Magazine France

Martine Aubry par K.O. technique

Publié le 25 novembre 2008 par Dedalus
...

Martine AubryC'est donc par 102 voix d'avance que Martine Aubry devient première secrétaire du Parti Socialiste, après validation des résultats du scrutin par le Conseil National qui s'est prononcé à 159 voix (67,5%) pour et 76 (32,5%) contre.

67.451 voix pour Aubry et 67.349 pour Royal. Soit un score de 50,04% contre 49,96% ! ...

102 voix d'écart. Soit moins de 0,1% des suffrages ! ...

Le bon sens politique aurait voulu qu'on les donne à égalité. D'ailleurs, le bon sens politique aurait voulu en réalité qu'elles commencent, Martine et Ségolène, par accepter de se parler - ce qu'elles n'ont pas fait depuis quatre jours que le scrutin est clos. Mais elles ont préféré jouer le "match" à quitte ou double et s'engager dans une interminable et irresponsable partie de poker menteur.

Martine Aubry et Ségolène Royal sont les premières responsables de l'épilogue de ce "combat" qu'elles ont voulu "à mort", où il leur fallait une vainqueur et une vaincue, parce qu'à la radicalité du Tout Sauf Royal de l'une s'opposait sans concession possible le non moins radical Ségolène Sinon Rien de l'autre. Camp contre camp, elles ne pouvaient ni d'ailleurs n'auraient voulu voir ce que tout le monde voyait comme une évidence : le vote des militants les avait placées à égalité et c'était une situation qui imposait d'être prise en compte avec sérieux et sens des responsabilités. Elles ont préféré dans leur affrontement aller jusqu'au K.O.

Dans un camp, on a choisi de se satisfaire d'une poignée de voix d'avance... et faire l'autruche quant au reste.

Dans un autre, on a choisi de jeter l'opprobre sur l'ensemble du Parti Socialiste : sur la régularité du scrutin (comme si la triche était généralisée, comme si cela portait sur des milliers de voix, comme si même cela changeait quelque chose à un résultat d'égalité de fait), sur la commission de récolement, sur le Conseil National (qui vient pourtant d'être élu par les militants eux-mêmes).

Et dans les deux camps, on n'a à aucun moment souhaité évoquer le fait majeur que constituait ce résultat de quasi égalité et de ses conséquences. A commencer par la nécessité de se parler et d'envisager ensemble la question de l'intérêt supérieur du parti et de son unité. Envisager des solutions à une situation largement bloquée, dangereuse pour la nécessaire cohésion des militants. Cela pouvait éventuellement passer par l'organisation d'un nouveau vote, voire d'un nouveau congrès, ou pas. Il ne suffisait en tout cas que d'en discuter et de négocier les modalités d'une solution de sortie de crise.

Vincent Peillon avait déclaré ce matin-même qu'il fallait préférer une solution politique à une solution arithmétique ou juridique. Il avait raison. Tout était là : faire de la politique. Encore fallait-il que les deux camps acceptent de se parler, encore fallait-il que les deux candidates se montrent à la hauteur de leur commune prétention à diriger un parti politique, c'est-à-dire d'abord à assurer sa cohésion, à surmonter les clivages qui le traversent, à transcender les questions de personnes et leurs éventuelles inimitiés, et à faire travailler chacun avec chacune, ensemble.

Ce ne fut donc le cas ni pour l'une ni pour l'autre : autruche contre bluff et intox, c'est la stratégie de l'autruche qui l'emporte et c'est Ségolène Royal qui se retrouve à terre - et ce sentiment d'humiliation et d'injustice qui accompagne de tels dénouements, lorsque pour sortir d'un conflit on a préféré la brutalité sans retenue et la mise à mort de l'autre à la solution négociée où un compromis raisonnable est recherché.

Il est évident que cela laissera des traces, profondes dans le camp des vainqueurs, béantes et douloureuses dans celui des vaincus. Et les derniers voudront leur revanche sur les premiers. Mais ils sont tous responsables de leurs propres blessures, car c'est à eux-mêmes, largement, qu'ils se les sont infligées, et c'est pour les uns comme pour les autres à leur propre leader, à son irresponsabilité, qu'ils devraient surtout s'en prendre.

Martine Aubry aura désormais le beau rôle, puisque de fait elle à la main pour rassembler ce qui peut encore l'être et relever un Parti Socialiste qui de toutes les façons ne pourra guère se trouver plus mal.

Plus difficile sera celui de Ségolène Royal, dont on devine déjà la stratégie - on commence à bien la connaître. Elle-même se posera en rassembleuse pleine de bonne volonté, plus unitaire que jamais, drapée dans cette posture de victime magnanime qui lui est tant chère et qui lui a tant servie, tandis que ses fidèles lieutenants se chargeront de faire le sale boulot, non pas tant pour reconquérir une victoire qu'ils prétendront volée - ils savent qu'elle leur a définitivement échappée - que pour entretenir le ressentiment des troupes, ancrer en eux le sentiment d'injustice et aiguiser leur soif de revanche. 2012 et le Graal de la présidentielle demeurent pour Ségolène Royal et ses partisans l'objectif majeur, celui qu'il faudra à n'importe quel prix atteindre. Une bataille qu'il s'agit dès à présent de préparer.

Et c'est bien ainsi qu'il faut comprendre, d'un côté ce très louable et humble appel à l'unité des socialistes que Ségolène Royal à ce soir lancé, comme on dresse un paravent... devant un Manuel Valls, toujours en première ligne, jouant à merveille sa partition de marionnette, et qui clame partout qu'on lui a volé sa cassette et que l'affaire sera bel et bien portée devant les tribunaux. Derrière le paravent, une talentueuse marionnettiste drapée de blanc.

Les jours prochains donneront une bonne indication quant à la capacité de Martine Aubry à faire face à une situation largement explosive, à prendre enfin toute la mesure de sa non-victoire et procéder au nécessaire rassemblement de tous les socialistes, par-delà donc tous les ressentiments qu'on se chargera dans l'ombre d'aviver sans relâche.

Je suis un garçon têtu, aussi je le dis encore : il faudrait à Martine pouvoir se rallier les bonnes volontés à la fois de Benoit Hamon - ce qui devrait être envisageable - et de Vincent Peillon - ce qui désormais risque d'être bien plus compliqué. Mais pour peu qu'elle veuille bien mettre dans la balance certaines garanties politiques de poids...

...

Où l'on parle de : Martine Aubry par K.O. technique


......

Martine Aubry par K.O. technique
...

Martine Aubry par K.O. technique

Tuer n'est pas négocier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dedalus 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte