Magazine Focus Emploi

Fini Windows, Linux livre son ultime système d’exploitation

Publié le 01 décembre 2008 par Jérémy Dumont

Ubuntu

Fin octobre, un bouquetin intrépide a débarqué sur des milliers d’écrans. Il s’agit de la version 8.10 de la distribution Linux Ubuntu, Intrepid Ibex en VO. Hein ? Mais pourquoi donc Libération se met-il à parler de ce genre de trucs obscurs qui ne concernent qu’une poignée d’informaticiens barbus ? Sans doute parce que cette idée reçue n’a plus de raison d’être. Linux, qui est un système d’exploitation au même titre que Windows de Microsoft et OS X d’Apple, se tourne vers le grand public et devient petit à petit très accessible. Récit d’une transition pas si compliquée.

J - 17.Seize ans. Seize ans que j’utilise Windows. En tout cas depuis mon premier PC, en 1992, qui tournait sur Windows 3.11. Pourquoi en serait-il autrement pour ce nouveau portable ? Parce qu’aujourd’hui, on a le choix. On peut juste se demander quel est le système qu’on va utiliser. Juste se poser la question. Ce portable n’étant pas destiné à faire tourner des jeux vidéo, un petit bilan des applications s’impose. Internet ? J’utilise Firefox. Bureautique ? C’est Open Office. Vidéo ? Un petit programme qui s’appelle VLC, etc. Ils fonctionnent sous Windows, mais ce sont des logiciels libres. Et ils tournent naturellement sous Linux, système libre par excellence. Et parce qu’il est libre, Linux est gratuit. La réponse semble donc évidente. Mon portable tournera donc avec Ubuntu, la version (on appelle ça une «distribution») de Linux la plus accessible au néophyte.

Jour J. Je reçois (enfin !) la bête. Je l’allume. En guise de bienvenue, pas de «Windows», mais un joli «Ubuntu». Déjà, ça semble étrange. En introduction, il me demande juste de choisir un identifiant et un mot de passe. Trois clics plus tard, je découvre l’interface. Sobre, fonctionnelle. Un menu «applications» pour avoir accès aux programmes. Un menu «raccourci» qui permet d’ouvrir l’explorateur de fichiers avec des liens directs vers des répertoires «photos», «vidéo», «musique». Mon réseau Wi-fi est repéré. Je rentre la clé de sécurité, et hop, c’est connecté. Presque trop simple.

J + 1. C’est pas tout ça, mais pour utiliser un ordinateur pour autre chose que lampe d’appoint, il faut des logiciels. Un Windows tout nu, à part jouer au démineur, ça ne sert pas à grand-chose. Le principe même de la distribution, qui est une sorte de compilation de logiciels de base, change tout. Chaque distribution de Linux (les autres s’appellent Debian, Mandriva ou Fedora) est donc livrée avec sa propre sélection. Pour Ubuntu, on retrouve donc, dès la première mise en route, Firefox, OpenOffice, un logiciel de musique, un autre de vidéo, un gestionnaire de photo, etc. Et un démineur !

J + 3. Linux, c’est sérieux, c’est austère, ça rigole pas. En tout cas, c’est ce que je me disais. Mais là, depuis quelques heures, je m’amuse à faire gigoter des fenêtres comme des Flamby, à les regarder se consumer quand je les ferme, le tout dans une surcharge d’effets visuels délirant. Je désactiverai ça : rigolo mais encombrant. Il y a même le truc terrible qui s’appelle «le cube». Un coup de souris bien placé, et zwing, l’espace de travail passe en 3D. Et on peut alors changer de bureau. C’est un peu le truc que montre tout utilisateur de Linux qui veut épater la galerie. Mais ça marche…

La suite ici

Crédit: nawer.freecontrib.org

source : Libération
Posté sur : levidepoches.fr/echange
Posté par : Loïc LAMY


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jérémy Dumont 84 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog