Magazine Banque

Les fonds de LBO ou les fonds de la terreur ?

Publié le 24 novembre 2008 par B3b

Les effets de la crise financière ne cessent de s'insinuer dans l'économie mondiale. L'équilibre, pour autant qu'il existe encore, risque d'être mis à mal par les nouvelles menaces qui se dessinent à l'horizon.

Nous pourrions par exemple parler de la bombe à retardement que constitue le marché des cartes de crédit. Pour rappel, aux Etats-Unis, chaque ménage possèderait en moyenne six cartes de crédit avec une dette moyenne par carte de 10 000 dollars et un total d'encours proche de 1000 milliards de dollars! (à lire ici ou ici).

Mais dans ce cas, pourquoi alors ne pas parler également des fonds de LBO (Leverage Buy Out) ? ... Ces fonds spéculatifs qui ont pour objectifs de profiter d'un effet de levier lors d'une opération d'acquisition d'une entreprise (définitions et détails ici et ici).

Un article à lire ici : Les LBO, prochaine bombe de la crise.

N'oublions pas que la crise n'est pas terminée. Bonne lecture.

A La City de Londres, on les surnomme désormais " les fonds de la terreur ". Les fonds de LBO (Leverage Buy Out) qui ont prospéré au début des années 2000 sur un crédit surabondant sont aujourd'hui menacés par l'effondrement du système. Le principe est simple : le fonds de LBO emprunte de très grosses sommes (généralement sur 10 ans) pour compléter un apport limité afin d'acheter une société qu'il espère rendre plus rentable et revendre en faisant un bénéfice. " Aujourd'hui, on revient à un rapport de 1€ de fonds propre pour 1€ emprunté, explique Philippe Thomas, professeur de finances à l'ESCP-EAP. Mais il y a deux ou trois ans, on était à 1€ de fonds propre pour 6, 7 voire 9€ empruntés ! "


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


B3b 144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines