Magazine Société

Gaza soumise à une guerre de destruction

Publié le 29 décembre 2008 par Tanjaawi
Les forces israéliennes d'occupation sont massées autour de la bande de Gaza, tandis que les avions et hélicoptères poursuivent leur pilonnage. (JPG) Corps d'un Palestinien dans les décombres d'un immeuble à Gaza. Israël a lancé une guerre d'extermination, bénéficiant d'une complicité internationale avérée - Photo : AP/Fadi Adwan

Durant les dernières attaques la nuit dernières, les avions israéliens ont bombardé l'université islamique et un complexe gouvernemental dans la ville de Gaza.

Presque 300 Palestiniens ont été assassinés depuis que Israël a commencé ses bombardements samedi.

Le ministère de la Santé à Gaza a indiqué qu'environ 5% des morts étaient des enfants, alors que le « UN relief and works agency » déclare que les chiffres obtenus auprès des médecins locaux prouvent que 51 civils ont déjà été massacrés.

Un enfant de 4 mois, deux femmes et un homme ont été tués lors d'une attaque sur le camp de réfugiés de Jebaliya près de la ville de Gaza tard en fin de journée dimanche, ont dit les médecins palestiniens.

Tzipi Livni, [criminelle de guerre et] ministre israélienne des affaires étrangères, a indiqué aux médias américains qu'Israël ne visait que le Hamas et les autres groupes palestiniens [dans un territoire aussi densément peuplé que Gaza, ce genre de déclaration est pure et habituelle hypocrisie - N.d.T].

« Malheureusement dans les guerres... parfois des civils payent également le prix, » a-t-elle ajouté [nous n'attendons que le moment où ce soit elle qui « payera le prix » - N.d.T].

Elle a également vomit devant NBC : « Notre but n'est pas de réoccuper la bande de Gaza. »

Offensive terrestre en préparation

Des centaines de soldats et des tanks sont déployés le long du territoire, faisant craindre une escalade dans l'agression.

« Les indications sur le terrain sont certainement que la préparation est bouclée pour une offensive au sol, » rapporte Hoda Abdel Hamid d'Al Jazeera depuis Izmit en Israël.

Le cabinet israélien a décidé le rappel de 6500 réservistes et Ehud Barak, [criminel de guerre et] ministre israélien de la défense, a menacé de faire suivre les raids aériens d'une offensive terrestre.

Plus tôt dimanche, les avions israéliens ont bombardé la zone frontalière entre Gaza et l'Egypte, détruisant des tunnels exploités pour passer des marchandises essentielles au territoire assiégé.

De nombreux tunnels s'entrecroisent entre le sud de Gaza et le désert du Sinai en Egypte, fournissant une aide aux habitants qui ont besoin de produits de base, suite aux pénuries provoquées par le blocus israélien qui dure maintenant depuis 18 mois.

« Coup dévastateur »

Ayman Mohyeldin, correspondant d'Al Jazeera dans Rafah, une ville coupée en deux par la frontière, a indiqué qu'au moins une personne avait été tuée et 42 autres blessées dans les attaques contre les tunnels.

« C'est certainement un coup dévastateur pour la population civile à Gaza, » dit-il, ajoutant que la possibilité que les tunnels pouvaient être frappés avait déjà fait monter le prix du carburant et d'autres marchandises.

Des Palestiniens essayant de fuir les bombardements israéliens sont parvenus à ouvrir une brèche dans la barrière séparant le territoire d'avec l'Egypte. Lors des affrontements qui ont suivi au moins une personne a été tuée.

Les tensions à la frontière avec l'Egypte, évitant Israël, avaient monté d'un cran durant la journée, l'Egypte critiquant le Hamas de ne pas laisser traverser les Palestiniens blessés et le Hamas demandant au contraire que l'aide médicale soit fournie dans le territoire [l'essentiel des blessés n'étant pas transportables].

[Israël avait mis fin à la trêve convenue avec le Hamas en multipliant les agressions et en ne respectant pas la plupart des clauses, dont la levée du siège - N.d.T.]

29 décembre 2008 - Al Jazeera.net - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/news/m...
[Traduction : Info-Palestine.net]

 Gaza: au moins 320 tués, des attaques terrestres se profilent  

Israël, engagé dans une "guerre sans merci" contre le Hamas, attaquait lundi des cibles du mouvement islamiste pour la 3e journée consécutive dans la bande de Gaza où ses raids ont fait plus de 320 morts dont 57 civils, alors que se profile la perspective d'attaques terrestres.

En Israël, des roquettes tirées par des combattants du Hamas depuis la bande de Gaza ont fait un mort et huit blessés, à Ashkelon, dans le sud du pays.

Après une série de raids nocturnes, l'armée de l'air israélienne a mené de nouvelles frappes lundi, détruisant notamment le bureau du Premier ministre du gouvernement du Hamas Ismaïl Haniyeh, selon des témoins.

Dans la nuit, un appareil israélien a bombardé l'Université islamique de Gaza, un bastion du Hamas, et détruit une mosquée à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza.

Cinq soeurs d'une même famille habitant près de la mosquée ont été tuées lors du raid.

Les cinq filles de la famille Baaloucha, Jawaher, 4 ans, Dina, 8 ans, Samar, 12 ans, Ikram, 14 ans et Tahrir, 17 ans, ont été enterrées lundi dans l'émotion en présence de centaines de personnes.

L'offensive israélienne a fait depuis samedi au moins 57 morts civils, dont 21 enfants, parmi au moins 320 personnes tuées, a affirmé lundi l'ONU en citant des chiffres obtenus de sources hospitalières.

"Nous avons compilé un bilan des victimes civiles de sources médicales et hospitalières. Il s'établit à 57 morts, dont 21 enfants, et au moins sept femmes", a déclaré à l'AFP Christopher Gunness, porte-parole de l'Unrwa, l'agence de l'ONU d'aide aux réfugiés palestiniens.

"Nous n'avons rien contre les habitants de Gaza mais nous sommes engagés dans une guerre sans merci contre le Hamas et ses alliés", a déclaré au Parlement le ministre israélien de la Défense Ehud Barak.

L'opération dite "plomb durci", d'une violence inédite depuis l'occupation des territoires palestiniens par Israël en 1967, vise selon l'Etat hébreu à mettre fin aux tirs de roquettes sur le sud du pays depuis la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas qui en a délogé en juin 2007 les forces fidèles au président palestinien Mahmoud Abbas.

A Ramallah, M. Abbas a affirmé à l'ouverture d'une réunion du Comité exécutif de l'OLP qu'il entendait "procéder à des consultations avec tous les partis palestiniens, y compris le Hamas, sur les évènements tragiques dans la bande de Gaza".

"Nous appelons le monde entier à oeuvrer pour mettre immédiatement fin à cette agression", a ajouté M. Abbas.

Laissant planer la menace d'une offensive terrestre, Israël, qui a mobilisé 6.500 réservistes, a déployé lundi des renforts d'infanterie et de blindés à la lisière de la bande de Gaza, selon des photographes de l'AFP.

Dans une mesure qui pourrait préluder à une attaque terrestre imminente, l'armée israélienne a décrété lundi le secteur frontalier longeant la bande de Gaza "zone militaire fermée", selon un porte-parole militaire.

A Ashkelon, à quelque 13 km de la bande de Gaza, un ouvrier arabe, Hani Al-Mahzi, 27 ans, a été tué et huit autres civils blessés par une roquette palestinienne.

Dans un communiqué à Gaza, la branche armée du Hamas a affirmé avoir tiré "quatre roquettes de type Grad" sur Ashkelon. Au total, une vingtaine de roquettes tirées depuis Gaza se sont abattues lundi dans le sud d'Israël.

Il s'agit du deuxième civil tué par des roquettes palestiniennes en Israël depuis le début des raids aériens.

Par ailleurs, des heurts ont eu lieu en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-est entre forces de l'ordre israéliennes et des Palestiniens manifestant contre les attaques à Gaza.

Neuf Palestiniens ont été blessés par des tirs israéliens lors d'une de ses manifestation, à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie, selon des sources médicales.

Des manifestations ont également eu lieu dans plusieurs capitales de la région.

Au Caire, près de 7.000 personnes, en majorité des partisans des Frères musulmans, ont notamment accusé le régime égyptien de collusion avec Israël.

A Amman, 15.000 personnes ont défilé à l'appel des syndicats dirigés par les islamistes, demandant l'annulation du traité de paix signé en 1994 avec Israël, alors qu'à Téhéran des milliers de personnes scandaient "mort à Israël".

il y a 1 heure 1 minhttp://fr.news.yahoo.com/

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tanjaawi 215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine