Magazine Insolite

Bush visé par un “attentat à la godasse”

Publié le 16 décembre 2008 par Plusdebuzz


George Bush victime d’un attentat à la chaussure à Bagdad
envoyé par LepointTV

George W. Bush espérait faire un dernier tour de piste à Bagdad pour y proclamer une sorte de victoire, aussi amère que fragile, à l’intention des historiens. Au lieu de cela, il a eu droit à un attentat symbolique : deux chaussures lancées à la figure par l’un des journalistes irakiens qui assistaient à sa conférence de presse avec le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki. Il n’a esquivé les projectiles que de justesse, plongeant derrière le pupitre derrière lequel il s’adressait aux médias. “Tiens, voilà ton cadeau d’adieu, espèce de chien !”, a hurlé l’homme qui venait de le viser et de le rater de peu. “De la part des veuves, des orphelins et de tous ceux qui sont morts en Irak !”, a eu le temps de crier l’homme, avant d’être terrassé par la sécurité, tabassé et expulsé de la salle de presse du palais gouvernemental.

L’incident aurait été comique si la guerre d’Irak n’avait été aussi tragique et sanglante. L’auteur de cet “attentat à la godasse”, Muntadar al-Zaïdi, correspondant connu d’une chaîne de télévision locale, a perdu une partie de sa famille pendant la guerre et a lui-même été pris en otage par le passé. Selon le correspondant de la chaîne américaine ABC à Bagdad, Richard Engel, “il a pété les plombs”. Il a aussi probablement fait ce que beaucoup d’Irakiens, d’Arabes et d’autres ont rêvé de faire sans en avoir l’occasion. Bush ne s’est pas démonté et a pris le parti de rire, annonçant que les projectiles utilisés étaient “de pointure 10″. La conférence de presse a eu lieu comme si de rien n’était.

Lundi, un ancien avocat irakien de Saddam Hussein, Khalil Doulaïmi, basé à Amman, a précisé qu’il préparait la défense du journaliste ayant lancé la paire de chaussures, et a souligné qu’”à ce stade, quelque 200 journalistes irakiens, mais aussi d’autres (nationalités), dont des Américains, ont exprimé le souhait de défendre le journaliste gratuitement”. Selon un avocat irakien, Tarek Harb, il risque “au minimum deux ans de prison” s’il est poursuivi pour “insulte à un chef de l’État étranger en visite en Irak”

Un peu plus léger, si vous voulez jouer à un petit où vous dirigez Bush qui doit éviter les chaussures c’est par ici.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Plusdebuzz 4835 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte