Magazine

Monsieur le président et les banques

Publié le 02 décembre 2008 par Fred Desbordes

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles , trackback

Monsieur le président et les banques

Cher président,

Roooooooo... Vous avez entendu la nouvelle ?? La commission européenne n'a pas très envie que vous souteniez vos banques à coup de 40 milliards d'euros. C'est peut-être pour ça qu'aucune banque ne souhaite me prêter 20 000 € pour un projet professionnel... vous avez dit " je vais soutenir la consommation et la croissance en encourageant les banques à débloquer des crédits auprès petites entreprises et des particuliers ". Heu... Les banques vous ont-elles bien entendues ?

Selon mon poteau du boulot T, qui vient de suivre une formation risque au crédit machin chouette, il faudrait maintenant apporter 30% en apport personnel quand on souhaite obtenir un prêt immobilier alors qu'il ne suffisait que de 5 à 10% il n'y a pas si longtemps (règle largement pratiquée par les conseillers).

Par contre, on encourage tous les français à ouvrir un livret A (qui coûte de l'argent à la banque à chaque ouverture) alors qu'ils ne déposent souvent dessus que quelques dizaines d'euros histoire de profiter de l'offre alléchante (50€ offert à l'ouverture du livret par exemple). Ces quelques dizaines d'euros multipliés par des centaines de milliers de livrets ne sont pas rentables et pourtant quelle pub en ce moment pour espérer gagner un max de futurs clients !!

Les banques vous ont-elles bien entendues ??

Vous créer une société, vous apportez largement 30% de la somme demandée et toutes les garanties nécessaires (caution multiple, expérience, garant) et pourtant on vous répond, très embarassé, confusément que " non non, ce n'est vraiment pas possible, ça ne passera pas, il n'y aucune possibilité même en apportant plus... ".

Les banques vous ont-elles bien entendues ??

Asphyxier les prêts à la création d'entreprise (pourtant garantis par l'état !!), les crédits de fonctionnement pour les entreprises existantes qui doivent pourtant faire face à la crise, les crédits aux particuliers qui pourtant soutiennent la consommation, cette asphyxie générale, monsieur le Président, ne présage rien de bon en matière de chômage...

Comme le disait le milliardaire Wilbur Ross en juillet 2007, à propos de la fin proche des LBO ces fameux leveraged buyout (acquisition à crédit ou effet de levier), " plus les banques se sentiront coincées moins elles auront envie de prendre le moindre risque ".
Alors cher président, que comptez-vous faire face à ces banques plus frileuses, frigorifiées dans leur manteau de prudence excessive maintenant qu'elles doivent répondre de leur légèreté financière ?

Retrouvez les fabuleux dessins de ViDBERG sur son blog http://vidberg.blog.lemonde.fr . Hop c'est par là


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fred Desbordes 190 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte