Magazine

Les algues dans les piscines écologiques

Publié le 16 novembre 2008 par Yann L'Hostis

Les algues ne sont normalement pas un problème dans les piscines écologiques mais le sujet mérite quand même quelques développements.

Comme nous essayons d’obtenir un milieu équilibré, c’est la compréhension de ce milieu qui va permettre de rectifier les éventuels déséquilibres dont les algues sont le symptôme le plus embarrassant.

Notez aussi que les algues sont un problème général avec les jeunes piscines. Tant que les plantes épuratrices ne sont pas bien installées, les déséquilibres du milieu et la concentration des nitrates non consommés peuvent aboutir à des prolifération d’algues (en particulier les algues filamenteuses). Il ne faut donc pas trop s’inquiéter, pendant les premiers mois de la vie du bassin devant l’apparition de ces plantes indésirables.

Les algues peuvent aussi apparaitre au début du printemps. Elles peuvent démarrer avant les autres végétaux du bassin mais leur présence s’estompe quand les autres plantes se réveillent.

Les différents types d’algues.

Les algues filamenteuses.

Elles ont besoin de nitrates et de lumière pour se développer.

Gros plant sur les filaments des algues filamenteuses

Gros plant sur les filaments des algues filamenteuses

Les micro algues.

On les appelle aussi chlorophytes, elles teintes l’eau en vert. On peut les mettre en évidence en utilisant une assiette blanche placée à 10 cm en dessous de la surface de l’eau du bassin.

Les cyanobactéries

Elles peuvent poser des problèmes dans les aquariums mais je crois que dans les bassin de baignade en eau douce, ce n’est pas vraiment un problème. Si ça vous intéresse quand même, voir ma page sur les cyanobactéries.

Les facteurs qui favorisent le développement des algues.

Poissons.

D’une part les excrément des poissons sont des éléments très riches et d’autre par, si vous alimentez vos poissons, la nourriture non consommée vient enrichir le milieu. On recommande d’ailleurs généralement de ne pas mettre de poissons dans les piscines écologiques.

Soleil.

Le soleil favorise la photosynthèse et élimine certains germes pathogènes (à développer ?) . Il est indispensable au bon équilibre du bassin mais quand il y a un déséquilibre dans le bassin c’est un facteur aggravant la prolifération des algues.

On y répond en évitant d’installer sa piscine écologique en plein soleil et en plantant des plantes flottantes ou aux feuillages flottants qui limitent la photosynthèse des algues.

Végétaux en décomposition.

Ils contribuent à l’eutrophisation du milieu (en le rendant trop riche en nitrates) et en plus la décomposition des feuilles mortes consomme beaucoup d’oxygène.

A l’automne, il faut soit tendre un filet au dessus du bassin soit ramasser les feuilles tombées (en particulier au fond de la zone de baignade) et surtout ne pas attendre le printemps pour effectuer ce nettoyage.

PH trop élevé.

On prétend souvent qu’un PH un peut acide entre 5.5 et 6.5 est préférable pour limiter les invasions d’algues. Je n’ai pas trouvé d’explication sur ce sujet.

J’ai lu aussi que l’élévation du PH diminue le phosphore dans l’eau et que c’est un PH de 7 à 8 qu’il faut.

Les facteurs limitant l’invasion des algues.

Plantes flottante et plantes aux feuilles flottantes.

Les plantes aux feuillages flottantes permettent de réduire la quantité de lumière qui pénètre dans le bassin. Elles contribuent directement par ce fait à l’élimination des algues.

Plantes épuratrices.

Ces plantes ont pour fonction de “consommer” les nutriments naturellement présents dans l’eau (nitrates et phosphate) et elles évacuent ainsi les excès de ces composants et régulent leur présence dans l’eau. C’est le principal traitement de fond contre les algues et c’est la raison pour laquelle on recommande généralement 50% de la surface totale en lagune et régénération.

Plantes oxygénantes.

Les algues peuvent se développer dans des eaux déséquilibrées et pauvres en oxygène. Les plantes oxygénantes sont importantes pour l’équilibre général du bassin  et en particulier pour la microfaune et les bactéries aérobies. Elles contribuent aussi à fixer les nutriments (azote, phosphates) même si ce n’est pas leur fonction principale.

Poissons

L’idée d’installer des poissons qui se nourriraient des algues me semble être une mauvaise idée. Les poissons, de toute façon, enrichissent le milieu en azote et contribuent, sans doute, à favoriser la prolifération des algues sur le long terme.

Bactéries.

En intervenant dans le cycle de l’azote les bactéries sont utiles pour limiter les algues. Un apport de bactéries peut être efficace mais seulement dans les premières semaines de la vie d’un bassin. Après quelques mois les bactéries sont là est il est absolument inutile d’en rajouter.

Daphnies.

Les daphnies sont des minuscules crustacés vivants qui se régalent avec les planctons et phytoplanctons. Normalement quand les micro algues prospèrent, les colonies de daphnies prospèrent aussi, les micro algues se font dévorer et disparaissent.

Dans un tout jeune bassin envahi de micro algues je suggère d’aller récupérer un seau d’eau dans une mare saine pour ensemencer votre bassin de daphnies et autres prédateurs de micro algues.

Escargots d’eau douce

Ces escargots (planorbe ou planobidae, ampullaires ou plomacea, physe ou pysa, mélanoides, lymnées ou lymnaea) consomment les déchets organiques et se nourissent des algues. Ce sont des auxiliaires indispensables pour le contrôle des algues.

Les solutions face aux algues.

Ce qu’il ne faut pas faire.

Il ne faut jamais envisager d’utiliser des produits chimiques (sulfate de cuivre, irgarol) pour régler ce problème. Ces algicides traditionnels (pour les piscines chlorées ou pour les aquariums) sont à proscrire.

On recommande parfois l’utilisation de lampes à UV dans le système de filtration pour éliminer les algues (très utilisé par ceux qui entretiennent des bassin avec des carpes Koïs). Comme ces lampes éliminent aussi les bonnes bactéries je crois que ce n’est pas une option pour une véritable piscine écologique. Elles posent aussi un problème d’oxydation des nutriments et entrainent un affaiblissement de la croissance des plantes.

Les solutions efficaces.

Le principe de base est de limiter les facteurs aggravant et de tirer profit des facteurs limitant (voir ci dessus). Le plus important est de planter beaucoup de plantes épuratrices de manière à ne pas obtenir un milieu eutrophe.

Lorsqu’une invasion d’algues filamenteuses se manifeste, le plus simple est de les enlever à la main ou en les enroulant autour d’un bâton. Laissez les “reposer” un jour au bord du bassin de manière à ce que les larves intéressantes qui pourraient s’y trouver (larves de libellule, larves de triton, têtards…) aient le temps de regagner le bassin avant que vous ne les emmeniez sur votre tas de compost.

Le fait de les enlever aura pour effet secondaire intéressant de sortir du bassin les nitrates et les phosphates fixés par l’algue filamenteuse. Vous faites ainsi d’une pierre 2  coups…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Yann L'Hostis 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte