Magazine Culture

Adam casse la télé # Semaine n°10 (23.11 au 30.11)

Publié le 02 décembre 2008 par Blabla-Series

Dimanche 23.11

True Blood (1.11 To Love is To Burry) L’épisode 1.11 attendu pour l’occasion a été très plaisant (y’a-t-il vraiment eu un épisode de True Blood qui ne l’était pas ?). On s’est extasié (la grande Michelle Forbes, un nouveau personnage de la série), on s’est attendri (Bill tout penaud après son intrusion chez Sookie), on a ri de bon cœur (Jessica, la nouvelle vampire qui joue drôlement bien), on a frémi puis pleuré (Amy et Jason, la malédiction), difficile avec ça, de consacrer un meilleur moment.

True Blood (1.02 You’ll be The Death For Me) La fin, ça y est. Mais pourquoi les meilleures choses finissent-elles toujours en premier ? Dire que mes dimanches ne tourneront plus qu’autour de Desperate Housewives et Californication, quelle désolation.

Le pilot de la série avait commencé par une scène digne d’un (mauvais) slasher movie, le season finale aussi. Alan Ball a voulu misé sur le côté psycho-haletant de True Blood, quitte à mettre au second plan la romance de Bill et Sookie et le personnage même de Bill le vampire. Mais l’épisode répond à toutes nos interrogations et Anna Paquin a été à la hauteur de cette fin qui reposait exclusivement sur elle.

Vouloir clore cet épisode en révélant l’identité du serial killeur qui sévissait à Bon Temps aurait été suffisant mais Alan Ball a préféré aller de l’avant en annonçant les prémices du nouveau chapitre True Blood : l’assassinat de Lafayette (par Bill en toute vraisemblance), la relation dangereuse entre Sam et Michelle Forbes, la découvert d’un corps par Sookie et Tara… Notre intérêt repart de plus bel, attendre la saison prochaine pour revoir nos villageois sud-américain s’avérera très pénible.

true blood final.jpg

Californication (2.09 La Ronde) La scène d’ouverture était quasi-chouette, les deux couples réunis autour de Marcy en désintox qui finissent par se faire un hug collectif, c’était touchant. Et Hank Moody est venu tout gâcher avec son « J’ai une érection ». La tournure que prend la série semble enfin présenter un intérêt : Lew et Hank datent la fille de l’autre, Janie et Karen ayant une ressemblance (lointaine), Charlie et Daisy se rapprochent également dangereusement. C’était sobre et mesuré.

Dexter (3.09 About Last Night) J’avais tiré la sonnette d’alarme trop vite : Dexter ne me rend pas hermétique. JAMAIS. Pardon Michael, ne me retire pas ton admiration pour autant. Comme dirait ma coloc, cet épisode envoie du « fat paté ».
Déjà, l’histoire était élaborée, ce qui n’est plus le cas des épisodes depuis longtemps. Elaboré parce qu’il a dévoilé ses atouts avec lenteur mais certitude. Etudié sous l’angle Miguel, en prenant soin de mettre en lumière peu à peu sa vraie nature (avec l’intrigue d’Ellen) l’épisode se finit sur cette révélation de taille, nouvelle et incommensurable, à faire crisper la mâchoire, comme Dexter et son envie refoulée de tout casser (j’aime ces délires sixfeetunderiens trop rares à l’image de celui de la saison 2 entre Debra et Dexter, qui s’en souvient ?)

Debra s’occupe quant à elle, de rechercher activement Anton, c’est alors tout l’histoire du dépeceur qui prend enfin. La série parvient toujours à jouer avec nos nerfs et même lorsqu’il s’agit d’un meurtrier et d’une victime pas vraiment intéressantes.

_____________________________________________________________

Lundi 24.11

Heroes (3.10 It’s Coming Part I) Alors il est fort possible que j’ai été trop vite en besogne, il est fort possible que l’épisode ait été à la hauteur de l’énoncé initial de l’arc Eclipse et il est fort possible qu’Heroes ne soit plus si désastreux cette saison. Je l’avoue enfin. Les mails d’insultes vont pouvoir cesser (n’est ce pas ?).

L’épisode ne m’a pas ennuyé une seconde : intrigant à souhait, établissant de nouveaux enjeux avec les personnages phare de la série (Sylar et Elle, Claire, Nathan et Peter, Hiro) en malmenant bien son schéma classique à la one shot, le résultat donné a été impeccable. Je ne vais pas redevenir fan d’Heroes et déclarer que Hiro est un nounours attachant et Claire une pompom girl trop chou, si ?

heroes 9.jpg

The Big Bang Theory (2.06 The White Asparagus Triangulation) : les titres de TBBT sont toujours funky.
Maintenant que je sais que Penny et Sheldon forme le duo irrésistible de la série, je suis gêné. J’ai l’impression que les auteurs de TBBT n’exploitent finalement que ça. Je crains même que le duo perde à force d’usage, toute dynamique et toute alchimie. Pourtant, l’épisode était très bon, Sheldon a été plus qu’odieux, plus qu’annoying, plus que prolixe. Comme on aime. La référence geekienne de la série a été en plus satisfaite avec l’hommage à Facebook et à l’art social d’user du status à bon escient.

Samantha Who (2.07 The Farm) Australia est sur toutes les lèvres. Comme les series en parlent, comme Ausiello en parle, moi aussi j’ai envie d’en parler et de dire qu’en dépit de tout le mélo qui semble dégouliner de ce bon film gigantesque, je sautille comme une hystérique prépubère à chaque scène, chaque image où l’on voit Nicole rayonner.

Pour ceux qui n’ont pas vu Samantha Who cette semaine, il faut savoir qu’Australia a été évoqué le temps de sept nanosecondes (même qu’on a vu les images du baiser entre Hugh et Nicole, merci les SPOILERS) et que cela méritait bien cinq lignes sur la review qui en compte généralement trois. (Aussi, parce que Gossip Girl avait déjà cité Big Love, détail essentiel que j’avais omis de mentionner, alors ça enlève bien deux lignes trois quart).

Rien de bien nouveau pour cet épisode, Dena est attachante, Andrea hilarante, Regina fascinante, Samantha mignonne et amusante comme tout. Et les hommes ? Initialement, nada à part Chapman, mais le nouveau couple formé par Tom (son nom ?) et le concierge me plaît.

How I Met Your Mother (4.09 The Naked Man) The Naked Man est la nouvelle technique de drague irresistible. Note to les auteurs : pas la technique d’humour irrésistible, cette conclusion finale sur Mitch était overzetop. Mais les 50 coups listés par Lily, le date « je ne suis pas une salope » de Robin et les positions (Mr Clean, Superman, the Thinker, Burt Reynolds) de Barney et Ted ont été HAHAHA, ou presque (HAH).

_____________________________________________________________

Mardi 25.11

 

Fringe (1.09 The Dreamscape) Olivia Dunham commence à songer à sa coiffure, sa lutte permanente contre les cheveux plats est un intérêt secondaire du show. Massive Dynamique, la multi-truc toujours impliquée dans les dérapages technologiques enquêtés par notre équipe de FBI préférée, est au centre des attentions, l’un de ses dirigeants attaqués par des bad butterfly s’est défenestré. Ecrit, ça parait ridicule, mais la mise en scène de cette histoire était particulièrement poignante. Fringe sait se mettre en spectacle.

Peter Bishop en dévoile plus sur son passé, l’homme s’attire des ennuis, ce qui laisse profiler un arc au potentiel louable. Olivia nous refait le coup du voyage dans les mémoires de son ex-amant, en plus de renouer avec la mythologie mise en place par le pilot, cette intrigue John Scott permet une fidélisation certaine des spectateurs et permet à la série de se démarquer du formula indépendant classique.

fringe 9.jpg

_____________________________________________________________

Mercredi 26.11

 

Pushing Daisies (2.06 Oh Oh It’s Magic) L’univers de la magie : on se demande comment Bryan Fuller a pu attendre si longtemps. L’univers de la magie, oui, mais avec les half-brothers de Ned. Ce qui provoque joie supplémentaire. Pushing Daisies a réalisé son tout premier épisode qui concerne uniquement ses protagonistes : six épisodes avant la fin, il était temps. En filigrane, on sent la fin de la série approchée et les histoires personnelles de notre équipe de détectives précipitées. Il n’empêche, la série avance, les enjeux posés prennent toute leur dynamique et ce qui va suivre ces prochaines semaines devrait s’annoncer dans la ligne droite biblique de Pushing Daisies. En espérant que cela nous surprenne et ne soit pas uniquement une conclusion académique.

pushing 6.jpg

Clara Sheller (2.03 Une femme peut en cacher une autre) C’est vrai que Zoe Felix en fait des tonnes, en plus de ça, elle joue mal à certains moments, c’est pénible mais la série se suit toujours sans déplaisir. La relation entre Clara et Victoire est la seule vraie nouveauté de cette saison et elle est peut-être la seule chose qui ne soit pas attendue. JP craque sur son voisin homo, pas célibataire, ça ressemble à s’y méprendre au triangle amoureux de la première saison, mais sans Clara.

L’histoire entre Clara et Iris, patronne de Gilles, était intéressante et punchy. Dommage que la lutte finale ait été si fifille.

Clara Sheller (2.04 Des chrysanthèmes pour Bernard) Le début était excellent, Zoé enchaînant les répliques corrosives naturellement (c’est la première fois) mais le décor campagne de l’épisode a plombé le tout. La métaphore poussin/bambin manquait de subtilité, la relation entre Gilles et Clara commence à sévèrement moisir, il serait temps d’arrêter les frais. La fin, plutôt surprenante, signe le rapprochement ultime entre JP et Gilles, il faut espérer que cet accident crée de véritables bouleversements dans la vie de nos parisiens.

_____________________________________________________________

News primordiales de la semaine
Une semaine calme, Desperate Housewives, Brothers & Sisters, Privileged, Grey’s Anatomy, The Office, Kath & Kim, Ugly Betty, Dirty Sexy Money et FNL ont pris leur pause annuelle/Thanksgiving.

Chic, on va pouvoir sortir un peu plus. Boucler le magasine et aller à Barcelone. Ouais !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :