Magazine

LUNDI et L’AUTRE ? : Le Modern Shoe Hospital avait pourtant soigné sa communication… Par Quiet Glover.

Publié le 01 décembre 2008 par Imagiin

Le Street Marketing a parfois ses moments de solitude

Et malheureusement, même si l’idée est bonne, l’impact n’est parfois pas celui escompté.

L’audace et l’originalité ne sont pas toujours récompensées.

Prenons l’exemple de cette opération canadienne.

Quiet Glover, à toi la main !

« Les sparadras, vecteurs de communication ?

Le Modern Shoe Hospital est - d’après le peu d’informations disponibles à son sujet - une cordonnerie de la ville de St. John’s.

LUNDI et L’AUTRE ? : Le Modern Shoe Hospital avait pourtant soigné sa communication… Par Quiet Glover.
Pour communiquer et toucher la cible des porteurs de chaussures (?), l’agence consultée a eu l’idée de disposer des sparadraps aux alentours de la cordonnerie et de magasins de chaussures.

Ces sparadraps, en se collant sous les semelles des passants se transformaient en carte de visite. Ou pas.

Même si j’adore l’idée et que je la trouve drôle et totalement adaptée au produit, quelques questions me viennent à l’esprit :

  1. Quel est l’impact d’une telle prise de parole ?
  2. Que se passe-t-il lorsque les sparadraps sont retournés ?
  3. Qui, dans sa vie, a déjà osé manipuler un sparadraps collé sous sa chaussure ?

- L’impact

Au sujet de l’impact, je pense qu’il faut mettre en parallèle le coût de l’opération, indéniablement bas.

Mais pour que le Modern Shoe Hospital espère des retombées de son action, et à mon avis c’est indispensable dans ce cas la, il faut que les médias locaux relayent l’information.

- Le mauvais côté de l’usage des sparadraps

Très honnêtement, je pense que si il y a un coup de vent, les sparadraps ne tiendront pas longtemps face collante vers le haut, et iront illico presto s’attacher au trottoir.

Peu utile et polluant (au moins visuellement).

- Pas touche !

Sincèrement, lorsque vous avez un truc qui ressemble à un sparadrap collé sous votre chaussure, votre première réaction n’est elle pas de trouver un bâton ou autres outils pour vous en débarrasser ?

Moi si.

Comme le magasin existe depuis plus de 60 ans, on peut supposer qu’il bénéficie d’une assez bonne notoriété à St. John’s (100 000 habitants), en plus de cela, et au delà des points que j’ai souligné plus haut, si les sparadraps résistent à une journée de marche et restent bien collés sous la chaussure des passants, on peut émettre l’hypothèse qu’en enlevant leurs chaussures ces derniers verront alors le message.

Malheureusement, je trouve que cela fait beaucoup d’hypothèses pour si peu de sparadraps.

Alors, selon vous, cette opé est-elle efficace ? »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Imagiin 54 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte