien la nécessité de gérer la marque et de penser au branding, je conserve néanmoins le sentiment que c’est un soucis de “riches” et que les organismes à but non-lucratif et même les petites entreprises ne devraient pas s’en préoccuper.

branding

Mais si on y pense un peu, le branding s’applique également au monde philanthropique dans la mesure où il peut se définir comme l’image immédiate qui vient à l’esprit d’une personne quand elle entend le nom d’un organisme en se faisant approcher dans une campagne de financement ou voit une publicité. Cette image est un assemblage des valeurs véhiculées par l’organisme, de ce qu’il représente, de ce pour quoi il existe et de ce qu’il cherche à faire (changer, améliorer, défendre, aider, etc…). Et c’est cette image qui rend un organisme unique en le distinguant clairement des autres organismes. Idéalement, comme c’est le cas pour un produit ou une entreprise privée, les sentiments que suscite cette image doivent être puissants et positifs, ils doivent définitivement entraîner la sympathie et le respect.

Bien entendu, des marques comme Nike, BMW, Bombardier et des millions d’autres investissent des sommes d’argent incroyables dans le définition de leur branding, puis dans le soutien de ce branding via des efforts publicitaires massifs etr répétés. Aucun organisme à but non-lucratif ne peut se permettre de dépenser beaucoup d’argent pour des considérations de logo, de couleur ou de polices de caractères. Faire des études de marché pour mesurer la perception de l’image de l’organisme dans la population me semble également une dépense difficilement justifiable.

Est-ce que ça veut dire qu’il n’y a rien à faire? Non, car il faut trouver des moyens pour que ces choses puissent se faire gratuitement, soit avec l’aide de bénévoles ou par des activités effectuées gratuitement par des agences. Dans ce cas, cela devient un exercice fort utile pour mesurer l’écart qui existe entre ce que nous croyons être et ce que les gens pensent de nous. On peut ainsi mieux comprendre si notre façon de nous présenter rend justice à notre façon d’agir et de contribuer positivement à la société.

brand_elements
Je crois que malheureusement la branding doit faire partie des préoccupations des organismes philanthropiques. Car pour accumuler des dons et recruter des bénévoles, l’image d’un organisme est cruciale. Bien entendu, les considérations principales doivent porter sur des choses qui ne touchent pas nécessairement à l’image dans son aspect visuel, mais beaucoup plus à l’image dans son aspect émotionnel. Le graphique ci-dessus illustre bien les éléments les plus importants pour le branding d’un organisme :

  1. la connection émotionelle : votre organisme suscite-t-il une réaction positive immédiate?
  2. les valeurs : est-ce clair ce en quoi vous croyez et ce pour quoi vous existez?
  3. l’accessibilité : je changerais celui-ci pour la transparence et la saine gestion qui sont si importants dans le monde de la philanthropie.
  4. la notoriété : vous branding devrait vous aider à être connu;
  5. la différentiation : êtes-vous distinct?

Le branding d’un organisme philanthropique se crée avec le temps et la répétition d’un message clair sur les valeurs et les actions menées. Des actions médias et dans la communauté permettent de faire entendre ce message, de même que le bouche-à-oreille qui est si efficace et plus crédible dans notre époque Web. Chaque organisme a probablement défini sa mission, sa vision, ses valeurs et ce sont ces éléments qui forment la base du branding. Il faut s’assurer de les traduire en un message clair qui touche aux émotions de la population. Un support visuel, plus sobre que dans le monde des entreprises privées, est également nécessaire. Finalement, il faut que ce message ne soit pas seulement véhiculé vers l’extérieur, il faut qu’il soit accepté et intégré par tous les membres de l’organisme qui sont en fait les meilleurs ambassadeurs du branding.

Tous ça pour dire qu’il existe bel et bien un branding pour le monde la philanthropie, il s’agit de le ramener à une échelle réaliste et utile pour les organismes à but non-lucratif…

  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Quelle surprise!

    Mariah Carey est revenue sur Terre. Elle qui voulait organiser un second mariage extravagant à New York a mis un frein à toutes les procédures. Soyez sans... Lire la suite

    Par  Hollywoodpq
    PEOPLE
  • Quelle Europe après Lisbonne?

    L'équipe Turque réalise un parcours remarquable à l'Euro 2008, avec deux victoires acquises in extremis, par leur courage, leur abnégation, leur jeu d'attaque... Lire la suite

    Par  Allo C'Est Fini
    EUROPE, POLITIQUE, A CLASSER
  • Quelle bouillie nous regardons ?

    Ah les experts de CanalSat, c'est des gens trop malheureux. Les pauvres ils ont regardé des télés navets, des télés machins, des télés bidules, pour trouver et... Lire la suite

    Par  Laurentibook
    A CLASSER
  • Quelle vie de chien !

    Souvent utilisées, toujours comprises, les expressions relatives au meilleur ami de l'homme (vie de chien, temps de chien, mal de chien) sont légion, et pour... Lire la suite

    Par  Cygnus
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Quelle Brute!

    Celles et ceux d’entre vous qui aiment les petits jeux rigolos, faciles et sans prise de tête vont être servis. En effet, j’ai découvert grâce à un complice du... Lire la suite

    Par  Le Noun à Montréal
    A CLASSER
  • Quelle mise en scène !

    Quel spectacle : stupéfiant de talents et de beauté ! La cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques de Pékin nous a fait tellement rêvé… à presque en oublier... Lire la suite

    Par  Dicidense
    TALENTS
  • Quelle bravitude

    Ségolène Royal a annoncé qu”elle “était conquise par le Dalaï-Lama” , et “qu’elle allait déposer une demande de visa pour se rendre au Tibet”. Lire la suite

    Par  Bo
    HUMEUR

A propos de l’auteur


Philanthropie 250 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog