Magazine

La guerre des biocarburants

Publié le 23 juin 2008 par Infoguerre

Alors que la conférence sur la sécurité alimentaire réunie à Rome par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est achevée le 05 juin 2008, le secteur des biocarburants est l’objet depuis quelques jours d’une exposition médiatique très importante qui met en lumière la guerre des biocarburants.Le 28 avril dernier, le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, Jean Ziegler, a demandé un moratoire de cinq ans sur les biocarburants afin de maîtriser l’augmentation des prix alimentaires. Après les nombreuses émeutes qui se sont déroulées ces dernières semaines dans une trentaine de pays, les biocarburants ont été mis en cause. Mr Ziegler a ainsi estimé « la transformation massive d’aliments en biocarburants » comme la cause principale de cette crise. Les Etats-Unis, premiers producteurs de biocarburants et notamment la multinationale Cargill, ont été mis en cause, leurs agrocarburants étant basés sur le maïs. Mais aussi le Brésil, deuxième producteur mondial, qui produit son éthanol à base de canne à sucre.

Le reproche principal fait aux agrocarburants concerne la surface d’exploitation nécessaire qui est « détournée » de son usage premier, alimenter les populations. En France, l’interview de Chantal Jouanno, nouvelle présidente de l’Ademe, à propos des résultats d’une expertise commandée sur le bilan écologique et énergétique des agrocarburants de première génération, a provoqué une réaction satisfaite du groupe Bioéthanol. Les résultats initiaux sont en effet positifs en termes de gains énergétiques et de réduction des gaz à effet de serre (GES). Bioéthanol a donc cherché à exploiter ce résultat et redorer l’image des biocarburants. Mais comme le précise la présidente de l’Ademe, cette étude nécessite d’être complétée filière par filière, culture par culture. Elle revient également sur l’impératif de ne pas étendre les surfaces cultivées. L’opportunité pour la filière semble donc de développer les biocarburants de deuxième génération type éthanol et diester, dont l’enjeu prioritaire est la productivité pour répondre aux besoins sans augmenter les surfaces cultivées. C’est le sens de la déclaration du Président Nicolas Sarkozy qui à Rome a insisté sur « la priorité absolue » de se tourner vers les biocarburants de nouvelle génération à la productivité estimée cinq fois supérieure. « Ainsi, on ne pénalisera pas les pays qui ont fait le choix des biocarburants et qui ne veulent pas être arrêtés, et ainsi on réservera le maximum d’hectares à la production agricole ».

Le Brésil est en effet particulièrement sensible a cette guerre et le Président Lula da Silva a défendu « ses » biocarburants issus de la canne à sucre, n’impliquant donc pas de réduction des cultures alimentaires, contrairement à ceux des Etats-Unis. Poursuivre le développement et la vente des biocarburants est en effet stratégiquement vital pour le Brésil. Pouvoir en même temps gêner un concurrent comme les Etats-Unis ne peut lui être que profitable. A Rome, il a d’ailleurs qualifié les attaques sur les agrocarburants de « guerre commerciale » à laquelle « on doit être prêt à participer ». Il a tenté également de replacer le débat sur l’axe de la hausse du prix du pétrole comme impact sur le prix des engrais et le transport et accusé « ces puissants lobbies » qui prétendent attribuer à la production d’éthanol l’augmentation du prix des aliments. De son côté, le lobby bioéthanol a accusé le déstockage brutal de grains de maïs par la Chine à la fin des années 1990, de 300 jours de consommation à 100 jours en 2007. Pour lui, comme le précise le consultant Gwenaël Elies, « cela a masqué l’insuffisance de l’offre ». L’intérêt de plus en plus important des Etats-Unis pour le bioéthanol n’explique pas « directement » la flambée des cours du maïs.

Le sommet de Rome a donc été l’occasion pour les différents protagonistes liés plus ou moins directement aux biocarburants d’intervenir dans le débat. Le communiqué final a été d’une pauvreté rare, avec aucun objectif concret fixé. On peut donc estimer que les lobbyistes des biocarburants ont gagné cette bataille, pour le plus grand intérêt des Etats-Unis et du Brésil notamment, mais la pression ne devrait pas se relâcher, principalement pour imposer le passage rapide aux biocarburants de deuxième génération, à base de résidus agricoles et forestiers pour le gazole ou de cultures dédiées pour l’essence.

M.D.

Pour compléter vos connaissances, vous pouvez consulter un dossier «agrocarburants


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Infoguerre 453 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte