Magazine Europe

Cracovie et Oświęcim

Publié le 06 août 2007 par Cédrci Bousmanne

Toujours guidé par notre GPS, nous reprenons la route pour la Pologne.

C’est un pays vraiment étonnant, notamment en matière de panneaux de signalisation, où il nous est arrivé de nous demander la signification exacte des symboles : faut-il éviter ou non les piétons?

Pologne - Un panneau de signalisation étonnant! - Juillet 2007

Arrivés à Cracovie, nous trouvons sans trop de mal l’auberge que nous avions trouvé sur internet avant le départ, mais elle affichait complet. Qu’à cela ne tienne, la réceptioniste nous en indique une autre! Hostel Miodocoy, ul. Miodowa, 2 - Cracovie.

Cracovie, Pologne - Aurions-nous trouvé le lieux de tournage du prochain Tarantino? - Juillet 2007

En arrivant dans le corridor sombre de l’immeuble qui abrite l’auberge, on ne peut s’empêcher de frissoner… Blague à part, l’accueil est très chaleureux et nous apprécions tous les douches et le charmes des lits superposés.

Le lendemain matin, une visite de la ville s’impose. Cracovie est une ville assez pitoresque, qui, malgré son statut de troisième ville du pays, a su garder la chaleur d’une petite ville de province. La promenade est fort agréable et meme les brèves averses ne parviennent pas à nous décourager. Nous découvrons la magnifique architecture du Wawel et du centre-ville, ainsi que de la grand’place.

Cracovie, Pologne - Vue d’une église sur la Grand’Place - Juillet 2007

En plein millieu de la grand’place justement, se tient une importante bâtisse qui abrite un marché permanent. La majorité des produits vendu sont des attrapes-touriste mais les arcades du bâtiment sont agrémentées des armoiries des principales villes de Pologne.

Cracovie, Pologne - L’homme à l’instrument bizarre, à l’intérieur du marché permanent de la Grand’Place - Juillet 2007

En milieu d’après-midi, nous reprenons la route, direction Oświęcim. Ce nom ne vous dit rien? Nous non plus, au départ. Sa traduction allemande, par contre, à fait le tour du monde… Après deux heures de mauvaise route, nous arrivons devant l’un des plus célèbre portique au monde, celui du camp de concentration d’Auschwitz 1.

Oświęcim, Pologne - La porte de l’horreur, entrée principale du camp de concentration d’Auschwitz 1 - Juillet 2007

La seule vue de cette inscription nous glace le sang. Pendant deux heures, nous parcourons les allées et les blocs de ce qui fut la dernière demeure de milliers de personnes. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, je ne m’étendrais pas sur le sujet : les émotions que nous avons tous ressentis dans ce lieu ne peuvent pas se transmettre avec des mots, il faut les vivre.

Oświęcim, Pologne - Le mur des fusillés. Régulièrement les SS abattaient arbitrairement un ou plusieurs prisonniers pour rappeller aux autres ce qu’ils risquaient s’ils tentent de s’enfuir ou refusaient d’obéir - Juillet 2007

Sachez néanmoins que le camp n’est pas vide, loin de là. Dans chaque bloc, vous pouvez voir une exposition. Cela va des affaires personnelles des prisonniers aux reportages sur l’implication des pays européens dans la seconde guerre mondiale. Et surtout, attendez-vous à en resortir dégouté de l’espèce humaine…

Oświęcim, Pologne - Le portique vu de l’intérieur - Juillet 2007

Malheureusement, nous n’avons pas eu l’occasion de visiter Auschwitz-Birkenau. L’après-midi est terminée depuis longtemps, et après de lourdes minutes de silence assis sur le perron du musée, nous remontons en voiture, direction Bratislava.

Article rédigé à partir de notes manuscrites prises durant le voyage, les 04 et 05 juillet 2007.
Photographies sous licence Creative Commons BY-SA
Pour obtenir une photo en taille originale, veuillez me contacter.


Tags:

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cédrci Bousmanne 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog