Magazine Politique

L'action de Christophe Grébert (MoDem) vue par Régis Sada : "Quand les sous-doués font de la politique"

Publié le 23 décembre 2008 par Frédéric-Michel Chevalier
Dans un commentaire laissé sur mon précédent billet "MonPuteaux.com : l'exploitation indécente d'un drame familial", Régis Sada, ancien directeur de campagne de Christophe Grébert, juge très durement l'action de l'élu rallié au MoDem. Des propos particulièrement vrais et forts qui émanent d'un homme fidèle à ses convictions qui a été un des plus proches compagnons de route de Christophe Grébert et qu'on ne peut pas accuser de "ceccaldisme", ni de complaisance vis-à-vis de l'UMP.

Mon cher Frédéric,

Tu sais plus que quiconque que j’ai toujours refusé de répondre aux nombreuses polémiques liées aux faits et gestes de « l’action municipale » de Christophe Grébert. Inutile d’ajouter au ridicule ambiant.

Toutefois, concernant cette affaire, je suis contraint de reconnaître que nous avons touché le fond ! Si je ne trouve rien à redire sur la reprise de l’information générale sur MonPuteaux, je n’ai guère apprécié que celle-ci soit liée à une question de salubrité de logements existants.

Malgré la tentative de correction de l’information dans un second post, le mal est fait, et la tentative d’exploitation est avérée. Utiliser les malheurs –devenus communs dans notre société- d’une famille pour justifier ses dires et ses faits politiques, personne n’avait encore osé. Pas de chance, pour une fois Joëlle Ceccaldi-Raynaud n’est pas responsable de ce drame…

Depuis mars 2008, les putéoliens sont les otages d’un festival tragi-comique qui n’a rien à envier au spectacle donné au Théâtre des Deux-ânes par la troupe de Jean Amadou : « les sous-doués font de la politique » !

Tout sujet est bon à polémique et plus personne ne crois au mensonge d’une vaine volonté de faire de la politique autrement. Faire de la politique c’est avant tout avoir du respect pour le mandat que l’on détient et pour le devoir de représentation qu’il incarne.

On crie aux dépenses dispendieuses de la ville sans se plonger dans la réalité de ces dernières. Ce n’est pas tant la somme qui est insoutenable, c’est le manque de rigueur ou de logique dans son affectation finale qui pose problème.
On clame que l’on souhaite un climat apaisé tout en relançant de gentilles piques envers ceux qui vous ont offensés. Lors du dernier Conseil, Christophe Grébert n’a pas hésité à remettre quatre fois l’affaire du « Marais » sur le tapis…..même lorsqu’il parle des cadeaux achetés par la Ville !
On tient le crachoir avec abondance même lorsque son propre raisonnement est erroné et l’on tente de faire croire que l’on maîtrise ses dossiers même quant on n’est trop fainéant pour les avoir étudié en profondeur, avec rigueur et exactitude.
On pinaille sur toutes les incohérences de la ville. C’est bien ! Apporter des solutions pour les corriger, c’est mieux !
Sortez les chapeaux et les serpentins, turlututu…..Arlequin attaque Colombine !

Nous sommes bien loin des valeurs et du projet –imparfait- que la liste Puteaux Ensemble a défendu avec Christophe Grébert aux élections de mars 2008. Il n’a jamais été question de proposer une farce permanente aux putéoliens durant six ans, mais bel un bien un projet de ville soutenu par des citoyens désireux de faire bouger leur ville !

Moi qui ai souvent reproché à Joëlle Ceccaldi-Raynaud son incessant mélange des genres et des styles, je dois avouer que Christophe Grébert la copie aujourd’hui à merveille et sans forcer encore…. On se rapproche toujours de ses propres ennemis. Le Parisien ne manquera pas de titrer en 2009 : « Quant Grébert fait du Ceccaldi-Raynaud ».

Non, nous ne nous sommes pas engagés pour ça !

Frédéric, s’il te reste un minimum de respect pour toutes celles et tous ceux qui ont participé à l’aventure Puteaux Ensemble, je te demande amicalement de passer à autre chose, de te concentrer sur ton mandat d’élu au service des putéoliens et de ne plus te faire l’écho des dires ou des écrits de Christophe Grébert qui ne peuvent en aucun cas être assimilés à une action politique ou municipale. Les égouts ont été suffisamment récurés par ce dernier et il n’est point la peine de repasser derrière.

« Joyeux Noël quand même ! Et bon réveillon…. » Et moi qui pensais que seul le Père Noël pouvait parfois être une ordure…

Régis Sada

Dommage que le MoDem de Puteaux ne réagisse pas aussi clairement aux dérapages de son élu. Je partage évidemment le point de vue de Régis sur l'action politique de Christophe Grébert et, d'une façon plus générale, sur l'action du groupe Alternance Puteaux dans son ensemble. Le billet de Sylvie Cancelloni sur le concert de Roberto Alagna, montre que celle-ci en est réduite à faire du "sous Grébert" ou se mêlent contre-vérités, lorsqu'elle affirme que la salle était à moitié vide" et un manque de respect, indigne des fonctions de Conseillère municipale qu'elle occupe, tant  vis-à-vis la personne que de la fonction du maire de Puteaux, qualifiée de "meneuse de revue" à qui il ne manquait que "l'escalier de Mistinguett et le truc en plume de Zizi". Pitoyable.

En revanche, contrairement au conseil amical de Régis, qui en fin de texte me suggère "de ne plus me faire l'écho des dires ou des écrits de Christophe Grébert qui ne peuvent en aucun cas être assimilés à une action politique ou municipale", je pense qu'il est utile d'informer les Putéoliens des manipulations de ce dernier. C'est peut-être douloureux pour ceux qui se sont engagés sincèrement dans la dynamique de Puteaux Ensemble ou qui lui ont apporté leur soutien et leurs voix, mais il est de notre devoir de faire en sorte que plus personne ne puisse se laisser tromper à nouveau par cet aventurier de la politique dont le seul mérite aura été d'avoir su faire preuve d'opportunisme pour tirer profit de l'acharnement de l'ancien maire à son encontre.

Frédéric Chevalier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Frédéric-Michel Chevalier 3008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines