Magazine France

si tu veux la paix, tue le mâle

Publié le 15 décembre 2008 par Polluxe

si tu veux la paix, tue le mâleCe pourrait être le nouveau slogan d'un mouvement féministe extrémiste. Ou la consigne d'un éleveur de poules. Ou celle d'un berger des alpages. Mais non, pas du tout.
C'est la politique mise en place par des femmes des hauts-plateaux de Nouvelle-Guinée qui, lassées par 20 ans de guerres tribales, ont décidé de tuer tous les nouveaux nés mâles afin de réduire le nombre d'hommes et donc les guerres...
Il fallait y penser. Traiter les problèmes à la source, c'est peut-être la solution. Et comme elles n'ont sans doute pas lu Lysistrata... ;-)
Vous croyez que j'invente ? Lisez plutôt :

" Dans une région rurale de la province des Eastern Highlands, hauts plateaux du centre de l'île de Nouvelle-Guinée, les femmes, écœurées par les guerres tribales, ont décidé de tuer tous les petits garçons à la naissance afin de réduire le nombre d'hommes et de contraindre ces derniers à cesser les hostilités. Depuis plus de vingt ans, les affrontements tribaux sèment la mort et la destruction à Gimi, dans la région d'Okapa.
[...] Rona Luke est originaire d'Agibu, un village de la circonscription de Gimi. Au bord des larmes, elle rapporte que, pendant dix ans, plusieurs femmes ont été forcées de tuer leurs petits garçons à la naissance. C'est un crime intolérable, reconnaît-elle, mais elles n'avaient pas le choix. Elles y ont été contraintes car c'était pour elles, en tant que femmes, la seule solution possible pour mettre fin aux guerres tribales. Kipiyona Belas vient, quant à elle, du village d'Amosa. Elle raconte qu'il devenait difficile de trouver de la nourriture, les maris passant leur temps à se battre tandis que les mères et les enfants étaient livrés à eux-mêmes. " (source : Courrier International, déc. 2008)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Polluxe 1019 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte