Magazine Coaching

la vie des idées aborde un thème majeur "bonheur et économie"....

Par Levidepoches

C’est un thème nouveau et relativement exotique pour les économistes qui a été abordé lors de cette table ronde : le bonheur. À partir de données d’enquêtes internationales où l’on interroge les individus sur leur bien-être, les économistes tentent d’identifier aux niveaux macroéconomique et microéconomique les sources de variation du bonheur.

Intervenants : Andrew Clark (directeur de recherche, CNRS), Nicolas Sauger (chargé de recherche, CEVIPOF).Sommaire des vidéos : 
 Entretien avec Andrew Clark, directeur de recherche CNRS (audio et vidéo). 
 Intervention de Nicolas Sauger, chargé de recherche CEPIVOF. 
 Intervention d’Andrew Clark, directeur de recherche CNRS.

C’est un thème nouveau et relativement exotique pour les économistes qui a été abordé lors de cette table ronde : le bonheur.

D’après le calcul microéconomique standard, l’agent rationnel fait ses choix en maximisant une fonction d’utilité, censée modéliser le degré de satisfaction des individus. On suppose ainsi que les agents sont plus contents lorsqu’ils consomment plus, travaillent moins, etc. Jusqu’à il y a une quinzaine d’années, aucun travail empirique ne tentait cependant de mesurer directement les déterminants de la satisfaction des individus.

C’est ce manque que se propose de combler l’économie du bonheur. À partir de données d’enquêtes internationales où l’on interroge les individus sur leur bien-être, les économistes tentent d’identifier aux niveaux macroéconomique et microéconomique les sources de variation du bonheur.

Au niveau macroéconomique, le niveau de satisfaction moyen apparaît positivement corrélé au PIB par habitant. Toutefois, les données européennes indiquent clairement deux composantes du bonheur : la dimension individuelle et la dimension collective. Si les Européens, quel que soit leur pays, semblent plutôt satisfaits de leur situation personnelle, ils sont en revanche généralement plus critiques lorsqu’on les interroge sur leur gouvernement, le fonctionnement des services publics ou l’état de la démocratie dans leur pays.

Au niveau microéconomique, les chercheurs ne savent pas bien ce qui rend les gens heureux. Pour un nombre important de variables, la satisfaction individuelle est fortement liée à la comparaison aux autres. Les individus sont indifférents à une augmentation de leur revenu lorsque le revenu des autres augmente de la même manière ; ce qui compte pour eux, c’est d’être plus riche que leurs voisins. De même, les problèmes de santé semblent moins lourds à porter lorsqu’ils sont partagés au sein du couple.

On observe aussi des phénomènes d’accoutumance : toutes choses égales par ailleurs, une augmentation de revenu n’a un impact positif que de manière transitoire. Les individus s’habituent à l’argent ; plus j’ai gagné dans le passé, plus je dois gagner aujourd’hui et demain pour maintenir mon niveau de satisfaction. Il y a d’autres états auxquels on ne s’habitue pas en revanche. Ainsi, le fait d’être au chômage rend malheureux de manière très durable.

D’autres déterminants ont été testés tels que le mariage, les enfants, mais le champ de l’économie du bonheur reste très ouvert. Entre autres, l’impact de la qualité environnementale ou de l’éducation sur le bien-être des personnes n’a pas été étudié. Au-delà de l’aspect divertissant du sujet, ces travaux ont d’importantes implications en matière de politique économique : si l’objectif d’un gouvernement est de maximiser le bonheur de ses administrés, les résultats dont nous disposons aujourd’hui indiquent ainsi qu’il vaut mieux conduire des politiques de retour à l’emploi que d’augmenter proportionnellement le revenu de tous.


Entretien avec Andrew Clark, directeur de recherche, CNRS. Propos recueillis par Florian Mayneris pour La Vie des Idées.

Entretien avec Andrew Clark

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Une étude du CNRS pour comprendre la viralité !

    étude CNRS pour comprendre viralité

    Une étude est actuellement menée par le CNRS afin de comprendre et tenter de schématiser la propagation de l'information dans la blogosphére. Lire la suite

    Par  Maxime Garrigues
    BLOG, INTERNET
  • LFST : c’est la Révolution…

    Devenez propriétaire d’un club de Football Sans Tête. Pour tous renseignements veuillez contacter Tonton Herbot Toutes les demandes seront étudiées par les... Lire la suite

    Par  Herbot
    HUMOUR, INSOLITE
  • C’est joli les statuettes

    Alors que je pensais à l’époque que ça ne serait qu’un feu de paille comme toutes les collections de figurines, celles qui sont modelées à partir des personnage... Lire la suite

    Par  Franck Aniere
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Clark Kent

    Je passe plus de temps à faire des gâteaux que des dessins, je dis que j'ai froid alors je vais aller m'acheter un pantalon-de-secours et en fait je reviens ave... Lire la suite

    Par  Delphine Mach
    BD & DESSINS, JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

    Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous le sigle CNRS, est le plus grand organisme public français de recherche scientifique. En... Lire la suite

    Par  Guy Marion
    SCIENCE, SCIENCE & VIE
  • Des éléphants de mer embauchés au CNRS

    Pour mieux comprendre la circulation océanique et le processus de formation des eaux froides en Antarctique, des chercheurs du Muséum national d’Histoire... Lire la suite

    Par  Angélie Baral
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • Obama c’est mon copain

    Petit sarko deviendra grand Il est temps de mettre un terme aux batailles idéologiques, temps de ne plus s’opposer bêtement et mécaniquement aux jérémiades et... Lire la suite

    Par  Frednetick
    A CLASSER

A propos de l’auteur


Levidepoches 33 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte