Magazine

Les Puces : batailles de clichés sur M6 ?

Publié le 09 décembre 2008 par Valérie Bernard

Image 1.pngEnvie de connaître l’envers du décor d’un reportage télé-clichés, loin de la réalité ?
À la lumière des images et commentaires de Toni Comitti productions pour M6 Enquête Exclusive, êtes-vous animés d’une folle envie d’aller faire un tour aux Puces de Paris-Saint-Ouen, ou au contraire, avez-vous développé, voire conforté une forme d’allergie anxiogène au plus grand marché d’antiquités du monde ? Svp, lisez cette chronique et envoyez vite vos commentaires…

Les raisons de ma colère ?

Image 4.png
De la partie antiquités-brocante et sa quinzaine de marchés différents, le téléspectateur M6 a de mon point de vue uniquement pu comprendre que des vendeurs à la sauvette veulent imposer, parfois agressivement, les contrefaçons : « L’ambiance est parfois électrique entre les trafiquants de contrefaçons et les vendeurs officiels, entre les Biffins, ces chiffonniers qui vivent de la récupération et la police qui veut nettoyer le quartier, entre les riches antiquaires et un mystérieux Lord Anglais qui a racheté pour 50 millions d’euros une bonne partie de leurs boutiques ».

Les télespectateurs ont également retenu que les marchés Paul Bert et Serpette sont en difficultés avec le fond de pension britannique Grosvenor, qui les a racheté en 2005. Quoique... Sur les 20 minutes promises aux Puciers en difficultés avec les investisseurs, 18 minutes sont passées à la trappe : M6 aurait-elle subit des pressions ?

Bref, quasi pas un mot sur la diversité des marchés et des ambiances de Dauphine, Biron, Serpette, Vernaison, Malassis, Jules Vallès et tous les autres, des 7 hectares du plus grand marché d’antiquités du monde.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Valérie Bernard 97 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte