Magazine

La crise touche aussi le pseudo "art" contemporain

Publié le 23 décembre 2008 par Micheljanva

" Messe de minuit sur LCI | Accueil | Noël en Israël "

23 décembre 2008

La crise touche aussi le pseudo "art" contemporain

Aude de Kerros analyse le financial art :

" New York a fait de l'art contemporain (AC) un "financial art", dont la valeur s'élabore grâce à un jeu entre collectionneurs tout à la fois membres des conseil d'administration des musées et des fondations, propriétaires de supports médiatiques, de maisons de vente et de galeries. [...] [C]e qui compte n'est pas la valeur intrinsèque, mais la solidité du réseau qui garantit le produit. [...] New York n'est pas une capitale de l'art au sens où nous l'entendons en Europe : un lieu de culture, d'échanges intellectuel et artistique à caractère universel, où l'argent et la cote ne sont pas la finalité. Ce n'est pas le lieu privilégié d'une activité mystérieuse et désintéressée qui se nomme création. La notion de créativité, de production convulsive d'idées et de nouveautés propres à alimenter un marché spéculatif, une consommation de masse, base de l'économie. [...]

La grande métamorphose de 2008 s'est ainsi caractérisée par l'émergence de l'Asie comme lieu de création et comme marché de l'art contemporain. [...] Parallèlement, le marché de l'art contemporain à New York s'est effondré cet automne [...] La crise révèle qu'il y a en réalité deux entités : l'"art" et le "financial art", dit art contemporain. [...] En France, cet événement condamne une politique, menée par un corps de fonctionnaires de la culture, les "inspecteurs de la création", qui ont consacré, trente ans durant, 60 % du budget destiné aux acquisitions d'artistes vivants à l'achat dans les galeries new-yorkaises d'oeuvres d'artistes "vivant et travaillant à New York". Ils ont conforté la place financière de New York et ruiné la place artistique de Paris, où des artistes du monde entier venaient aussi vivre et travailler."

MJ

Posté le 23 décembre 2008 à 14h40 par Michel Janva | Catégorie(s): Pays : International

Commentaires

Bon bien finalement, c'est une très bonne nouvelle et souhaitons que ces " artistes " et leurs clients ne s'en remettent pas et soient totalement ruinés. Gloria.

Rédigé par : jewdocha | 23 déc 2008 15:08:00

BRAVO au SB pour cette analyse très lucide.
Que peut-on faire ? De nombreux jeunes (et moins jeunes) artistes bourrés de talent n'ont jamais pu exposer, se faire connaître, alors que des pseudo-artistes croulaient sous les commandes officielles et subventionnées. Crla est vrai pour la peinture, la gravure et le dessin, la musique, la sculpture, le cinéma, le théâtre et la littérature...c'est un vrai gâchis.

Rédigé par : sixtine | 23 déc 2008 21:17:38

Excellente analyse de cette grande artiste qu'est Aude de KERROS.
Cette faillite du monde financier de l'art américain consacre en effet la faillite de la politique de l'"Etat culturel" français qu'avait déjà soulignée il y a qq années Marc FUMAROli : un art officiel et idéologique depuis 1790 et la Fête de la Fédération, c'est à dire un art qui n'exalte pas seulement le pouvoir en place, mais l'idéologie officielle d'état. Donc un art officiel pompier qui préfigure et illustre depuis 2 siècles en France, ce que fut l'art stalinien.
Que ce modèle s'effondre économiquement serait une bonne chose : mais ne rêvons pas, car comme il s'agit en France d'achats subventionnés par nos impôts, contrairement aux USA, où l'art est privé, personne n'étant responsable, personne ne sera sanctionné. Et notre malheur artistique risque de se prolonger.

Rédigé par : Pascal G. | 29 déc 2008 20:00:44



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog