Magazine Politique

La fusion « départements-régions » : les messages d'alerte se multiplient

Publié le 28 décembre 2008 par Gezale
La Gauche n'a qu'à bien se tenir. On va voir ce qu'on va voir. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP a assuré ce matin sur Europe N°1 que « la fusion entre les départements et les régions était pour bientôt. » Alors que la commission Balladur doit rendre ses conclusions et faire des propositions à la fin du mois de février 2009, l'activiste et néanmoins député Lefebvre annonce la couleur : « la réforme des collectivités territoriales va être très importante. Départements, régions, les gens n'y comprennent plus rien. Et en plus, cela coûte cher. »Ainsi, l'UMP met la charrue avant les bœufs. La commission Balladur a été mise en place pour sauver les apparences et amuser la galerie. C'est souvent le mauvais sort réservé aux soi-disant experts et spécialistes. Ils ne servent que d'alibi à des propositions clairement voulues par le président de la République, lequel ne s'embarrasse pas de concertation ou de dialogue avec sa majorité et encore moins avec l'opposition. 
Eliminer la gauche et toute oppositionQuel serait l'objectif essentiel de cette réforme ? Réduire, voire éliminer, l'opposition de gauche qui dirige vingt régions et soixante départements ! L'UMP est un parti atteint d'hypertrophie du pouvoir, Nicolas Sarkozy ne supporte pas qu'on s'oppose à lui. Tous les moyens seront utilisés pour nuire à la gauche. Lorsqu'on s'attaque aux institutions représentatives, légalement élues, ont prend l'énorme risque d'ajouter une crise institutionnelle à la crise sociale, économique, financière du pays. L'UMP et l'hyperprésident comptent sur l'apathie des masses, sur l'engourdissement des intellectuels et sur la division de l'opposition. Franchement, Sarkozy-Fillon peuvent-ils imaginer un seul instant que la gauche va se laisser conduire à l'abattoir sans se défendre ? Les messages d'alerte se multiplient. Mélenchon (Parti de gauche) Besancenot (NPA) Buffet (PC) Aubry (PS) Bové (altermondialiste) et même Bayrou (MODEM) qui veut représenter une droite délivrée du bonapartisme, Duflot (Verts) doivent, dès aujourd'hui, transmettre un message solennel d'avertissement au gouvernement : pas de réforme sans concertation, discussion, consensus. Faute d'une réponse appropriée, il faudra utiliser tous les moyens légaux (Parlement, manifestations, grèves, pétition, tracts, etc.) pour stopper la manœuvre de ce pouvoir démoniaque.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7307 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines