Magazine Cinéma

The Ruins

Par Killg

The Ruins. Les plantes n’ont pas besoin que de soleil et d’eau…

 

the ruins 1

Résumé

Durant leurs vacances à Cancun, Amy, sa meilleure amie Stacy et leurs petits amis respectifs, Jeff et Eric, font la connaissance d’un touriste allemand, Matis, et de son copain grec, Dimitri. Lorsque le frère de ce dernier disparaît mystérieusement à l’intérieur d’une pyramide maya, le groupe décide d’explorer la ruine recouverte d’une étrange plante grimpante. Pourchassés par une tribu hostile, les 6 jeunes sont contraints de gagner le sommet de la pyramide, déclanchant du même coup l’ire et les appétits d’une monstrueuse plante carnivore.

 

the ruins 2

Acteurs principaux

Jonathan Tucker : Jeff / Jena Malone : Amy / Laura Ramsey : Stacy / Shawn Ashmore: Eric / Joe Anderson: Mathias …

 

the ruins 6

Réalisateur :Carter Smith

Scénariste :Scott B. Smith

Durée :93 min.

Critique

Estampillé « DreamWorks » (la boîte de prod de Spielbergh) et ayant comme producteur exécutif Ben Stiller, The Ruins avait de quoi rebuter le fan de films trashs empli de certains préjugés.


the ruins 3

Réalisé par Carter Smith, dont c’est le premier long-métrage, The Ruins est un excellent « survival monster movie ». Sorte Huis clos à ciel ouvert dans lequel les personnages, coincés en haut d’une forteresse Maya devront faire face au milieu environnant.


the ruins 5

C’est bien là que réside l’originalité du métrage de Smith : une plante anthropophage simiesque faisant office de prédateur redoutable. Sorte de mixe entre cannabis (pour les feuilles) et coquelicot (pour les fleurs), le végétal se révélera être au fur et à mesure du film de plus en plus dangereux, pouvant imiter les sons environnants (excellente scène du G.S.M) ou encore parasiter ses ôtes humains à l’aide de spores qui s’infiltreront insidieusement au travers de plaies mal cicatrisées.

Le coup de force du film réside dans sa réalisation. Smith réussi à créer une réelle tension, faisant de la plante un personnage à part entière dont la dangerosité et la présence à l’écran s’amplifieront crescendo.


the ruins 7

Le métrage surprend le spectateur par une mise en scène à la fois sobre et outrancière (quelques scènes gores insoutenables) mais toujours millimétrée. Smith manie habilement sa caméra nous proposant certains plans magnifiques.

Le réalisateur évite le ridicule, grâce, entre autre, au traitement de ses personnages. Ceux-ci ont un réel fond à l’instar de films comme The Descent ou encore Wolfcreek. Le spectateur s’attache à cette bande de jeunes pris au piège dans une contrée reculée du Mexique.

Bref, The Ruins est un film qui évite les écueils du genre tout en étant à la fois incisif et distrayant. A voir.

 

the ruins 8

Cote : 16/20

Bande Annonce

 



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Killg 3751 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine