Magazine France

Mauvaise perdante ?

Publié le 24 novembre 2008 par Philippe Thomas

Mauvaise perdante, Ségolène Royal ?  Honni soit qui mal y pense mais cela semble décidément dur d’admettre une défaite pour la présidente du Poitou-Charentes (on se souvient de ses déclarations juste après la présidentielle). L’épisode que rappelle la Nouvelle République de ce lundi, sous la plume de l’excellent  billettiste Théophrasque , mérite effectivement d’être rappelé. Je me permets de le citer pour qu’on en juge :

« Le micmac du PS rappellera aux Niortais qui ont de la mémoire certaine soirée de 1995, où un vote ric-rac contesté avait donné lieu à un imbroglio tragi-burlesque. Ségolène Royal, partie à l’assaut de la mairie, tentait de se faire désigner candidate par les militants qui lui préférèrent ce soir-là Alain Baudin… à sept voix près. Chaude ambiance. Qu’à cela ne tienne, l’état-major départemental du PS, une demi-heure plus tard, annulait le vote lors d’une réunion en urgence que présidait… Ségolène Royal, patronne du parti dans le département. On n’est jamais mieux servi que par soi-même. 1995-2008, l’éternel retour ? »
Sauf qu’en 2008, nous ne sommes plus dans le tragi-burlesque mais dans le grand n’importe quoi… Dans le même numéro de la NR , on lit aussi les déclarations de plusieurs vassaux locaux se croyant obligés de voler au secours de leur suzeraine. C’est édifiant… Si c’est ça la rénovation du PS tant clamée par le camp Royal, il vaut mieux croire au Moyen-Age qu’à la démocratie et aux lendemains qui chantent…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippe Thomas 103 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte