Magazine Football

Mes préférences... à moi

Publié le 15 décembre 2008 par Jreje_10
Un classement purement subjectif, que chacun pourrait se faire alors que l'on arrive à mi-saison. La Bundesliga est entrée dans sa traditionnelle trêve hivernale, la première phase de la Ligue des Champions s'est conclue mercredi dernier, un Clasico a eu lieu en Espagne. Voici à mi-parcours, le nom des cinq équipes européennes qui ont égayé ma passion du football dans les médias, et surtout à la télé (il faut bien l'avouer...). Mes préférences... à moi.
1. Barcelone : Je savais qu'il ne fallait pas le lâcher. Si Ronaldinho est parti découvrir les discothèques de Milan, Samuel Eto'o a bien fait de rester en Catalogne plutôt que de partir dans un obscur pays de l'Est pour gagner de l'argent. Le Camerounais se fend de statistiques étonnantes sous les couleurs du club blaugrana désormais entraîné par Pep Guardiola, le nouveau gardien du temple. Avec Lionel Messi et Thierry Henry, Barcelone gagne, développe un jeu dans la tradition du club et enfile les buts comme des perles. Et puis, il y a eu ce Clasico ! Dans une ambiance surchauffée et sans un grand Casillas, les Madrilènes auraient pu en prendre trois. Ils avaient décidé de défendre mais ils ont reculé et ils ont plié devant la technique de Messi et consorts. L'Argentin est Ballon d'Argent ? L'or attendra un an... après une victoire en Ligue des Champions. A moins qu'Eto'o... Ou Henry... En tout cas, il y a du monde au balcon !
2. Hoffenheim : La Bundesliga, d'habitude, tout le monde s'en fout... ou presque. Mais depuis qu'un petit village d'irréductibles Allemands résiste toujours et encore à l'envahisseur, elle a pris une autre saveur. La Bundesliga est d'ailleurs l'un des rares championnats où un promu a déjà été sacré l'année suivante de sa montée dans l'élite. Il y a eu par exemple Kaiserslautern... d'Otto Rehagel (Vous savez, le technicien champion d'Europe... avec la Grèce et un jeu super glamour). Et bien, si on souhaite pareil destin à Hoffenheim, les coéquipiers d'Ibisevic ne développent pas du tout le même jeu que la Grèce. Avec Demba Ba et donc Ibisevic, meilleur buteur en Europe et ancien Parisien (ceci explique donc cela...), c'est la fête du foot toutes les semaines ! Le football champagne comme on dit. Même le Bayern a eu chaud sur sa pelouse de l'Allianz Arena, avant de s'imposer dans les dernières secondes sur un but de Toni (2-1). Pour leur parcours complètement dingue et même s'il ne participe pas à une Coupe d'Europe, je leur offre la 2e place. Coup de coeur, c'est cadeau !
3. Paris:, Non je rigole...
Donc 3. Liverpool : C'est infime, ça se ressent difficilement mais c'est comme ça. Juste le sentiment que cette saison il y a quelque chose en plus chez les Reds. Quelque chose en plus qui pourrait les amener à enfin revenir sur la plus haute marche en Angleterre, dans la puissante Premier League, après 18 ans d'insuccès. Comme un supplément d'âme... Et puis Fernando Torres fait définitivement partie des grands. Ce n'est plus une surprise. Présent dans les grands rendez-vous, l'ancien buteur de l'Atlético de Madrid. Les Reds lutteront peut-être pour le titre avec Chelsea mais cette saison, et malgré un grand Anelka, un très grand Anelka, c'est peut-être leur année. Un recrutement judicieux (Keane, Riera...), un banc plus complet et donc, un supplément d'âme. Et puis Liverpool est toujours là, avec Gerrard, et fait son petit bonhomme de chemin en Ligue des Champions. On en parle pas mais ils seront là... au moment voulu.
4. Inter Milan : J'ai failli mettre l'Anorthosis Famagouste de Cédric Bardon mais, je me suis dit, qu'avec Hoffenheim, ça aurait fait peut-être fait un peu too much.... Alors les voilà les quatrièmes, les Intéristes et leur satané Ibrahimovic, capable d'inventer des gestes incroyables pour effectuer juste une passe. Ibrahimovic ou comment faire compliquer quand on peut faire simple. Mais il faut l'avouer, il se complique sacrément bien la vie... pour la beauté du geste. Si franchement, l'Inter n'est pas plus haut dans mon top 5 c'est tout simplement pour le jeu déployé. Mais voilà, Manchester United a son Cristiano Ronaldo et l'Inter a son Zlatan Ibrahimovic (Paris, son Hoarau...). Si Cristiano Ronaldo avait effectué la totalité des matches avec son équipe, Manchester serait peut-être à la place de l'équipe italienne. Un talent fou, une puissance hors norme, un sens du but simplement incroyable, Ibrahimovic se complique peut-être la vie mais il le fait avec classe. Son toucher de balle est sensationnel et son poids sur les défenses indéniables. Une seconde d'inattention et le ballon est déjà au fond. Triple champion d'Italie, la passe de quatre est bien partie... Ah, si seulement l'Inter pouvait montrer autant de talent dans le jeu que son attaquant-vedette...
5. Bayern Munich: Les Bavarois et Franck Ribéry, une histoire d'amour qui commence bien... Ils sont fous de lui et le milieu de terrain tricolore leur rend bien. Depuis son retour, le FC Hollywood est revenu au sommet de la Bundesliga, dans un championnat qui reste le plus serré, puisque seul Chelsea, à titre de comparaison, est vraiment accroché aux basques de Liverpool avec un point de retard en Angleterre. Mais voilà, le Bayern fait plus fort puisqu'après un départ moyen les Munichois comptent le même nombre de points que la surprise Hoffeinheim. Et puis, ils sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Gassama et Lloris, qui pleurent encore devant la statut vaudou de Scarface, le savent bien eux. Ils ont pris très chers avec Lyon à Gerland, dans leur antre, contre les Bavarois. Ribéry ? Impliqué sur les trois buts bavarois dans une rencontre qui s'est fini sur un score de... 2-3. What else ?
Les jokers : Valence et Chelsea. Ils sont deux à pouvoir peut-être intégrer ce top 5, un en Espagne et un en Angleterre, que j'ai déjà évoqué plus haut. Le FC Valence joue la Coupe de l'UEFA et réalise finalement un excellent début de saison en Liga malgré des grosses difficultés financières et un dernier exercice complètement raté sous les ordres de Koeman. Emery,le nouvel entraîneur a apporté de l'ordre, et David Villa, l'air de rien, a remonté son équipe à la 2e place du championnat. Tranquille Valence mais ils sont là. Devant Villarreal et surtout le Real Madrid ou encore l'Atlético... Alors les van Nistelrooy, Raul, Robben, Sneijder, Pirès, Llorente, Forlan, Agüero, Sinama-Pongolle, vous êtes bien gentils mais, pour le moment, Mata, Villa et Morientes vous saluent bien. Et puis l'autre équipe, c'est Chelsea, 2e de Premier League avec seulement un point de retard sur Liverpool mais un jeu moins attrayant. Il y a tout de même Nicolas Anelka pour égayer les week-end londonien. Le Tricolore se découvre en serial-killer des surfaces. Et si le Frenchie récidivait et s'offrait un nouveau doublé, coupe-championnat, après celui vécu avec Arsenal. C'était en 1998... 1998 ? 2008 ?
La déception : Arsenal. Gallas qui se répand dans la presse, les Gunners qui perdent leur latin (pas mal pour des Anglo-saxons...) contre un promu, Hull City, à l'Emirates Stadium, pour le début de la fin. Arsenal est une déception sans fin après le jeu observé la saison passée. Peu importe les raisons mais les Gunners ont perdu le fil dans ce début de saison. Malgré de bonnes performances, Nasri ne peut à lui seul porter les espoirs du club londonien. Même avec Van Persie, même avec Fabregas. Il manque cette expérience, rouage essentiel à toute équipe qui brigue autre chose que développer du jeu. Toute formation qui vise le titre doit avoir des joueurs qui ont de la bouteille. Regardez le PSG avec Makelele et Giuly... (ok, ok, je m'égare ou je fais de l'humour...). Les départs à l'intersaison ont fait mal. Hleb, Flamini, Gilberto Silva. La scintillante carrosserie, version 2007/2008, est désossée. Il ne reste plus qu'à reconstruire, en pensant à l'avenir...
Comment ? Vous dites ? Il n'y a aucune équipe française ? Oui, je sais...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jreje_10 62 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines